ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2006-2008 > Les Somnatistes
 
Généralités

Partenaires
Dates et lieux
Conférence de presse
Catalogue
Agenda

Textes

Vers un art sans oeuvre, sans auteur, et sans spectateur, par
Stephen Wright

Pour un catalogue des arts
réputés illégitimes, par
Jean-Claude Moineau

Six points d'informations, par
Marie-Pierre Bathany

Performer la société, par
François Deck

Archiver la disparition, par
Alexander Koch

Emancipation, par Brian Holmes
Un manifeste hacker, par McEnzie Wark
La vie au point de mire, par Suely Rolnik

Amicale de la Biennale de Paris

Texte d'introduction, par Jean-Baptiste Farkas
1ère Amicale
2e Amicale
3e Amicale
4e Amicale
5e Amicale
6e Amicale
7e Amicale
8e Amicale
9e Amicale

Démarches

Académie du vent
Agence
Association A-R
Agendas Espaces
Au Travail
Au bout du plongeoir
Bourse du Travail Parallèle
Courants Faibles
Cyril Delage-triathlète
Expertises réciproques
Fondation Rosario Almara
Gang of Cupidon
Glitch
Guide des Buffets de Vernissage
Journée Libanaise du Taboulé
Infratecture
Il paraît que
Ikhéaservices

Incompatibles
International Benjamin Kit
L'art est l'entreprise
La Bergerie
Le Révérend Billy
Les Somnatistes
Name Diffusion
Madame Duplok
Médicaments
Mercado Ley
Microcollection
Musée des nuages
Mutuelle Ermut
Offre de temps de chômage
Ostsa
Paul-coureur de fond
Pinxit LM
Précaritas
Public Globality Gardens
Qantador
Que reste-t-il de Florian
Rencontre Service
Rue de la Gare
Saint-Thomas l’Imposteur
Soussan Ltd
Stratégies et Méthodes TB
Syndicat d'initiatives
Target Autononpop
That’s Painting Productions
Thermo-hygrographe
The Yesmen
The real world
Third Text
Visualinguistic
Voghchaberd
Y a trop d'artistes!
Ultralab
Ynbk

Annonces 1

Dans l’art contemporain on
trouve de tout, mais en moins
bien qu’ailleurs

Découvrez en vous l’artiste que
vous avez toujours rêvé d’être

I have nothing to show
and I’m showing it

Je vois l’art de plus en plus,
là où ça n’est pas fait exprès

Journée nationale d’abstention de fabrication de produits artistiques
La culture façonne par toutes
ses expressions une pratique
de l’obéissance

L’oeuvre fait écran à l’activité artistique
Participer aux recherches
d’un disparu

Un beau cadre de vie est
l’archétype de l’art du futur

Un art libéré de l’idée de l’art,
ce serait tout un art


Education

Apprendre l’histoire de l’art
à partir de silhouettes d’artistes

Ateliers de dessins
inaccessibles au regard

Recherches sur la visibilité
pour les non-voyants


Etudes

Etude sur la reconversion
du monde de l'art


Annonces 2

Agencement d’art
Achetez votre électricité
Accord juridique entre 2 parties
Appel à l'unité du Liban
Appel à candidatures Précaritas
Déclaration formelle d'existance
Désuétudes
Foyer des auteurs émergents
Insertions dans la presse
Jeu de société
Publicités
Recherche complices
Re-introduction du goût dans l’art
Supplément d’oeuvre

Compétences et incompétences

Compétences
Incompétences
Mutualisation des incompétences

Produits

Bière spéciale coupée à l’eau
Bière 8.7
Blanc
Cocktails
Collecteurs excréments de chiens
Confetti
Conservateur liquide universel
Eau du robinet au naturel
Extincteurs
Fontaine
Fantômes
Hygromètres
Isoloirs pour téléphones mobiles
Le diable
Les Marcel’s
Objets Dériviants
Oca-Ola
Outillage
Miel Béton
Tee-shirt XLs
Revaloriser les produits degradés

Services

Annulation d’espaces
Buffets de vernissages
Chargeur de téléphone portable
Contrats prévoyances obsèques
Déménagements
Destruction de lieux d’exposition
Déplacement d’oeuvres
Immortaliser votre amour
Inventaire des moins visibles
Locations de chaises de toile
Mesure de la qualité de vie
Motifs décoratifs
Nettoyage et entretien
Organiseur
Peinture en bâtiment
Piscines
Simulacres d’oeuvres nocifs
Superfiltre de perception
Transport de courrier à pied
Travaux de bâtiment
Un jeu de cartes
Visualisations des idées

Les Somnatistes

Bureau Archipel choisit comme terrain de jeu un vide dans l’histoire de l’art. Il y avait eu les Surréalistes, mouvement dont les principales activités s’achevèrent autour de l’année 1939 ; les années 50 virent l’apparition des Situationnistes. Mais juste après la seconde guerre mondiale, il y avait une brèche, et c’est dans ce hiatus que Bureau Archipel identifia un espace vierge entre les mouvements artistiques, un no man’s land historique en quelque sorte. Entre 1944 et 1949, années durant lesquelles politiquement, sociologiquement et en termes de recherches artistiques au fond tout était possible pendant un court moment, Bureau Archipel « découvrit » un groupe d’artistes jusque là inconnu appelé Les Somnatistes. Endossant le rôle de conservateurs et au moyen d’une « exposition historique », Bureau Archipel nous introduit dans le travail et dans les vies des cinq membres du Groupe : Moritz v. Bamsell, Georges Latours, Esther Weinstein, Wyllie Gorringer et Mia Moren. Le nom du Groupe « Les Somnatistes » provient du mot latin somnare qui signifie dormir, rêver. Les Somnatistes étaient préoccupés par la question de savoir « où se situe réellement le ça durant le temps du rêve » et quelle sorte de force à vrai dire permet au ça de réémerger dans cet état. Les Somnatistes s’intéressaient à cet état particulier d’indifférence affective, extirpé des influences de la vie éveillée, que constitue le sommeil. Cet état quasi-idéal était perçu par eux comme un moyen d’accéder à des champs d’associations d’idées sans influences au-delà des actes volontaires du monde éveillé. Au moyen de photographies, de poèmes, de dessins, d’objets trouvés et même d’un manifeste à part entière, Bureau Archipel donne à voir quelques-unes des lignes majeures qui marquèrent la transition entre le Surréalisme et le Situationnisme. À la façon dont un vrai Somnatiste aurait pu le faire, Bureau Archipel fouille à l’intérieur des nombreuses brèches, hiatus et espaces interstitiels que cette période avait à offrir. Bureau Archipel fut fondé en tant que société d’édition en 1992 par Sabine Siegfried et Christoph Willumeit.

Extrait du catalogue de l’exposition Art in Hamburg Today II, mai à août 2006, Galerie der Gegenwart, Kunsthalle, Hambourg. Le texte a été écrit par le conservateur en chef Christine Von Oehsen.

Vue de l’exposition Les Somnatistes, organisée à la Kunsthalle de Hambourg en 2006.
Vue de l’exposition Les Somnatistes, Kunsthalle de Hambourg en 2006.

Selon des sources historiques, Les Somnatistes étaient un groupe de cinq artistes/créateurs, en activité entre 1944 et 1948 environ à Zurich en Suisse. Les Somnatistes peuvent être décrits comme une sorte de communauté artistique, ses membres travaillant ensemble sur divers projets artistiques. Le groupe ne visait pas l’exposition de ses oeuvres ni toute autre forme de reconnaissance populaire ; ils n’avaient pas pour intention non plus de vendre leur travail. Aucun engagement significatif dans les cercles artistiques du Zurich d’après guerre n’est mentionné où que ce soit. Il apparaît même que les Somnatistes ont activement cherché à dissimuler leurs traces après la mort d’un membre du Groupe en 1949. Ceci serait en accord avec la critique que le Groupe formulait au sujet de l’idée de travail artistique. Le nom du Groupe a trait au motif du sommeil et du rêve (le cycle de l’éveil et de l’endormissement) qui est fortement récurrent dans leurs travaux et dans leurs écrits théoriques et poétiques et peut servir de métaphore au cycle éternel de l’existence. Aux marges « indistinctes », dans les espaces de transition entre des processus répétitifs, Les Somnatistes espéraient trouver des expressions involontaires et irrésolues de ce qu’ils appelaient « l’indicible ». D’après eux, les séries, répétitions et ombres qui accompagnent les processus répétitifs produisent des lapsus et des fautes qui sont la matière de l’expression artistique. Dans leurs écrits, le Groupe insistait sur son indépendance vis-à-vis des philosophies existentialistes aussi bien que vis-à-vis du mouvement surréaliste.

Le Groupe était opposé aux tendances quelque peu naïves des Surréalistes et à leurs interprétations freudiennes des rêves en tant que pure source de créativité et même de « vérité ». Pour eux, utiliser l’art comme moyen d’accomplir des objectifs politiques - ainsi qu’Aragon et Breton l’avaient fait avec le mouvement surréaliste - était tout à fait hors de propos. Si quelqu’un devait décrire les tendances philosophiques du Groupe, en tenant compte de la rareté des oeuvres laissées derrière lui, il devrait nécessairement dire qu’une compréhension très discriminatoire des idées Nietzschéennes rejoint le type de « mysticisme pragmatique » que l’on peut trouver dans les écrits de Nicolas Cusanus : il existe quelque chose au-delà du langage et du savoir, mais on ne peut pas en parler. Les oeuvres et les documents présentés à l’exposition de Hambourg sont les seuls à être connus à ce jour. La plupart des oeuvres se rattachent à trois performances/expositions/activités durant toute l’année 1947, ainsi qu’aux écrits théoriques et poétiques qui se rapportent à ces activités riches. Le matériau de l’exposition provient de la propriété des familles Preiser (Londres), St. John (Inverness, Ecosse), Benjedid (Paris), et s’y ajoute un objet prêté par le Musée de l’Alpinisme (Chamonix, France).

Présentation des Somnatistes par Sabine Siegfried et Christoph Willumeit à l’Université de la Sorbonne/CERAP. 30.10.2006.
Présentation des Somnatistes par Sabine Siegfried et Christoph Willumeit
à l’Université de la Sorbonne/CERAP. 30.10.2006.
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations