ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2006-2008 > International Benjamin Kit
 
Généralités

Partenaires
Dates et lieux
Conférence de presse
Catalogue
Agenda

Textes

Vers un art sans oeuvre, sans auteur, et sans spectateur, par
Stephen Wright

Pour un catalogue des arts
réputés illégitimes, par
Jean-Claude Moineau

Six points d'informations, par
Marie-Pierre Bathany

Performer la société, par
François Deck

Archiver la disparition, par
Alexander Koch

Emancipation, par Brian Holmes
Un manifeste hacker, par McEnzie Wark
La vie au point de mire, par Suely Rolnik

Amicale de la Biennale de Paris

Texte d'introduction, par Jean-Baptiste Farkas
1ère Amicale
2e Amicale
3e Amicale
4e Amicale
5e Amicale
6e Amicale
7e Amicale
8e Amicale
9e Amicale

Démarches

Académie du vent
Agence
Association A-R
Agendas Espaces
Au Travail
Au bout du plongeoir
Bourse du Travail Parallèle
Courants Faibles
Cyril Delage-triathlète
Expertises réciproques
Fondation Rosario Almara
Gang of Cupidon
Glitch
Guide des Buffets de Vernissage
Journée Libanaise du Taboulé
Infratecture
Il paraît que
Ikhéaservices

Incompatibles
International Benjamin Kit
L'art est l'entreprise
La Bergerie
Le Révérend Billy
Les Somnatistes
Name Diffusion
Madame Duplok
Médicaments
Mercado Ley
Microcollection
Musée des nuages
Mutuelle Ermut
Offre de temps de chômage
Ostsa
Paul-coureur de fond
Pinxit LM
Précaritas
Public Globality Gardens
Qantador
Que reste-t-il de Florian
Rencontre Service
Rue de la Gare
Saint-Thomas l’Imposteur
Soussan Ltd
Stratégies et Méthodes TB
Syndicat d'initiatives
Target Autononpop
That’s Painting Productions
Thermo-hygrographe
The Yesmen
The real world
Third Text
Visualinguistic
Voghchaberd
Y a trop d'artistes!
Ultralab
Ynbk

Annonces 1

Dans l’art contemporain on
trouve de tout, mais en moins
bien qu’ailleurs

Découvrez en vous l’artiste que
vous avez toujours rêvé d’être

I have nothing to show
and I’m showing it

Je vois l’art de plus en plus,
là où ça n’est pas fait exprès

Journée nationale d’abstention de fabrication de produits artistiques
La culture façonne par toutes
ses expressions une pratique
de l’obéissance

L’oeuvre fait écran à l’activité artistique
Participer aux recherches
d’un disparu

Un beau cadre de vie est
l’archétype de l’art du futur

Un art libéré de l’idée de l’art,
ce serait tout un art


Education

Apprendre l’histoire de l’art
à partir de silhouettes d’artistes

Ateliers de dessins
inaccessibles au regard

Recherches sur la visibilité
pour les non-voyants


Etudes

Etude sur la reconversion
du monde de l'art


Annonces 2

Agencement d’art
Achetez votre électricité
Accord juridique entre 2 parties
Appel à l'unité du Liban
Appel à candidatures Précaritas
Déclaration formelle d'existance
Désuétudes
Foyer des auteurs émergents
Insertions dans la presse
Jeu de société
Publicités
Recherche complices
Re-introduction du goût dans l’art
Supplément d’oeuvre

Compétences et incompétences

Compétences
Incompétences
Mutualisation des incompétences

Produits

Bière spéciale coupée à l’eau
Bière 8.7
Blanc
Cocktails
Collecteurs excréments de chiens
Confetti
Conservateur liquide universel
Eau du robinet au naturel
Extincteurs
Fontaine
Fantômes
Hygromètres
Isoloirs pour téléphones mobiles
Le diable
Les Marcel’s
Objets Dériviants
Oca-Ola
Outillage
Miel Béton
Tee-shirt XLs
Revaloriser les produits degradés

Services

Annulation d’espaces
Buffets de vernissages
Chargeur de téléphone portable
Contrats prévoyances obsèques
Déménagements
Destruction de lieux d’exposition
Déplacement d’oeuvres
Immortaliser votre amour
Inventaire des moins visibles
Locations de chaises de toile
Mesure de la qualité de vie
Motifs décoratifs
Nettoyage et entretien
Organiseur
Peinture en bâtiment
Piscines
Simulacres d’oeuvres nocifs
Superfiltre de perception
Transport de courrier à pied
Travaux de bâtiment
Un jeu de cartes
Visualisations des idées

International Benjamin Kit

Adoptée par l’artiste pour questionner le statut de sa profession, la stratégie d’IBK est celle de la renonciation à la signature personnelle, comme moyen de déplacer le processus créatif vers un nouveau terrain. Le milieu économique contemporain, qui présente un modèle de dépersonnalisation idéale, offre à l’artiste un de ces terrains d’expérimentation. De nombreux artistes se sont de même inspirés de la structure centrale de notre économie pour développer un programme esthétique où les dispositifs de l’entreprise deviennent la matière première de leur travail. C’est dans ce contexte que surgit l’entreprise d’artiste, structure hybride positionnée à l’intersection de l’art et de l’économie. Bien que ce type d’entreprise demeure relativement
« privée », sa présence et sa continuité confirment l’existence d’un nouveau territoire de l’art placé au coeur, et en face, des réalités économiques. L’entreprise IBK, ou International Benjamin’s Kit, porte cette initiative encore plus loin. Fondée par Benjamin Sabatier en 2001, IBK appartient à la seconde génération des entreprises d’artistes, apparues à la fin des années 1960, notamment avec la N.E. Thing Company, du canadien Iain Baxter. Conçue comme oeuvre et comme structure, IBK adopte le modèle de l’entreprise pour devenir une marque, substituant au nom de l’artiste celui de sa firme. La référence au monde des affaires est explicite (IBM, IKEA, rbk…) sans renier la filiation au monde de l’art ; le sigle se fait écho de « IKB » (International Klein’s Blue), célèbre couleur bleue brevetée par Yves Klein en 1960. Quant à la mention du patronyme de Walter Benjamin, elle contribue malignement à la confusion si l’on considère le prénom de l’artiste. Dès sa création, les objectifs d’IBK sont guidés par la volonté de rendre l’art accessible au plus grand nombre. L’influence théorique de Keith Haring est citée comme une source d’inspiration de cette démarche, bien que l’entreprise IBK n’opère pas dans le secteur du produit dérivé. La spécialité d’IBK, c’est la production d’oeuvres uniques et la conception d’une stratégie pour les diffuser auprès du grand public. Pour cela, IBK met en oeuvre les techniques de marketing utilisées par les entreprises multinationales à travers toute la planète. Un exemple est « Peinture en kit », le produit de lancement de la firme. Composées d’une boite de punaises colorées, un patron pour les placer sur le mur et tous les outils nécessaires à la création de l’oeuvre, plusieurs versions de « Peinture en kit » furent lancées en édition limitée et présentées au monde de l’art dans une galerie de renommée mondiale. Quelques temps plus tard, un
« échantillon gratuit » fut distribué au grand public. Avec la complicité de la presse, un des patrons de l’oeuvre et les instructions pour la « fabriquer » furent ainsi mis en circulation dans une publication d’art et via internet. Il suffisait alors d’acheter les punaises colorées dans la quincaillerie du quartier pour devenir le propriétaire d’une oeuvre d’art unique.

La démarche d’IBK n’en reste pas cependant à une simple démocratisation du point de vue de la diffusion de l’oeuvre.

Son but premier est d’inviter à l’expérience artistique. Ses produits ne sont pas créés comme simples objets de contemplation, ils requièrent aussi la participation ; pour profiter pleinement d’une oeuvre IBK, son propriétaire doit s’engager complètement dans sa réalisation. Conçus comme kits, ou prêts-à-monter, les oeuvres proposées par IBK donnent la possibilité de vivre l’expérience de l’artiste. Munie du process de l’oeuvre et d’un support vidéo de démonstration, la clientèle d’IBK est amenée à ré-initier la puissance de l’oeuvre par sa réalisation et sa mise en situation dans l’espace. Pour ces raisons, il en va pour le client d’une tout autre expérience que celle d’un simple accrochage : il lui faut trouver le bon équilibre entre la faisabilité de l’oeuvre et sa convivialité. De cette manière, l’identité de l’artiste est disloquée davantage et partagée avec son public. Agissant à la fois sur le côté créatif et réceptif de l’oeuvre, IBK promet un « service après vente » sous forme d’investissement post-achat, une reformulation esthétique des stratégies commerciales qui inspirent la firme.

Comme un grand nombre d’entreprises, IBK est l’oeuvre d’une équipe réunissant des compétences diverses. Cependant, à l’opposé de son modèle, IBK opère au sein d’un système horizontal innovant, débarrassé des considérations hiérarchiques qui seraient un obstacle aux processus créatifs. Le transfert de l’identité de l’artiste vers sa firme, puis vers le spectateur-consommateur, double la valeur esthétique du produit final et fournit un « benchmark » ingénieux qui pourrait un jour inspirer les entreprises. Par ailleurs, à un moment où les « externalités » générées par les grandes entreprises se généralisent, les propositions d’IBK apparaissent comme un bol d’air aussi frais que pertinent sans pour autant faire le sacrifice de l’esthétique de l’oeuvre. Alliage de légèreté et de conviction, IBK permet pleinement à chacun d’entrer dans la modernité post-contemporaine.

Rose Marie Barrientos
IBK : « be it yourself »

International Benjamin Kit
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations