ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2004 > Otherground
 
Otherground

l'Otherground c'est la rétention. Pour aller plus loin dans une recherche personnelle et ne pas être dépendant du retour des publics qui agissent sur l'artiste, il faut une forme de travail sur et avec soi, sur sa propre capacité de transformation et d'évolution. Pour faire un vrai travail sur soi il faut se couper du regard extérieur, aller dans l'essence de l'intimité, arriver, rester et évoluer dans cette qualité subjective. En occultant l'oeuvre au public j'ai réussi à me trouver complètement dans une réelle dynamique en acte et non dans une fabrication de représentations. Il y avait une limite, j'avais quand même besoin de parler de ce que je faisais, ... un problème d'ego, j'avais aussi besoin qu'on parle de moi. Puis j'ai pris conscience des capacités que j'avais en moi, et de la façon de les exploiter pour les autres. Si je pouvais me passer du public, à terme je pouvais aussi me passer complètement des oeuvres physiques et des performances. C'est l'essence de l'oeuvre que je conserve dans cette attitude. Plus j'avance, plus la démarche est intellectuelle et émotionnelle. Le fait d'être connu ou reconnu devient inutile. A partir de là, je peux me tourner autrement vers les autres, l'énergie et le savoir-faire technique que j'ai pu accumuler au lieu de les fixer dans des objets physiques ou représentationnels, je les tourne directement vers les autres pour leur permettre une expression profonde, inscrite dans le temps. C'est utopique d'un certain point de vue, sans fin, dans le sens où il n'y a pas un résultat "fini" à court, moyen ou long terme en ce qui concerne mon travail personnel. Mais dans une logique à dimension individuelle, humaine, il y a une suite de réalisations concrètes et c'est là ou j'en suis aujourd'hui. J'essaie de me mettre au service des gens qui ont dans leur projet d'expression personnelle des besoins auxquels je peux répondre, et cela de façon transparente. Ce nouveau public ne sait pas que je suis SKEW, que je suis artiste, ne connaissent pas l'Otherground, ils me connaissent simplement de façon amicale et/ou professionnelle. Ne pas avoir besoin de produire, de se montrer, ... permet de s'intégrer dans une vie sociale normale, simplement aider et participer aux projets des autres. Dans ce processus de transformation-évolution j'ai dépassé le statut d'"artiste néopompier" qui caractérise la presque totalité des artistes contemporains, coupés des réalités du monde par leur adhésion sous des formes variées aux réalités internes propres au genre "art contemporain". Je ne participe plus a aucune manifestation d'art, je ne suis plus dans "le circuit". La BDP est une exception parce que c'est la première fois que dans une manifestation d'art peut s'intégrer une création en acte de la vie quotidienne, la BDP est un symbole. Le lendemain de la BDP, et ou cas où j'aurais des propositions d'expositions, je les déclinerai puisque je n'ai plus de temps à perdre. Je suis comme un artiste qui n'existe plus après avoir existé, alors que j'existe d'autant plus en tant qu'artiste que je n'appartiens plus au modèle préfabriqué de l'artiste avec toutes les fausses perceptions inhérentes. Je suis libre d'évoluer et d'avancer.
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations