ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2006-2008 > Fondation Rosario Almara
 
Généralités

Partenaires
Dates et lieux
Conférence de presse
Catalogue
Agenda

Textes

Vers un art sans oeuvre, sans auteur, et sans spectateur, par
Stephen Wright

Pour un catalogue des arts
réputés illégitimes, par
Jean-Claude Moineau

Six points d'informations, par
Marie-Pierre Bathany

Performer la société, par
François Deck

Archiver la disparition, par
Alexander Koch

Emancipation, par Brian Holmes
Un manifeste hacker, par McEnzie Wark
La vie au point de mire, par Suely Rolnik

Amicale de la Biennale de Paris

Texte d'introduction, par Jean-Baptiste Farkas
1ère Amicale
2e Amicale
3e Amicale
4e Amicale
5e Amicale
6e Amicale
7e Amicale
8e Amicale
9e Amicale

Démarches

Académie du vent
Agence
Association A-R
Agendas Espaces
Au Travail
Au bout du plongeoir
Bourse du Travail Parallèle
Courants Faibles
Cyril Delage-triathlète
Expertises réciproques
Fondation Rosario Almara
Gang of Cupidon
Glitch
Guide des Buffets de Vernissage
Journée Libanaise du Taboulé
Infratecture
Il paraît que
Ikhéaservices

Incompatibles
International Benjamin Kit
L'art est l'entreprise
La Bergerie
Le Révérend Billy
Les Somnatistes
Name Diffusion
Madame Duplok
Médicaments
Mercado Ley
Microcollection
Musée des nuages
Mutuelle Ermut
Offre de temps de chômage
Ostsa
Paul-coureur de fond
Pinxit LM
Précaritas
Public Globality Gardens
Qantador
Que reste-t-il de Florian
Rencontre Service
Rue de la Gare
Saint-Thomas l’Imposteur
Soussan Ltd
Stratégies et Méthodes TB
Syndicat d'initiatives
Target Autononpop
That’s Painting Productions
Thermo-hygrographe
The Yesmen
The real world
Third Text
Visualinguistic
Voghchaberd
Y a trop d'artistes!
Ultralab
Ynbk

Annonces 1

Dans l’art contemporain on
trouve de tout, mais en moins
bien qu’ailleurs

Découvrez en vous l’artiste que
vous avez toujours rêvé d’être

I have nothing to show
and I’m showing it

Je vois l’art de plus en plus,
là où ça n’est pas fait exprès

Journée nationale d’abstention de fabrication de produits artistiques
La culture façonne par toutes
ses expressions une pratique
de l’obéissance

L’oeuvre fait écran à l’activité artistique
Participer aux recherches
d’un disparu

Un beau cadre de vie est
l’archétype de l’art du futur

Un art libéré de l’idée de l’art,
ce serait tout un art


Education

Apprendre l’histoire de l’art
à partir de silhouettes d’artistes

Ateliers de dessins
inaccessibles au regard

Recherches sur la visibilité
pour les non-voyants


Etudes

Etude sur la reconversion
du monde de l'art


Annonces 2

Agencement d’art
Achetez votre électricité
Accord juridique entre 2 parties
Appel à l'unité du Liban
Appel à candidatures Précaritas
Déclaration formelle d'existance
Désuétudes
Foyer des auteurs émergents
Insertions dans la presse
Jeu de société
Publicités
Recherche complices
Re-introduction du goût dans l’art
Supplément d’oeuvre

Compétences et incompétences

Compétences
Incompétences
Mutualisation des incompétences

Produits

Bière spéciale coupée à l’eau
Bière 8.7
Blanc
Cocktails
Collecteurs excréments de chiens
Confetti
Conservateur liquide universel
Eau du robinet au naturel
Extincteurs
Fontaine
Fantômes
Hygromètres
Isoloirs pour téléphones mobiles
Le diable
Les Marcel’s
Objets Dériviants
Oca-Ola
Outillage
Miel Béton
Tee-shirt XLs
Revaloriser les produits degradés

Services

Annulation d’espaces
Buffets de vernissages
Chargeur de téléphone portable
Contrats prévoyances obsèques
Déménagements
Destruction de lieux d’exposition
Déplacement d’oeuvres
Immortaliser votre amour
Inventaire des moins visibles
Locations de chaises de toile
Mesure de la qualité de vie
Motifs décoratifs
Nettoyage et entretien
Organiseur
Peinture en bâtiment
Piscines
Simulacres d’oeuvres nocifs
Superfiltre de perception
Transport de courrier à pied
Travaux de bâtiment
Un jeu de cartes
Visualisations des idées

Fondation Rosario Almara

Hubert Renard
Le bout du monde

Les archives d’Hubert Renard augmentent régulièrement, d’année en année, à mesure que l’artiste produit de nouvelles expositions. Déjà vingt-cinq ans de carrière, de 1971 à 1996, avec des hauts et des bas, de grandes manifestations comme de plus humbles interventions, enregistrées, classées, triées, éditées, archivées avec soin. Un parcours artistique international qui l’a fait passer par la Galerie Stefano Rotondo de Vérone en 1973 et 1974, la Fondation Fausto Costa Negreiros de São Paulo en 1976, la galerie Viviane Ross de Genève en 1975, le studio Supposto de Parme et la Greif Stiftung de Brême en 1980, le Joan W. Hustle Art Institut de Chicago en 1981, la fondation Vandeborght d’Anvers en 1982 et 1983, le Salon d’Art Contemporain de Montréal en 1986, ou la Biennale Charleroi Art Contemporain en 1995. On se souvient certainement de sa rétrospective au CLAC de Limoges en 1984, qui faisait un bilan de son activité de sculpteur, de sa très belle exposition personnelle à la Kunsthalle de Krefeld en 1990, et bien entendu de la magnifique exposition que l’Institut Parisien d’Art Contemporain a produit en 1994 autour d’un hommage à Charles Addenby.

Pour la Biennale de Paris 2006, l’artiste présente sa dernière exposition, « Le Bout du monde », une rétrospective organisée par la Fondation Rosario Almara, en 1996, à Pully, près de Lausanne, en Suisse. On pourra y découvrir ses nouvelles oeuvres : la série « Le bout du monde », photographies floues de paysages le plus souvent urbains, qui se déploient en tapisserie sur toute la surface de la cimaise, « Les Nuanciers », des images téléchargées sur Internet et à la pixellisation exagérée, rendant difficile la lecture de leur caractère pornographique, « Vols », six photographies volées sur Internet, mais travaillées et lissées pour faire disparaître les imperfections de la compression numérique. Il a créé à cette occasion une installation lumineuse, « Lumière du jour », rampe d’ampoules électriques bleuâtres qui traverse en ligne droite les galeries de la fondation, ainsi que neuf sculptures, les « Bancs-mobiles », banquettes muséales montées sur roulettes à l’usage du visiteur. Toute l’exposition consiste à créer entre ces pièces nouvelles et les travaux plus anciens des relations, des discussions, des interférences, afin de produire non pas une sorte de collection d’objets répertoriés, mais un espace convivial d’expérimentation.

Les documents relatifs à cette rétrospective, constituant la boite documentaire « Le Bout du monde » (carton d’invitation au vernissage, articles de presse, dossier de presse de la Fondation Rosario Almara, photographies de l’exposition, dessins préparatoires, image de synthèse du projet pour l’installation « Lumière du jour », lettre d’Alain Farfall…), font l’objet d’une expositon pendant la durée de la Biennale de Paris 2006 à Ediciones Plan B, à Oaxaca au Mexique, ainsi qu’au CRANE, Château de Chevigny, à Millery en Bourgogne. Il y est aussi diffusé, pour compléter ce matériel, le film d’Hubert Renard, « L’idée d’artifice », 2002, interview de l’artiste par Pierre-Alain Cabriet, qui permet de mieux pénétrer son univers aux nombreuses ramifications. Des extraits de ses dossiers d’archives concernant « Le Bout du monde » sont reproduits ici. Le livre Vols, publié conjointement par la Fondation Rosario Almara et la revue Orbe, est disponible dans toutes les bonnes librairies, ou sur le site de Orbe, http://www.orbe.org

Le catalogue de l’exposition, une coédition Fondation Rosario Almara et Editions Incertain Sens, doit paraître prochainement.



L’artiste sans qualité

[…] On peut définir Hubert Renard comme un peintre qui utilise tous les médiums sauf la peinture, et l’inscrire dans une attitude simulationniste : ce qui compte pour lui, c’est le processus de réappropriation des images du monde. Il récupère donc les figures de la modernité - sur le principe du ready made, bien qu’il ne s’agisse pas pour lui d’opérer un simple changement de contexte, mais de refaire, ou de rephographier, bref de rejouer l’objet, parfois jusqu’aux limites de la caricature. Ainsi construit-il ces bancs aux allures d’ustensiles du quotidien qui vont côtoyer les photographies. Ces dernières prennent place dans l’espace d’exposition comme un séduisant décor d’intérieur, servant de fond aux sculptures. Hors de leur fonction ergonomique, les sculptures/mobiliers d’Hubert Renard, de la même manière que les Monuments des années 80, se retrouvent précipités dans une faille, un espace fortuit qui désagrège leur nécessité structurale. L’artiste met en scène deux mouvements, la perte du réel et la permanence de l’image. Il s’emploie donc, avec autant de fraîcheur et de naïveté que de finesse et de perspicacité somnambulique à déconnecter les notions d’invention et de style au profit de la manipulation, du composite, et de la réactualisation ironique mêlant indifférence et préméditation. Renard est toujours un autre. […] Les expositions de Renard tendent à ne plus être la réunion d’objets de création, mais plutôt des espaces de rencontre où les oeuvres se posent en vecteur entre une proposition et une réalité vécue par les visiteurs. Il organise une déambulation possible au milieu de signes puisés dans le grand fourre-tout de la communication généralisée. Il agence, coupe, cite, imite, colle, déforme, agrandit, reproduit, des images, des morceaux du réel standardisé de nos téléviseurs, de nos journaux, du marché planétaire. L’oeuvre n’est plus un terme, un produit fini, mais un outil qu’il réactualise et réactive à chaque intervention. Le bout du monde, qui se déploie sur les cimaises comme une tapisserie, véritablement décor de fond, récuse l’appellation d’objet. La terre étant ronde, le bout du monde est donc ici, ou là-bas, sur les murs des cimaises, sur les pages de ce catalogue, ou bien encore ailleurs. Qu’on ne s’y trompe pas : Renard n’a pas troqué ses outils d’artiste pour un portevoix de guide-animateur-conférencier à la recherche du contact avec le public ! Son travail n’a pas pour objet la relation au sens strict, mais plutôt, l’interdit virtuel de la relation et l’illusion d’un échange social au sein d’une institution culturelle ou dans un discours esthétique.

Ces installations récentes pratiquaient toutes l’invitation à la rencontre, mais semblaient faire en même temps le constat de l’échec, de l’impossibilité, de l’utopie d’un monde nouveau fondé sur le partage... Ce mouvement que Renard opère en direction d’un art social n’est pas une attitude isolée : on retrouve cette posture chez de nombreux jeunes artistes arrivant sur la scène internationale, et on l’observe même dans les orientations des institutions, producteurs soucieux de l’économie de l’industrie culturelle. Si le terrain d’un art didactique, médiateur de lui-même n’est pas nouveau (rappelons-nous par exemple de l’Espace Proun d’El Lissitzky en 1923), il règne aujourd’hui, avec la multiplication des expositions de groupe, culturelles et thématiques, brouillant les images venant de l’art, de la publicité, de la télévision, du champs de la communication en général, faisant du commissaire un artiste créateur à part entière, un véritable engouement du public comme de l’institution pour une production artistique culturelle et cosmopolite. Renard ne tombe pas dans l’angélisme d’un art qui restaurerait un lien social en déliquescence.

Il ne se pose pas en pédagogue ou en formateur : la mise à disposition de son travail au public n’a pas la prétention de lui ouvrir les portes du Musée-Cathédrale de Malraux. Il rappelle clairement à tout un chacun sa part de responsabilité dans la chaîne de production artistique.

[…] Il parait loin le temps où le projet de Renard était de révéler les règles obscures de la machine théorique et de détourner les principes de la représentation. Il semble aujourd’hui plutôt chercher à éviter toute synecdoque, à généraliser au monde entier l’expérience proposée dans l’espace d’exposition. Pour lui, toute analyse du travail doit rester ce qu’elle est, la lecture critique d’une situation donnée.

Tout se passe comme si, face à l’illusion de toute croyance en une vérité ou une authenticité préétablies, le réel ne pouvait s’appréhender qu’à travers une multitude de signes à expérimenter, à manipuler, à faire réagir, afin de créer non pas un objet déterminé mais un ensemble mouvant.

Alain Farfall

« L’artiste sans qualité » in Le bout du monde, Fondation Rosario Almara, Pully (Suisse), 1996. (extraits)


Le bout du monde, Fondation Rosario Almara, Pully (Suisse), 1996.
Communiqué de presse.
 
 
 
 
 
 
 
 
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations