ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2006-2008 > Soussan Ltd
 
Généralités

Partenaires
Dates et lieux
Conférence de presse
Catalogue
Agenda

Textes

Vers un art sans oeuvre, sans auteur, et sans spectateur, par
Stephen Wright

Pour un catalogue des arts
réputés illégitimes, par
Jean-Claude Moineau

Six points d'informations, par
Marie-Pierre Bathany

Performer la société, par
François Deck

Archiver la disparition, par
Alexander Koch

Emancipation, par Brian Holmes
Un manifeste hacker, par McEnzie Wark
La vie au point de mire, par Suely Rolnik

Amicale de la Biennale de Paris

Texte d'introduction, par Jean-Baptiste Farkas
1ère Amicale
2e Amicale
3e Amicale
4e Amicale
5e Amicale
6e Amicale
7e Amicale
8e Amicale
9e Amicale

Démarches

Académie du vent
Agence
Association A-R
Agendas Espaces
Au Travail
Au bout du plongeoir
Bourse du Travail Parallèle
Courants Faibles
Cyril Delage-triathlète
Expertises réciproques
Fondation Rosario Almara
Gang of Cupidon
Glitch
Guide des Buffets de Vernissage
Journée Libanaise du Taboulé
Infratecture
Il paraît que
Ikhéaservices

Incompatibles
International Benjamin Kit
L'art est l'entreprise
La Bergerie
Le Révérend Billy
Les Somnatistes
Name Diffusion
Madame Duplok
Médicaments
Mercado Ley
Microcollection
Musée des nuages
Mutuelle Ermut
Offre de temps de chômage
Ostsa
Paul-coureur de fond
Pinxit LM
Précaritas
Public Globality Gardens
Qantador
Que reste-t-il de Florian
Rencontre Service
Rue de la Gare
Saint-Thomas l’Imposteur
Soussan Ltd
Stratégies et Méthodes TB
Syndicat d'initiatives
Target Autononpop
That’s Painting Productions
Thermo-hygrographe
The Yesmen
The real world
Third Text
Visualinguistic
Voghchaberd
Y a trop d'artistes!
Ultralab
Ynbk

Annonces 1

Dans l’art contemporain on
trouve de tout, mais en moins
bien qu’ailleurs

Découvrez en vous l’artiste que
vous avez toujours rêvé d’être

I have nothing to show
and I’m showing it

Je vois l’art de plus en plus,
là où ça n’est pas fait exprès

Journée nationale d’abstention de fabrication de produits artistiques
La culture façonne par toutes
ses expressions une pratique
de l’obéissance

L’oeuvre fait écran à l’activité artistique
Participer aux recherches
d’un disparu

Un beau cadre de vie est
l’archétype de l’art du futur

Un art libéré de l’idée de l’art,
ce serait tout un art


Education

Apprendre l’histoire de l’art
à partir de silhouettes d’artistes

Ateliers de dessins
inaccessibles au regard

Recherches sur la visibilité
pour les non-voyants


Etudes

Etude sur la reconversion
du monde de l'art


Annonces 2

Agencement d’art
Achetez votre électricité
Accord juridique entre 2 parties
Appel à l'unité du Liban
Appel à candidatures Précaritas
Déclaration formelle d'existance
Désuétudes
Foyer des auteurs émergents
Insertions dans la presse
Jeu de société
Publicités
Recherche complices
Re-introduction du goût dans l’art
Supplément d’oeuvre

Compétences et incompétences

Compétences
Incompétences
Mutualisation des incompétences

Produits

Bière spéciale coupée à l’eau
Bière 8.7
Blanc
Cocktails
Collecteurs excréments de chiens
Confetti
Conservateur liquide universel
Eau du robinet au naturel
Extincteurs
Fontaine
Fantômes
Hygromètres
Isoloirs pour téléphones mobiles
Le diable
Les Marcel’s
Objets Dériviants
Oca-Ola
Outillage
Miel Béton
Tee-shirt XLs
Revaloriser les produits degradés

Services

Annulation d’espaces
Buffets de vernissages
Chargeur de téléphone portable
Contrats prévoyances obsèques
Déménagements
Destruction de lieux d’exposition
Déplacement d’oeuvres
Immortaliser votre amour
Inventaire des moins visibles
Locations de chaises de toile
Mesure de la qualité de vie
Motifs décoratifs
Nettoyage et entretien
Organiseur
Peinture en bâtiment
Piscines
Simulacres d’oeuvres nocifs
Superfiltre de perception
Transport de courrier à pied
Travaux de bâtiment
Un jeu de cartes
Visualisations des idées

Soussan Ltd

Inspiré par le pragmatisme de son ancêtre Marcel Soussan qui mit son inventivité au service de l’agriculture et de la muséologie, Sylvain Soussan s’est inscrit dans le paysage artistique en prenant la tête d’une entreprise commerciale : Soussan Ltd, fournisseur des musées.

Cette société propose aussi bien des aménagements d’espaces comme des isoloirs pour téléphones portables à utiliser dans les salles d’exposition, ou des espaces fumeurs que des expositions clé en main.

Elle offre ses services pour la manutention, l’encadrement ou la restauration des oeuvres et des publics. Pour conquérir sa clientèle, Sylvain Soussan a créé une fondation d’entreprise qui a notamment donné naissance au musée des nuages. Soussan Ltd apporte son soutien financier ou tout simplement moral à des associations artistiques, éditeurs, galeries, et même à des sportifs. Sylvain Soussan ne se présente pas comme le créateur de Soussan Ltd mais simplement comme l’héritier d’une entreprise, dont le fondateur Marcel Soussan est un arrière grand oncle. à l’origine, il y eut donc Marcel. Bricoleur de génie qui eut, au tout début du XXe siècle l’intuition des propriétés hygroscopiques du crin de baudet cévenol. Cette découverte lui permit de créer le premier hygrographe signé « Soussan Père et fils ». Cet appareil intéressa la société des silos à grain de Guyenne et Gascogne dont l’un des principaux actionnaires était introduit auprès du conservateur en chef du musée du Louvre. C’est ainsi que la vocation culturelle de l’entreprise familiale se profila avec une netteté telle que Marcel (le père) déclara : « Fournir les musées est un travail d’artiste. Telle est désormais notre devise ! » Cette branche de la famille a toujours eu une forte tentation pour l’art et Sylvain Soussan fut celui qui, de fournisseur des musées voulut devenir artiste. Un artiste n’est-il pas lui aussi un fournisseur des musées ? Plutôt que de dénier sa tradition familiale, le jeune héritier nourrit son projet des trois grands principes qui fondent l’image de marque des bons fournisseurs : qualité, innovation, mémoire. C’était à la fin des années 1980. Sa décision était confortée par le constat que la majorité des artistes doivent promouvoir leur production afin de lui donner plus de moyens. Le passage obligé par un ensemble de démarches administratives et relationnelles le contraignait lui aussi à des tâches semblables à celles d’une petite entreprise. Quel artiste peut faire l’économie du promotionnel, et d’une certaine logistique ?

Il a donc commencé une oeuvre empruntant la forme et le langage du management et du business. Cette approche lui permettrait de vivre les aspects les plus pragmatiques de sa vie d’artiste comme parties intégrantes d’une oeuvre globale et métaphorique. Il arriverait à rendre intéressant un rapport annuel, même en ne dégageant aucun bénéfice. Il ferait rêver en égrenant les offres d’un catalogue de produit et de services. Il donnerait le sourire à un client en lui présentant un devis ou une facture. Sylvain Soussan a ainsi testé le vocabulaire et la syntaxe de l’entreprise dans le champ de l’art. Inversement, il a porté l’écho de l’art dans le monde du travail. S’il a cherché à s’emparer avec jubilation des codes de communication des société, Sylvain Soussan a vite constaté ses carences en matière juridique, comptable et ses faiblesses de manager. Il répète souvent qu’en guise de préparation à une carrière artistique il aurait dû faire une école de gestion.

Une des raisons qui l’ont conduit à préférer un logo à une signature d’artiste est qu’il a constaté que ses projets le mettaient fréquemment au contact de sociétés tierces. Quand on veut travailler avec de grands professionnels, il est souvent nécessaire de fournir une « raison sociale ». Il est alors parfois plus pratique d’envoyer un courrier sur papier à en-tête afin d’obtenir un devis, un rendez-vous ou des renseignements techniques. Il est souvent plus efficace de donner une identité plus neutre que celle d’un artiste. Soussan Ltd structure son activité en trois séquences :produits, services et mécénat. Chaque branche étant capable de coopérer avec les deux autres. Chacune offrant des propositions autonomes. Certains produits et services restent longtemps au stade de l’énoncé, de la proposition dans un catalogue. La majorité des produits et services sont développés en sous-traitance, ou en partenariat. Afin d’être concret, nous pouvons parler de quatre réalisations et les détailler sous l’angle des méthodes de production.

Signalétique pour extincteurs

Une série de signalétiques pour extincteurs a été proposée par Soussan Ltd au centre d’art de Meymac. Les extincteurs fournis par Soussan Ltd étaient exposés en état de fonctionnement et dans la conformité aux normes européenne. Le musée pouvait ainsi acheter des équipements techniques sur un budget artistique. Il a finalement décroché les extincteurs comme de simples oeuvres mais la série a tout de même été créée, présentée et financée sur un budget d’exposition classique. Inversement, un écomusée d’Ile-de-France s’est équipé d’hygromètres qui furent présentés comme des oeuvres d’art pendant une exposition consacrée à Soussan Ltd et qui furent réutilisés par la suite comme de simples outils de muséologie.

Fountain

Fountain est un distributeur de boissons. C’est une machine à sous qui permet de générer des bénéfices. Cet appareil offre une surface visuelle sur laquelle Soussan Ltd installe des oeuvres d’art. Fountain peut être vendu, ou placé en location-vente. L’oeuvre a donc un coût variable en fonction de sa durée et de ses conditions d’exploitation. Une version 2006 de Fountain est actuellement installée dans les bureaux du Palais de Tokyo avec une oeuvre de Virginie Barré. Les bénéfices sont redistribués par Soussan Ltd au musée des nuages. Le musée des nuages bénéficie ainsi d’une subvention annuelle de 1200 euros. Ceci grâce à la fondation d’entreprise Soussan Ltd.

Donneuses d'eau

Contrairement à Fountain où ce sont les consommateurs qui financent la production d’une oeuvre en achetant des boissons, une donneuses d’eau est une fontaine distribuant de l’eau gratuitement. Cet élément de confort est payé par une entreprise qui décide d’offrir cette prestation à ses visiteurs et usagers. Soussan Ltd les installe grâce à une forme particulière de leasing. Chaque Donneuse d’eau est un exemplaire unique financé par une ou plusieurs entreprises. Soussan Ltd utilise le mécénat comme un moyen d’échange. C’est aussi une façon d’explorer des territoires mal connus du monde artistique. C’est un champ d’expérimentation autant qu’un instrument de communication. Par ailleurs, quand Soussan Ltd participe à ses frais à une activité artistique, c’est la fondation de son entreprise qui en revendique la production. On peut citer entre autres des opérations de mécénat en faveur de musées : le MAMCO, le musée des nuages, le musée des musées. Envers des galerie : le Sous-sol. Des éditeurs : Parcours de l’art Nice-côte d’azur. Des sites Internet : Autres nouvelles. Des sportifs Cyril Delage, Paul Robert. Les Biennales de Paris 2004 et 2006… Cependant, Soussan Ltd est en déficit chronique, son déséquilibre financier est rendu possible par une existence quasiment virtuelle. En effet, Soussan Ltd est le pseudonyme que Sylvain Soussan a enregistré à la Maison des artistes. Cet organisme lui donne un cadre juridique et fiscal très avantageux sans lequel tout serait plus difficile. Il faut tout de même que Soussan Ltd persuade son comptable qu’il est réellement un artiste. Certains justificatifs sont en effet peu convaincants esthétiquement et ne se rapportent en rien à des pratiques artistiques connues.


Stock-cage.

Transport amoureux du Baiser d’Auguste Rodin par MouvementArtistique.

Pendant l’exposition « Séjours 98 » le musée des nuages a investi le centre d’art mais aussi le site de Pougues-Les-Eaux et notamment le parc thermal, avec des objets conçus pour la mise en circulation ou la distribution de l’eau (des abreuvoirs à oiseaux, une fontaine, une porteuse d’eau...).

De quelle manière le musée des nuages s’intéressait-il à cette ressource qui caractérise ce lieu?

- Le centre d’art de Pougues-Les-Eaux est installé dans une ancienne usine d’embouteillage. Mon intention était de procéder à l’édition régulière d’une série de bouteilles d’eau estampillées par le musée des nuages sous l’édige du centre. Mon travail s’appuyait sur le projet d’une nouvelle commercialisation des eaux de source étudié par le département de la Nièvre. J’ai finalement dérogé à mon projet initial et imaginé un autre système de distribution. Au cours de l’exposition « Séjours 98 », j’ai présenté des objets conçus pour la mise en circulation de l’eau. La mise en bouteille d’eau du parc Saint-Léger se fera plus tard, car elle s’inscrit dans un processus industriel sur lequel je ne peux que me greffer. La future usine d’embouteillage n’existe pas encore ! Mon intervention consistera alors en une sorte de dérivation à la source. Une quantité infime de la production annuelle sera réservée à l’édition d’un récipient spécifique. Cette opération sera renouvelée régulièrement. Pour l’instant les sources attendent encore leur remise en service, prenons donc notre temps. Le musée des nuages est avant tout un musée dont les oeuvres travaillent avec le temps.

Peux-tu préciser l’intérêt que le musée des nuages porte à l’eau, à la nature (ici la « nature artificielle et anthropique » du parc) et à l’écologie ?

- Le musée des nuages est attaché aux patrimoines naturels que sont l’eau et l’air, et à la perception que nous en les oeuvres d’art. La culture, disait mon arrière grand oncle Marcel Soussan, c’est une question d’irrigation. La présence d’ateliers d’artistes dans une ville thermale était une chance pour mon projet qui consistait à utiliser un centre d’art comme source géographique pour une eau riche en art. Hier, l’eau de Pougues était recueillie à l’attention des curistes venus près de la source pour bénéficier de ses vertus. Aujourd’hui, nous attendons de nos supermarchés qu’ils nous permettent un accès à la cure ou à une certaine idée de la cure, mais à domicile, dans notre réfrigérateur. Mon projet s’appuie sur ce constat. Je me suis servi de ce que j’ai trouvé ici : le parc avec ses arbres magnifiques et ses vestiges d’anciens aménagements. Et, dans l’attente que la mise en bouteille soit possible, j’ai eu tout le loisir d’examiner les voies qu’emprunte l’eau. Je me suis notamment intéressé à son infiltration dans notre chaîne alimentaire, ce qui m’a conduit à créer des abreuvoirs pour les oiseaux.

Que signifie l’acte d’offrir de l’eau de source aux oiseaux du parc ? N’est-ce pas un geste politique dérisoire voir ironique ?

- Il y a dix ans ce geste aurait pu être une pure provocation, dans l’esprit dadaïste. Aujourd’hui il évoque une question de santé publique. Il faut placer cet acte dans la perspective de l’aventure de la vache folle. Donner de l’eau de source aux oiseaux, on aurait du le faire depuis longtemps. Ce n’est pas si fou que cela. Il faut faire attention à ce que l’on donne à manger aux animaux. Aujourd’hui, la nature est sous surveillance, c’est une nature artificielle, c’est une nature muséifiée. Nous sommes devenus les gardiens de la nature, comme on est les gardiens d’un musée. évidemment ça peut paraître pathétique dans le parc, mais je n’en ai pas tenu compte. Cependant, j’ai tout de même été porté par le parc et ses équipements datant du début du siècle des témoignages fragiles d’une histoire un peu mystérieuse : une ébauche de piscine abandonnée et occultée par la verdure, un hôtel fantomatique dont il ne reste plus que l’alignement des arbres qui conduisait au pavillon des sources, un relief imperceptible formé par des fondations recouvertes de gazon. Ces fragments m‘ont intéressés. Ils suscitent des évocations. J’ai donc commencé par nettoyer, consolider et repeindre les vieux réverbères, pour pouvoir y insérer les abreuvoirs. Je voulais investir les abords du pavillon des sources qui est aujourd’hui une coquille vide ou plutôt sèche car l’eau n’y coule plus. Et en attendant que sa fontaine reprenne du service, j’ai fait circuler l’eau tout autour. Plus précisément, j’ai suspendu des abreuvoirs. La chaîne métallique comme matériau de base s’est tout de suite imposée. J’ai travaillé sur la suspension, sur le lien au ciel. Certains abreuvoirs se trouvaient au ras du sol, dans une espèce de lévitation qui leur donnait un mouvement aléatoire. D’autres étaient accrochés aux réverbères, aux arbres, à des branches qui se perdaient dans les hauteurs. C’était un peu comme-ci ces chaînes tombaient du ciel... Il y avait un lien vertical, cosmique.

Ce lien au ciel évoque le cycle de l’eau.

- L’idée de la chaîne était importante sur le plan du langage. Elle renvoie, en effet, au cycle de l’eau, aux événements en chaîne dans l’écologie, à la chaîne moléculaire et à la situation de l’homme qui est, lui aussi, pris dans ces phénomènes. La chaîne est donc à la fois une contrainte, un processus vital et un matériau. Ce paradoxe m’intéressait. Alors que pour les arbres la chaîne disparaissait dans le ciel, lorsque les abreuvoirs étaient suspendus à des réverbères, la chaîne servait comme un cadenas. On percevait un objet complet et autonome. Un réverbère est un équipement public, qui compose avec toutes les contraintes de sécurité et de solidité. Un seul abreuvoir était posé au sol, prisonnier de son poids. Attaché à une chaîne qui courrait dans l’herbe et dessinait des méandres parmi les racines.

L’idée d’objets génériques produits en série comme la plupart de nos objets quotidiens contemporains est une idée récurrente de ton travail. De plus, tes objets sont souvent présentés comme étant fonctionnels...

- Je cherche surtout à éviter cette aura attribuée à l’unicité de l’objet d’art et qui me paraît superflue. C’est pourquoi les abreuvoirs que j’ai créés ne peuvent pas être des objets réservés à Pougues. Ils peuvent être déplacés, reproduits, adaptés et donc connaître une évolution formelle comme n’importe quel objet dont le schéma de construction est repris. Les artistes contemporains s’intéressent, dans le sillage de Duchamp, à la possibilité de transformer l’usage des objets : la fameuse valeur d’usage troquée contre la valeur d’échange. Et si nous abandonnions la valeur d’échange, mais en inventant des usages ? C’est l’usage des abreuvoirs à eau de source qui m’intéresse.

Le musée des nuages est soutenu par Soussan Ltd, dont tu es le P-d-g. Pourrais-tu évoquer les activités de cette entreprise et les liens qu’elle entretient avec cette institution muséale ?

- Je suis devenu fournisseur des musées à une époque ou le marché de l’art était très développé, chez les marchands d’art, dans les galeries etc. L’oeuvre d’art était considérée comme un produit financier dans un système spéculatif. En réaction à cela, j’ai décidé de plutôt m’intéresser au musée qui pouvait à mes yeux échapper à cette problématique. J’ai par la suite découvert que le musée lui-même était rattrapé par son temps. Et ce fut un sujet d’étonnement, de dérision, puis de jubilation. Le musée fait lui aussi du marchandising. En effet, il est devenu un outil de production comme un autre, et organise progressivement un mouvement inverse à celui de son origine. Hier, il aspirait les objets du monde, aujourd’hui il expulse ses propres productions vers l’extérieur, mais au passage, il devient créatif ou du moins il pourrait le devenir. Malheureusement, les oeuvres qui sont sans cesse déclinées en produits dérivés disparaissent derrière la foule de leurs avatars et ne véhiculent plus qu’un message mercantile. Il existe néanmoins des exceptions jubilatoires comme la possibilité d’acheter et de porter le même ruban qu’Olympia de Manet, ou ce puzzle d’après Pollock proposé par le MoMA, qui est à la fois une trahison, mais qui orientera son utilisateur vers une compréhension du geste de cet artiste. Il se trouve que mon ancêtre Marcel Soussan aurait inventé un appareil de mesure : le thermohygrographe. Le thermohygrographe est un objet utilisé à la fois dans l’agriculture et dans la muséologie. Il est lié à tous les problèmes de conservation : ceux des fromages de chèvres, des silos à grains ou des oeuvres d’art. Cet aïeul m’a inspiré les développements de mon travail. J’ai dès lors abordé la muséologie, le rapport à l’art, comme une véritable industrie. Je me suis consacré à cet aspect pragmatique. Je me suis détaché de la valeur esthétique et philosophique des choses, pour remettre à zéro mon regard d’artiste. Devenu fournisseur des musées, j’ai rencontré un secteur en plein essor. C’étaient les années du développement du paysage muséologique, le marché était porteur. Mon entreprise a connu une véritable prospérité. En tant qu’industriel, j’ai tenu un langage industriel, je n’ai pas publié des catalogues d’artistes mais des catalogues de produits. Au lieu de faire le tour des galeries avec mon dossier sous le bras, j’ai envoyé des maillings. Je faisais de la publicité pour ma société. Je m’adressais aux musées en tant que technicien, mais un technicien qui pose plus de questions qu’il ne répond à des problèmes, d’ou un certain nombre de quiproquos. Les personnes qui ont lu correctement les documents que je leur adressais sont devenus des partenaires, les autres m’ont envoyé à la corbeille avec l’ensemble des prospectus qu’ils reçoivent régulièrement. Certaines m’ont proposé d’agir dans le cadre de leur activité artistique en tant que fournisseur comme au MAMCO qui a fait appel aux services de Soussan Ltd dans le cadre de MouvementArtistique pour déplacer une oeuvre de Martin Kippenberger, le transport s’est effectué devant le public dans une salle d’exposition, sur une longueur de 30 mètres, à la vitesse de quelques centimètres par jour. Les visiteurs ne pouvaient pas visualiser ce mouvement, qui fait écho au temps muséal.

Mon intervention n’était pas annoncée par un cartel, mais on pouvait voir une main-courrante posée sur l’oeuvre, qui établissait un rapport quotidien du déplacement. Il y a eu d’autres partenariats, comme la remise en blanc de la galerie Le Sous-sol, pour laquelle j’ai sollicité les compétences de Daniel Walravens, et Bernard Brunon avec sa société That’s Painting Productions. Cette action était la conclusion d’un mécénat avec la galerie Le Sous-sol, qui a duré trois ans. Elle s’inscrivait dans la politique de communication de ma société. Que l’on soit artiste ou fournisseur il existe une nécessité incontournable : communiquer.

Parmi l’éventail des outils de communication des entreprises, il en existe un que j’affectionne particulièrement la fondation d’entreprise. Elle permet une action promotionnelle efficace, tout en offrant des problématiques nobles comme les oeuvres sociales, le soutien aux artistes ou même aux galeries, etc. Il en fallait donc une à Soussan Ltd pour soutenir certaines associations artistiques, des éditeurs ou des musées en devenir comme notamment le musée des nuages.

Le musée des nuages est une association créée à l’initiative de la fondation. En contrepartie des largesses que nous lui accordons, elle fait savoir que Soussan Ltd lui prodigue les moyens et la logistique.

Le principal bénéficiaire est en fait Soussan Ltd, car nous jouissons de l’effet laboratoire de ce musée différent qui préfigure une partie de la muséologie du 20e siècle.

Quels sont donc la philosophie et le fonctionnement de ce musée des temps nouveaux ?

- Le musée n’est plus un domaine préservé, hermétique et difficile d’accès mais c’est un espace ouvert qui tente, au contraire, de se prolonger et de trouver des ramifications dans la ville, dans la société, dans la vie quotidienne. Ses murs sont devenus poreux, si bien qu’aujourd’hui il est partout et surtout au coeur de la nature. Marcel Soussan disait que les musées sont des décharges de luxe qui structurent, dans un ordre fictif l’invasion progressive du monde par les traces humaines. Ils recyclent et rationalisent les productions les plus imprévisibles, notamment les oeuvres d’art. Nous savons qu’il n’y a pas que l’art qui représente un patrimoine. Tout est potentiellement déjà inscrit sur un inventaire futur. La notion de lieux de mémoire n’est pas du tout réduite à un espace géographique, ou à un objet, elle correspond toujours à un espace symbolique et donc à un ensemble. Le goût du chewing gum à la menthe apporté par les soldats américains en Europe dans les années 50 est un lieu de mémoire parce qu’il rassemble autour de lui des indices historiques partagés par plusieurs générations. Tout n’est pas muséifiable à moins que l’on adapte le musée à la variété des patrimoines qui émergent aujourd’hui. Le musée contemporain reste un garde meuble parce qu’il me semble chaque jour d’avantage alourdi par sa charge de conservatoire, l’effet festif et spectaculaire ne peut masquer la pression qu’exerce la nécessité toujours plus urgente d’organiser des réserves, tant pour protéger les paysages que les réservoirs génétiques qu’ils représentent. On découvre aujourd’hui combien certains gestes et usages séculaires ont eu d’emprise sur notre environnement, et donc sur nos conditions de vie. On mesure à quel point les acquis culturels sont volatiles. Nous sommes pris de vertige par la vitesse des mutations, et ce climat nous fait accepter la progression galopante du territoire muséologique perçu à la fois comme un sanctuaire, et un laboratoire de la diversité. Cependant, les nuisances de l’effet patrimoine s’inscrivent de façon presque irréversible sous nos yeux. Nous acceptons que le conservatoire du littoral aménage des sites protégés avec des voies de circulation, des barrières et des équipement signalétiques hautement nuisibles à son intégrité parce que nous sommes conduits à relativiser la catastrophe de ces aménagements par rapport à d’autres.

Le musée est pourtant lui aussi un facteur de pollution, mais il pollue par doses homéopathiques, pendant qu’à sa périphérie s’amoncellent des déchets bien moins maîtrisés. L’année 2000 a vu le tourisme devenir la première activité économique au monde. Le musée participe à ce développement en générant une activité industrielle et tertiaire. Il est, en de trop rares occasions, impliqué dans des systèmes de production réellement novateurs. Mais il s’intègre d’avantage à un ensemble d’infrastructures conçues pour une consommation hybride à la fois matérielle et immatérielle.

Cette muséologie contemporaine galopante et transparente protège tout. Elle dépose un voile vitrificateur sur des territoires entiers offerts à la délectation de touristes relativement cultivés et habilement canalisés. La protection du patrimoine coûte cher mais les visiteurs consomment proportionnellement à leur état de satisfaction. Nous flânons devant des cartes postales ou des produits dérivé pour prolonger l’instant privilégié de notre passage dans un site exceptionnel. Mais s’il y avait des sites exceptionnels partout ? De là est née l’idée du musée des nuages, il suffit de lever la tête pour y entrer. L’inauguration du musée des nuages a eu lieu en 1990. Je suis allé peindre en famille un nuage - un magnifique nuage produit par la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire. Il existe une photo de cette partie de campagne. La photographie ainsi que la toile qui porte la trace de cet acte inaugural s’appellent Exposition Nr 1. Nous avons inauguré un nouveau type de patrimoine, un patrimoine négatif, dont la longévité excède de loin Lascaux, Chauvet, Cosquer ou Altamira puisque certains résidus de l’exploitation des centrales irradient pendant plusieurs millions d’années. Quel artiste et quels musées peuvent prétendre à de telles performances ?

Quelle est la collection du musée des nuages ?

- Le musée des nuages expose en général des nuages. Nous l’avons fait à différents endroits, par exemple dans la grande serre du Parc Citroën ou j’ai invité le public à écouter une conférence en audio guide. Le public pouvait s’introduire dans cet espace vide - une orangerie entièrement libérée de ses orangers - qui offrait l’image d’une vitrine, mais une vitrine, à l’envers, ouverte sur le ciel d’lle-de-France, retournée. Le parc n’est pas une bulle de verdure dans la cité, c’est un prolongement idéal de l’espace minéral environnant. Il y a une très forte présence de l’architecture. Le public était invité à pénétrer dans cet édifice de verre pour regarder dehors, à travers les vitres. Dans les écouteurs, une disgression sur les nuages évoquait la façon dont la nature continue à nous interpeller dans un univers urbain bétonné. L’écologie s’est aussi un problème qui peut être posé en contexte urbain. Il y a de la nature dans la ville et la ville est un phénomène naturel». De même que la fourmilière est un phénomène naturel, la ville est devenue le contexte « naturel » de l’homme. Le public pouvait s’arrêter 5 minutes, traverser du vide, du ciel, pour rêver et écouter le discours du conférencier. Il y a eu d’autres évènements de ce type. Nous montrons aussi nos collections à l’occasion de certaines invitations adressées à la Fondation Soussan Ltd. Notre société depuis son déménagement, a été obligée de trouver un cadre adapté à certaines des peintures qui ont jonché les murs de nos bureaux et dont nous ne savions plus que faire. Depuis que nous avons refait la décoration de nos locaux; il est devenu difficile dans nos bureaux modernes d’accrocher une peinture craquelée du XIXe siècle.

Soussan Ltd avait même investi dans des peintures du XIXe siècle !

- Nous avons investi, il y a des années, dans ce type d’oeuvres avant de devenir une entreprise communicante et qui communique aussi par les prestations de son siège social. Au cours des années, nous avons accumulé des tableaux, dont on ne connaît pas toujours les origines. Ils constituent aujourd’hui une collection regroupée dans le cadre de la Fondation. Cette collection est devenue un espace de laboratoire qui nous permet de tester l’efficacité de nos propositions industrielles. Elle permet, par exemple, de voir comment on éclaire un tableau. Elle fournit un véritable exercice de conservation appliquée. Nous la montrons quand nous sommes invités, comme par exemple à l’école d’Art et de Décoration de Limoges où des étudiants ont travaillé la mise en scène de notre collection de tableaux en utilisant du matériel Soussan Ltd pour des questions d’efficacité. Nous sommes particulièrement fi ers d’un ensemble de tableaux représentants des hygromètres. Ce sont des nature-mortes de tous styles et d’époques variées, peintures, dessins, photographies. Nous essayons de faire vivre cette collection et de l’agrandir avec des oeuvres infographiques pour voir comment ce genre pictural continue à être traité aujourd’hui.

Comment pouvons-nous qualifier la dimension politique des oeuvres du musée pour lequel tu travailles ?

- Je crois que les oeuvres d’art peuvent nous aider à prendre position par rapport à un certain nombre d’enjeux. Le musée de nuages assume cette charge en s’intéressant particulièrement à des questions comme celle de l’énergie nucléaire. Mais plutôt que de tenter de les attaquer de front avec un regard ou des gestes dénonciateurs, il ne fait que les montrer. Le nuage émis par la centrale est peint avec énergie et avec une pointe de lyrisme. Il n’y a pas d’accusation. Quand tout est trop simple tout se complique... Le spectateur est libre interpréter comme il le souhaite ce nuage « radioactif », de le trouver beau ou de le craindre. Tu le places face à un objet qui se contente de constater un phénomène, à lui de décider si une telle industrie est nocive ou non. La représentation se veut être la plus « neutre » possible. Puis-je évaluer cette nocivité au point de vouloir priver autrui de son propre jugement ? La même image pourrait être utilisée par les partisans du nucléaire ou ses opposants. Si j’en avais envie je pourrais aller voir EDF en leur disant « regardez comme elle est belle cette peinture ». Je ne sais s’ils ne prendraient pas cela pour une apologie du nucléaire. C’est cette potentielle erreur d’interprétation qui peut permettre de penser au danger. Mon but est atteint si celui qui regarde se demande « pourquoi ne dénonce-t-il pas cela », « pourquoi ne met-il pas une tête de mort allégorique dans le nuage ? ». Ce n‘est pas à moi de dire qu’il faut réagir, je peux simplement placer des réacteurs. Je crois qu’on ne peut pas dicter aux gens les positions qu’ils doivent prendre. Aujourd’hui, le musée des nuages envisage un catalogue de propositions pour économiser de l’énergie. Il effectue des recherches dans ce sens avec notamment des partenaires de la Fondation Soussan Ltd. Ces recherches aboutissent à des propositions plus ou moins acceptables. Il y a notamment, une expérience menée avec Cyril Delage, un triathlète qui en échange de l’aide qu’il reçoit de la Fondation pourrait nous fournir de l’énergie. En effet, quand il s’entraîne le sportif dépense énormément d’énergie, ça se mesure en centaines de watt. Hors compétition, cette énergie peut être récupérée pour alimenter des batteries qui seront ensuite utilisées dans les musées par exemple pour les audio-guides.

Quelle aide lui a apporté la Fondation ?

- Un soutien moral, essentiellement, c’est le plus important. Nous avons commencé par lui donner de l’énergie psychologique. Notre image de marque de fournisseur des musées était un apport important qui lui a permis d’obtenir d’autres sponsors. Nous avons fait ce que nous pouvions pour communiquer autour de lui et pour l’aider à valoriser sa surface publicitaire. Voilà trois ans que nous le soutenons moralement, et depuis peu de temps nous avons enfin trouvé une solution spécifique à sa pratique du sport. Bientôt, nous transformerons son énergie afin qu’il poursuive sa course. Pour revenir à cette idée d’engagement, ce qui a été produit à Pougues voudrait être aussi neutre que le ph d’une eau idéale. Parallèlement aux abreuvoirs d’eau de source pour les oiseaux, une fontaine a été créée pour le confort des visiteurs du centre d’art. Cette égalité de traitement éveillerait-elle une critique ? Si tel était le cas, ce n’est pas moi qui la produirait mais l’observateur de ce dispositif car je pense sincèrement que les oiseaux méritent autant d’attentions que les visiteurs d’expositions.

La fontaine est un axe de ton travail qui fait référence à de prestigieux précurseurs ! Est-elle une proposition de Soussan Ltd ou du musée des nuages ?

- Les fontaines et les points d’eau sont la spécialité du musée des nuages. Ce dernier a insufflé à Soussan Ltd. Son intérêt pour les fontaines. Il nous a éclairé sur cette question. Nous avons décidé de proposer à des entreprises culturelles des points d’eau et d’imaginer des services adaptés à chaque organisme. La fontaine réalisée à Pougues est un objet original qui n’a jamais été conçu auparavant. C’est une donneuse d’eau et non pas une fontaine payante tels les distributeurs automatiques installés habituellement par Soussan Ltd.

Ici, ton travail résonne une nouvelle fois avec l’histoire de Pougues. Le terme de donneuse d’eau fait référence à ces femmes qui travaillaient chaque saison auprès des sources.

- J’ai trouvé le nom de la donneuse d’eau en consultant les archives. Dans ce site il est important que l’eau continue d’être proposée aux visiteurs. Cette donneuse d’eau ne sera complètement

achevée que le jour ou elle distribuera de l’eau de Pougues-Les-Eaux. Ainsi d’une part, nous nous sommes appuyés sur l’histoire de la station thermale, mais d’autre part nous avons inventé un nouvel usage de la source.

Quel était ce petit appareil qui servait à aller chercher de l’eau à la source ?

- C’est un moyen utilitaire qui a été crée pour les abreuvoirs. Il a été conçu en matériaux inoxydables et il supportera toutes les intempéries. Il ne prendra pas la foudre. Il est constitué de matériaux hyperlégers et ressemble à un cycle. Il est construit avec des pièces de vélo de compétition. C’est un objet technologique, exactement comme les VTT qui sont des moyens écologiques pour consommer la nature. Mais il défend une technologie verte, efficace, mobile et légère. Je crois énormément à cela. Je voulais cette esthétique très actuelle. Il permet de transporter l’eau. C’est un porteur d’eau. Jusqu’à la dernière guerre il y avait des porteurs d’eau dans les villages et dans certaines villes de France. Ici, c’est une transposition contemporaine de cette activité qui a périclité mais qui pourrait réapparaître. Nous-mêmes, nous sommes devenus des porteurs d’eau quand nous achetons de ce liquide au supermarché. Il n’y a rien de plus laid que ces bouteilles que l’on transporte, que ces packs que l’on porte, que ces stocks d’eau que nous avons chez nous qui sont ingérables esthétiquement et qui polluent. Aujourd’hui nous savons bien que les années de consommation d’eau débridées ne reviendront plus. Il faudra trouver de nouvelles formules de consommation, des gestes nouveaux. Le musée des nuages avec le concours de Soussan Ltd, sa cheville ouvrière, travaille sur de nouveaux systèmes de transport et de distribution.

Tu crées une firme, une fondation, un musée fictifs qui sont le miroir de l’organisation des grandes entreprises actuelles et de certaines de leurs préoccupations (par exemple les stratégies de communication et de publicité...). Tu te présentes toi même comme un industriel. Depuis les années 50, un grand nombre d’artistes réfléchissent à l’art, à son objet et par la même à sa reproductibilité, à son marché, au statut de son auteur, à sa relation au spectateur ou à la culture dite populaire, en déclinant des propositions qui sont en lien avec les caractéristiques économies de l’époque et les mutationsqu’elles ont engendrées. Je pense, notamment, à la Factory de Warhol et à sa déclaration « I Want to be a machine » ou à Philippe Thomas avec « Les ready made appartiennent à tout le monde ».

- Philippe Cazal a crée un label. Il a crée une image de marque pour son travail d’artiste, ce qui est l’apanage des entreprises. Auparavant d’autres artistes aux USA avaient travaillé sur ce sujet, Oldenburg, avec son Store ou Warhol. On peut remonter aussi à David avec son atelier et aux peintres de la renaissance. Il y avait dans le pop art cette idée qu’il est possible de créer un terrain d’échanges à travers les images populaires, un terrain d’échanges qui puisse transformer la définition de l’art lorsque l’on modifie le statut des objets. Il y avait une ironie et un optimisme très fort, en phase avec le public, une croyance en l’art pour notre temps avec les moyens de notre époque. Je suis complètement d’accord avec cela, et admiratif, mais pour Soussan Ltd je souhaitais prendre un peu de recul en m’adressant en tant que fournisseur des musées non plus seulement au public mais au musée et à son personnel, c’est à dire aux médiateurs de l’art.

En collant aux modes de production et commercialisation de l’économie (à la standardisation et à l’industrialisation) comment cherches-tu à faire réfléchir à cette annexion des rapports au monde par l’entreprise ?

- Comment intervenir dans des systèmes de production automatisés de plus en plus serré et tendus au point que tout geste individuel y devienne impossible ? Et cela sans forcer, ni pervertir mais en dialoguant avec les divers opérateurs pour y insérer quelque chose qui soit visiblement de l’humain ? Le détournement ne m’intéresse pas. Je tente d’utiliser les outils de production avec le maximum de présence d’esprit pour arriver à les employer différemment. Je veux travailler dans les cadres existants et voir comment il est possible de les aménager. Par exemple, je travaille sur les extincteurs. Ce sont les objets les plus contraignants qui soient. Ils sont soumis à une réglementation très rigoureuse et à une pression terrible : la sécurité. On ne peut pas s’amuser à faire n’importe quoi avec du matériel incendie, c’est-à-dire que je ne peux pas dire qu’on va peindre cet extincteur, ou qu’on va mettre des messages comiques dessus... Et pourquoi cependant devrions-nous nous laisser imposer trop de choses ? Qu’est-ce que l’on peut arriver à déplacer dans cet ensemble très contraignant ? Nous ne pouvons pas éviter les extincteurs. Au Louvre, dans les salles les plus somptueuses, celles qui ont été travaillées avec le maximum de détails, ils sont tout de même présents. Je suis fasciné par cela et en même temps je me demande de quelle manière je peux travailler dans ce carcan. Par exemple, le rouge est la couleur obligatoire pour le matériel incendie. Je me suis demandé s’il y avait une mesure précise de ce rouge. J’ai lu les textes de lois. J’ai cherché partout et je n’ai pas trouvé de longueur d’ondes imposée pour cette couleur. Il n’y a aucune mesure physique précise. Le seul qualificatif que l’on trouve, c’est rouge incendie. Qu’est que cela veut dire « rouge incendie » ? à partir de là tout est possible et c’est ça qui m’intéresse. J’ai alors réalisé des extincteurs de teinte rouge mais avec des rouges variés. Mes extincteurs ont gardé toutes leurs fonctions. Je peux actuellement produire une gamme de rouge assez étendue. On peut décider de choisir le rouge de ses extincteurs, mais il faut le décider... J’épouse les contraintes, tout en organisant des décalages et des jeux qui peuvent aiguiser le regard du public et l’inviter à mieux observer son environnement, son contexte dirait Ghislain Mollet-Viéville. Nous allons à la rencontre d’un Rembrandt pourquoi n’irions-nous pas à la rencontre d’un extincteur pour sortir du parcours fléché qui nous donne des oeillères ? Il faut s’intéresser aux conditions de la muséologie et, en tant que fournisseur des musées, aménager des zones de réflexion. Pourquoi les oeuvres ? Que peuvent-elles dire encore aujourd’hui ? Quelle est leur nécessité ? Que pouvons-nous en attendre ? Il me semble important de ne pas avoir un regard acquis à l’art mais de conserver envers lui un regard critique.

Tu ne produis que des écarts infimes ?

- La recherche des rouges pour les extincteurs est aussi importante qu’une action beaucoup plus visible qui aurait lieu dans la rue ou dans une vitrine. Un décalage infime peut déstabiliser un édifice entier. Nous agissons donc avec délicatesse, certains que les interventions de Soussan Ltd ont un impact proportionnel à leur discrétion. Nous avions d’ailleurs en 1989 un slogan qui disait : « C’est notre discrétion qui fait notre talent. »

Ton travail s’inscrit dans la lignée des préoccupations de Duchamp : à la fois dans son renoncement à l’unicité de l’oeuvre d’art et à la différenciation avec l’objet ordinaire, et dans la manière dont il a révélé la fonction de l’institution. L’idée qu’« un monde de l’art » plus ou moins institué est nécessaire pour conférer à un objet le statut d’oeuvre a été aussi développée par les philosophes G. Dickie et A. Danto. Beaucoup d’artistes ont insisté sur l’importance du contexte social, historique, et culturel dans la reconnaissance de l’oeuvre d’art. Tes sociétés, fictives chacune à leur manière, proposent d’élargir le territoire de l’art. Soussan Ltd partenaire de l’institution artistique pose la question de la validité des objets qui y sont présentés en désignant comme oeuvres, à l’intérieur de l’institution, des objets fonctionnels (extincteurs) ou des services qui étaient jusqu’alors des phénomènes périphériques liés aux conditions d’apparition de l’oeuvre. Des phénomènes jugés secondaires. Parfois, ton entreprise propose de nouveaux lieux d’exposition et de diffusion de l’art (fontaine de la DAP). Le musée des nuages, quant à lui, institution muséale fictive peut apparaître à tout moment pour désigner comme oeuvre n’importe quel élément de la vie. Il offre la possibilité de nommer « oeuvre » tout objet observé dans son cadre habituel, qu’il devienne artistique. Il est dynamique et politique, inscrit dans les préoccupations de notre société. Il critique l’institution en suggérant de ne plus s’intéresser qu’à la conservation et en proposant des actions (des performances ? ), des objets de « design interrogatif », des expositions, bref une variété d’outils de représentation, lui mettent en valeur certains problèmes écologiques et qui suggèrent de nouvelles pratiques sociales. Les critères d’appréciation des oeuvres sont leur portée écologique, c’est-à-dire les relations entre les êtres et leur milieu. Tu deviens alors, à toi tout seul, « le monde de l’art ». Cette idée que toute chose peut devenir un objet artistique — explorée par Wittgenstein (l’art est un langage de signe en communication avec d’autre signes développés par les humains) et par la sémiotique de Pierce (tout peut devenir signe - il n’y a pas d’ontologie du signe) a conduit Nelson Goodman à poser cette question : « Quand y-a-t-il art ? », c’est-àdire quelles conditions sont nécessaires à l’apparition de l’art.

- Marcel Soussan (encore lui) disait dans des termes qui ne me reviennent pas exactement que toute entreprise trouve son origine dans un projet et qu’un projet est avant tout un rêve. Je n’emploie jamais le terme d’entreprise fictive, car c’est à mon avis un euphémisme, une entreprise est une personne morale, selon l’acception consacrée, je dirais donc plutôt que j’anime et que je tente de diriger une personne morale qui n’a toujours pas accédé à l’âge adulte. Si mon travail s’inscrit dans la lignée de Duchamp, c’est parce que j’ai pris le raccourci qu’il avait indiqué.

L’ambiguïté dans ma démarche était que je voulais sortir de la problématique du marché de l’art mais aussi tenir un discours un peu critique vis-à-vis de la production artistique institutionnelle en montrant que ses excès conduisent à un dialogue entre nous, à un espace sans surprise pour les uns et sans échange pour les autres, à des « private jokes ». En tant que fournisseur des musées, je me suis implicitement inscrit dans le cercle des initiés, mais pour m’intéresser aux questions les plus triviales. Peut-on toucher un large public, et comment faire ? Faut-il faire comme les autres ? J’ai utilisé des supports habituellement mis en place par la publicité et je les ai employés pour montrer des oeuvres. C’est un travail de propagande pour l’art, il s’agit d’occuper le terrain. Une action comme le sponsoring de l’athlète Cyril Delage en est une démonstration « sportive ». Un objet comme la fontaine de la DAP propose à d’autres artistes une surface reprise à la pub ou au décoratif bas de gamme, pour en faire un espace qui ait du sens, qui génère autre chose qu’un décor standardisé. Ce fut un objet difficile à réaliser, dans un domaine qui est, en fait, la spécialité des limonadiers. La question n’est pas à mon avis de produire des signes qui soient reconnus comme l’émanation d’une activité artistique, mais de révéler la singularité des matériaux, des situations et des signes auxquels nous sommes tous confrontés. L’expérience du musée peut paradoxalement être une expérience de l’absence d’art. Mais le désir quasiment mystique du chef d’oeuvre fait encore des miracles...

Tes propositions peuvent paraître légères, elles sont pourtant sérieuses. Elles flirtent avec le politique tout en restant poétiques. Elles sont critiques et cultivent une ambiguïté.

- J’ai aussi envie de faire des choses simples, aussi simple qu’un verre d’eau, et pourtant la simplicité d’un verre d’eau est difficile à traduire tellement cela est important. La force des principes élémentaire qui font la qualité de la vie est en train de nous revenir et de s’imposer à nous amateurs de biens de consommation. Je fais le même chemin que ces artistes qui se sont intéressés à la peinture dans ce qu’elle avait d’élémentaire mais à l’échelle du quotidien, en abandonnant l’idée d’un statut de l’oeuvre d’art qui la rende inutilisable et contemplative. On a tendance à dire que l’inutilité est une caractéristique spécifique aux oeuvres d’art, il y a tellement de choses inutiles qui ne sont pourtant pas de l’art. Je ne crois pas non plus que l’oeuvre doive délivrer un message, ce serait plutôt le récepteur, le public qui donnerait son sens. Le sens est relatif et donc multiple. Devant tant de possibilités, j’essaye de m’arrêter à des critères moins subjectifs. Je tente de soustraire mes propositions à un jugement esthétique, en avançant des arguments moins habituels comme l’efficacité, l’ingéniosité, la discrétion, ou la légèreté tant matérielle que financière.

Conversation avec Emmanuelle Chérel
1999-2000

Cet entretien a été commandé et édité par le Parc Saint Léger, Centre d’art de Pougues-les-Eaux.
Paru dans la revue Art Présence n°38. Avril-mai-juin 2001.

Dépensez ! Récupérez !
Dépensez ! Récupérez ! Un vélo de charge est installé dans une banque : le crédit mutuel enseignant de Versailles. Paul Robert, coureur contemporain et son sponsor Soussan Ltd offrent aux usagers du CME un vélo elliptique aménagé pour convertir l’énergie de leur dépense. Grâce à cet appareil, clients et personnels pourront évaluer leur capacité à dépenser autant qu’à récupérer. Dépense soucieuse d’un développement harmonieux et durable. Dépensez ! Récupérez ! En sport, en économie, à la bourse, en thermodynamique, dans notre corps, dans la vie… ces deux flux ne font qu’un. Dates et lieu : du 24 novembre au 3 février 2007 au Crédit Mutuel Enseignant - 80 rue de la Paroisse, 78000 Versailles.
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations