ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2006-2008 > Public Globality Gardens
 
Généralités

Partenaires
Dates et lieux
Conférence de presse
Catalogue
Agenda

Textes

Vers un art sans oeuvre, sans auteur, et sans spectateur, par
Stephen Wright

Pour un catalogue des arts
réputés illégitimes, par
Jean-Claude Moineau

Six points d'informations, par
Marie-Pierre Bathany

Performer la société, par
François Deck

Archiver la disparition, par
Alexander Koch

Emancipation, par Brian Holmes
Un manifeste hacker, par McEnzie Wark
La vie au point de mire, par Suely Rolnik

Amicale de la Biennale de Paris

Texte d'introduction, par Jean-Baptiste Farkas
1ère Amicale
2e Amicale
3e Amicale
4e Amicale
5e Amicale
6e Amicale
7e Amicale
8e Amicale
9e Amicale

Démarches

Académie du vent
Agence
Association A-R
Agendas Espaces
Au Travail
Au bout du plongeoir
Bourse du Travail Parallèle
Courants Faibles
Cyril Delage-triathlète
Expertises réciproques
Fondation Rosario Almara
Gang of Cupidon
Glitch
Guide des Buffets de Vernissage
Journée Libanaise du Taboulé
Infratecture
Il paraît que
Ikhéaservices

Incompatibles
International Benjamin Kit
L'art est l'entreprise
La Bergerie
Le Révérend Billy
Les Somnatistes
Name Diffusion
Madame Duplok
Médicaments
Mercado Ley
Microcollection
Musée des nuages
Mutuelle Ermut
Offre de temps de chômage
Ostsa
Paul-coureur de fond
Pinxit LM
Précaritas
Public Globality Gardens
Qantador
Que reste-t-il de Florian
Rencontre Service
Rue de la Gare
Saint-Thomas l’Imposteur
Soussan Ltd
Stratégies et Méthodes TB
Syndicat d'initiatives
Target Autononpop
That’s Painting Productions
Thermo-hygrographe
The Yesmen
The real world
Third Text
Visualinguistic
Voghchaberd
Y a trop d'artistes!
Ultralab
Ynbk

Annonces 1

Dans l’art contemporain on
trouve de tout, mais en moins
bien qu’ailleurs

Découvrez en vous l’artiste que
vous avez toujours rêvé d’être

I have nothing to show
and I’m showing it

Je vois l’art de plus en plus,
là où ça n’est pas fait exprès

Journée nationale d’abstention de fabrication de produits artistiques
La culture façonne par toutes
ses expressions une pratique
de l’obéissance

L’oeuvre fait écran à l’activité artistique
Participer aux recherches
d’un disparu

Un beau cadre de vie est
l’archétype de l’art du futur

Un art libéré de l’idée de l’art,
ce serait tout un art


Education

Apprendre l’histoire de l’art
à partir de silhouettes d’artistes

Ateliers de dessins
inaccessibles au regard

Recherches sur la visibilité
pour les non-voyants


Etudes

Etude sur la reconversion
du monde de l'art


Annonces 2

Agencement d’art
Achetez votre électricité
Accord juridique entre 2 parties
Appel à l'unité du Liban
Appel à candidatures Précaritas
Déclaration formelle d'existance
Désuétudes
Foyer des auteurs émergents
Insertions dans la presse
Jeu de société
Publicités
Recherche complices
Re-introduction du goût dans l’art
Supplément d’oeuvre

Compétences et incompétences

Compétences
Incompétences
Mutualisation des incompétences

Produits

Bière spéciale coupée à l’eau
Bière 8.7
Blanc
Cocktails
Collecteurs excréments de chiens
Confetti
Conservateur liquide universel
Eau du robinet au naturel
Extincteurs
Fontaine
Fantômes
Hygromètres
Isoloirs pour téléphones mobiles
Le diable
Les Marcel’s
Objets Dériviants
Oca-Ola
Outillage
Miel Béton
Tee-shirt XLs
Revaloriser les produits degradés

Services

Annulation d’espaces
Buffets de vernissages
Chargeur de téléphone portable
Contrats prévoyances obsèques
Déménagements
Destruction de lieux d’exposition
Déplacement d’oeuvres
Immortaliser votre amour
Inventaire des moins visibles
Locations de chaises de toile
Mesure de la qualité de vie
Motifs décoratifs
Nettoyage et entretien
Organiseur
Peinture en bâtiment
Piscines
Simulacres d’oeuvres nocifs
Superfiltre de perception
Transport de courrier à pied
Travaux de bâtiment
Un jeu de cartes
Visualisations des idées

Public Globality Gardens

La planification urbaine, la relation qu’elle entretient avec l’art, est étroitement liée avec l’intérêt des artistes pour la démocratie.

Le renforcement de la démocratie est l’un des aspects essentiels qui assure aux citoyens une société durable. La planification urbaine est souvent une discussion entre les hommes politiques et les urbanistes, et quelquefois en coopération avec les ONG et les citoyens. Mais une tendance alarmante a vu le jour, avec l’influence croissance des intérêts financiers qui régulent la situation de la ville et de la région. Des artistes travaillant sur le terrain ont remis en question ce développement, en alléguant que la société, au lieu de réduire son influence sur la planification urbaine, devrait l’augmenter. Ainsi, elle renforcerait la démocratie et n’abandonnerait pas sa position pour une économie de marché. Le rôle de cet article est de renforcer la fonction de l’artiste dans la planification urbaine en tant qu’agent, avec comme condition qu’il puisse enquêter librement. Cette condition est essentielle pour le développement d’une société durable, et de ses fondements démocratiques. Les activités artistiques sont des aspects fondamentaux pour le développement et le renforcement de la démocratie, et afin de trouver un équilibre dans le développement urbain de toutes les sociétés. Dans cet article, nous donnerons des exemples d’activités artistiques dans le domaine de la planification urbaine.

La démocratie dans la planification urbaine

Qu’est ce que la démocratie participative, et comment, en tant qu’artistes, avons-nous travaillé sur ce concept ? De nombreux aspects intéressants de la relation entre la planification urbaine ou régionale, et la démocratie participative démontrent souvent le fait suivant : lorsque l’on demande que la participation des citoyens soit de plus en plus importante, celle-ci se révèle le plus souvent être en fait une influence décroissante. En tant qu’artiste, le groupe Public Globality Gardens a créé une image de cette relation de pouvoir en créant une oeuvre artistique sur une place centrale à Malmö, en Suède ; il s’agit d’un jardin ouvrier grandeur nature. Cette recherche de la démocratie dans la vie réelle a soulevé quatre questions particulièrement importantes. «Comment diriger un projet d’urbanisme, par rapport aux personnes vivant dans cet endroit ? », «Comment prendre en compte les connaissances des citoyens à propos d’un endroit ? », « Qui est le porte-parole des citoyens ?» et enfin «Qui a le code d’entrée et qui ne l’a pas, et comment allons-nous faire face à ce problème ? ».

Le jardin ouvrier sur la place St. Knuts

« Le jardin ouvrier sur la place St. Knuts » était une action artistique en relation avec le développement durable, c’était une méthode pour que les artistes puissent travailler en ayant des préoccupations liées à l’environnement. Ce projet a été organisé par Public Globality Gardens (les jardins publics mondiaux), un groupe indépendant d’artistes venant de Malmö, Scania, en Suède. Les points de départ de ce groupe sont les principes formulés dans la Déclaration des Nations Unis, Agenda 21 et 27. Cette action artistique avait deux objectifs principaux. Tout d’abord, il s’agissait d’une réaction contre la fermeture prévue d’une aire de jardins ouvriers, en périphérie de Malmö, Sibbarp, près du pont Öresunds. Construire quelque chose dans le quartier central d’une ville qui appartient normalement à la banlieue, est un commentaire à la fois esthétique et politique. La seconde raison pour laquelle un jardin ouvrier a été construit sur la place centrale de Malmö est la politique environnementale non satisfaisante, qui avait des effets négatifs à la fois sur l’environnement, la société et la culture. Malmö a très peu d’espaces verts, cela vient du passé agricole de la ville. Malmö a été construite à l’endroit le plus humide du monde, et n’a pas beaucoup de nature « réelle ». étant donné que Malmö est un endroit qui se développe considérablement, cela aura une influence non négligeable sur des aspects de l’environnement local, tels que le milieu local, la biodiversité, et la santé des citoyens. Malgré cela, la densité du trafic va augmenter ; la ville est faîte pour les voitures, et non pour les hommes, et si la résistance n’est pas assez forte, rien ne sera fait pour arrêter ce développement. Lorsque nous avons commencé à construire le jardin ouvrier, beaucoup de gens nous ont demandé si les légumes seraient comestibles, à cause du trafic. Notre réponse était, et est toujours : « S’ils ne le sont pas, alors les voitures n’ont plus rien à faire ici ! Et entre nous tous, nous devrions être capable de faire quelque chose pour lutter contre cela ! »

Le jardin ouvrier a été placé à Malmö, lors de la période de culture de mai à décembre 2003. Puisque les marchés ne sont plus très rentables de nos jours, la place n’est plus utilisée comme une place de marché, et elle n’est d’ailleurs plus utilisée du tout, pour quoi que ce soit. C’est maintenant un désert urbain, un désert de pierre. De nombreuses personnes vivent tout autour de cette place, et regardent d’en haut cet espace vide, attendant que quelque chose s’y passe. Son voisin le plus proche est la route à deux voies qui passe à côté. C’est dans cet environnement qu’a été construit le jardin ouvrier, sur cette place du marché pavée, avec une longueur de 120 m2, et une hauteur de 1,5 m. Dans un but écologique, nous avons utilisé des matériaux recyclés, et le jardin reposait sur 300 palettes de tailles différentes. L’installation de ce jardin a véritablement comblé un « trou noir » dans ce quartier. Pour certaines raisons, la méthode trop souvent utilisée pour décorer une ville est de la parer de fleurs, ou d’autres équipements commerciaux de jardin. Dans le domaine politique, cela a alimenté le conflit des 300 cultivateurs menacés par la fermeture de leur aire de jardins ouvriers, et provoqué une réaction générale contre une démocratie qui ne fonctionne pas. Malgré les demandes du gouvernement visant à accroître la participation et le poids des citoyens dans la politique locale, les fondements de la démocratie sont inexistants dans la planification urbaine. Concernant la planification urbaine, il s’agit d’un processus interne comprenant un pouvoir politique inhérent, ainsi que des intérêts financiers. La convention de Rio voudrait que nous touchions tous les aspects de la société, ce qui signifie que les priorités du travail sur l’environnement de la fin des années 1960 sont dépassées. Cependant, les intérêts économiques sont dominants lors des étapes de la planification urbaine, et, malheureusement, le Conseil Municipal de la ville néglige les arguments d’une société durable. Est-ce qu’un jardin ouvrier urbain fonctionnerait ? Depuis que ce jardin ouvrier a été construit sur une place publique centrale, aux caractéristiques habituelles propres aux jardins, est venu s’ajouter le fait que tout un chacun était invité dans ce jardin, pour y faire ce que bon lui semble. Nous avons souvent eu à répondre à la question suivante : Est-ce que les gens n’en viendront pas à abîmer ce jardin ? Bien au contraire, il fut difficile d’expliquer aux gens qu’ils pouvaient utiliser ce jardin ouvrier pour faire pousser des herbes, des légumes et de la rhubarbe. La vie en ville va peu à peu s’améliorer si l’on considère les espaces urbains situés « au milieu » comme des opportunités susceptibles d’améliorer l’environnement. Nous avons cultivé le jardin avec tous ceux qui habitaient autour de la place. Un homme assez âgé, un ancien boxeur, a préparé la culture de poireaux, et a récolté un type de pommes de terre danoises, appelées « Birgitta », qui nous a été donné par Nordic Gene Bank, (Banque de Gênes du Nord). Il s’agit d’un centre de recherche pour la préservation des graines locales. Notre plus grand fan était un jeune garçon de cinq ans, qui avait planté dans le jardin des tomates et des courges et nous aidait à arroser. Nous avions de l’eau qui venait d’une maison voisine, et Dieu merci parce que c’était une saison vraiment très chaude. Il est important de développer un processus de planification urbaine durable. Une des conséquences de la démocratie participative est un besoin de plus de coopérateurs. « Le jardin ouvrier de la place St. Knuts » était un projet de coopération dans lequel des personnes de différentes professions travaillaient avec des ONG et des personnes vivant dans le quartier. La culture est un bon travail, une plate-forme concrète pour des discussions politiques, parce qu’elle est un acte ambiguë sur la nature. C’est à la fois anthropocentrique et éco centrique. Cela signifie à la fois contrôler la nature dans la mesure où nous pouvons la comprendre, et faire partie de la nature. Dans le domaine politique, lorsque nous devenons propriétaires, ce changement est-il en lui-même une transition entre l’altruisme et l’égoïsme ? Ou bien à partir de quel moment la propriété foncière devient-elle une source de problèmes éthiques et environnementaux ? Nous ne demandons pas aux gens de dresser des conclusions finales sur l’influence des économies de marché sur la société, mais c’est une demande adressée à tous les citoyens, non seulement à Malmö, mais partout dans le monde, pour qu’ils réagissent face à la domination grandissante du capital financier qui atteint tous les pays du monde à travers la mondialisation. « Le jardin ouvrier sur la place de St. Knuts » a apporté une contribution non violente à cette discussion. « Le jardin ouvrier sur la place de St. Knuts » permettait de se rappeler que nous avons besoin d’espaces publics qui ne soient pas commerciaux, et dans lesquels tous les citoyens puissent se rendre. Si nous n’utilisons pas ces espaces, ils deviendront des endroits de stockage pour l’administration publique, ou pire, des lots de parking. Cet espace central était utilisé jour et nuit pendant la chaude saison de l’année 2003. Il était utilisé pour de petits concerts, des réunions sociales, comme endroit pour se reposer, faire du sport, bronzer, pour des conférences, des cultures ; les gens plantaient, récoltaient, arrosaient le jardin et s’en occupaient. Pendant la nuit, il était utilisé par les jeunes comme un en droit de rencontre, pour parler dans une ambiance plus « intime » que celle des espaces publics habituels. Nous avons pris congé de ce jardin ouvrier à la fin décembre, avec une chorale d’hommes et un sapin de Noël illuminé ; le jardin a été démonté, et les matériaux utilisés ont été envoyés pour le recyclage. En avril 2004, les fouilleurs ont commencé à détruire les jardins ouvriers de l’endroit qui se trouvait aux environs de Malmö, afin de le préparer pour des fouilles archéologiques. Cela prendra au moins quatre ans pour atteindre le plan terminé de cette zone, si ce plan est approuvé par toutes les instances. Précédemment, on a déjà vu des aires de jardins ouvriers qui ont été fermées et sont maintenant des trous béants, puisque les plans de construction n’ont jamais été concrétisés.

Les artistes dans le développement durable régional

Contexte : Le Bureau de la Société Durable est un projet qui éclaire, explore de manière expérimentable, et agit de manière concrète sur le développement durable urbain. Le projet est basé sur les artistes, et/ou les groupes d’artistes suivants : « Public Globality Gardens (S), YNKB (DK), Konstfrämjandet i Skåne (S), Nis Rømer (DK), Khaled Ramadan (DK) et Cecilia Wendt (S). Le but de cette coopération est d’amener les questions de la planification locale urbaine à un niveau signifiant, à la fois au Danemark et en Suède. Grâce à des documents et des installations, Le Bureau de la Société Durable aimerait inspirer des actions locales et développer un plan d’action qui pourrait être utilisé pour renouveler et changer la planification urbaine à l’échelle mondiale. « Le Bureau de la Société Durable » est une base active où des exemples de ses travaux, et de ceux des autres sont accessibles grâce à une bibliothèque, des archives, des vidéos, des présentations, des cassettes, un site virtuel etc. Le public est invité à venir étudier les archives lorsque le bureau organise des expositions, de différentes manières. Le but est aussi de construire des archives virtuelles, sur le site Internet du projet. Le Bureau de la Société Durable est un bureau mobile, qui se situe dans des endroits différents de la région d’Öresund. Ce projet a commencé avec le Musée de l’Art Contemporain à Roskilde, du 23 janvier au 21 mars 2004. étant donné que de nombreux artistes travaillent sur les mêmes aspects de la planification, et sur sa relation avec la durabilité, le projet a invité des artistes et des organisations travaillant dans le même contexte que les artistes à collaborer. Le Bureau de la Société Durable est en train d’organiser « Les Séminaires et Ateliers du Bureau de la Société Durable » (en 2006), dans le but d’apporter une contribution théorique dans un EXPERIEMENTARIUM. « Les Séminaires et Ateliers du Bureau de la Société Durable » ont comme objectif de créer des archives et un forum pour les artistes travaillant dans ce contexte, ainsi que d’encourager les artistes à communiquer leurs idées pour le développement de la région.

Conception et organisation : Christel Lundberg.
Construction : Sabina Jallow.
Documentation et crédits : Åke Hedström.

Public Globality Gardens 1
Public Globality Gardens. Occupation de l'espace public par la construction de jardins.
Public Globality Gardens 2
Public Globality Gardens. Occupation de l'espace public par la construction de jardins.
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations