ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 2004 > Ikhéaservices
 
Ikhéa@services

Ikhéa est une entreprise fictive crée en 1999. Contrefaçon d’une des plus riches entreprises mondiales, IKEA, elle trouve son origine dans un geste d’usurpation symbolique. - « L’entreprise de la faute » - Pirate, née de l’étonnement que tout, dans notre société, fonctionne si bien et ne pose pas plus problème, Ikhéa, dès son origine, se pense comme « l’entreprise de la faute ». Elle sème des embûches, produit et diffuse « ce qui ne va pas de soi », brouille les valeurs, parasite des modèles de pensée pour les dénaturer, impose des décalages, des bévues, encourage les déviances. Ikhéa puise ses forces dans la marge et revendique la complexité. Entreprise générateur promoteur diffuseur d’absurde, Ikhéa est aussi utopiste et souhaite édifier un contre-modèle de production [réalisé en creux] qui ignore [avec une fausse naïveté évidente] la majeure partie des normes, des formats qui nous sont imposés. Son mode d'être est l'inadéquation. - Structure instable / À l'inverse d’une entreprise ordinaire, Ikhéa, d’essence clandestine, communique une identité multiple, volontairement disparate et fréquemment paradoxale [coexistence de plusieurs logotypes, de plusieurs directeurs, projets contradictoires]. Toujours en cours, la structure mouvante et permissive d’Ikhéa se déforme au gré de conjonctures, des rencontres, des contextes. Son mode de diffusion est la prolifération. Elle recoure à tous les moyens pour satisfaire ses objectifs en désordre et ne limite ses réalisations à aucune technique. Chaque nouvelle phase du processus de travail [ses extensions] étant comme la pièce d’un puzzle invitant le spectateur à reconstituer l’image entière [mais forcément irréalisable] de cette fiction qu’est Ikhéa. - Interactivité / Ikhéa évolue grâce aux propositions d’intervenants extérieurs. Ces contributions préservent Ikhéa d’être énoncée une fois pour toutes. En s’offrant complètement à qui veut bien l’enrichir de sa spécificité, Ikhéa reste perpétuellement en cours et en danger d’être remise en question. Toutes les réalisations Ikhéa ne sont pas interactives ou ne cherchent pas de contributions extérieures. La part de « l’autre » prend surtout une place essentielle dans les expositions atelier qui sont une des facettes les plus démonstratives du projet. Celles-ci s’opposent par principe à l’exposition type qui revient à un étalage d’œuvres plus ou moins convaincantes. L’exposition atelier Ikhéa donne au visiteur l’éventualité de s'inclure dans le processus de travail. Et s’il s’implique, de perturber, de dénaturer irrémédiablement le contenu d’ Ikhéa. Outre le risque réel que cette mise à disposition représente [ratages, confusion, banalité], il nous semble intéressant de redonner à l’espace d’exposition un statut expérimental et d’offrir au regardeur un espace « exigeant » dans lequel il lui est demandé d’être beaucoup plus qu’un consommateur. Un bureau où l'on vient commander les services IKHEA. La réalisation d'un service fait l'objet d'un contrat rédigé au préalable (N° du service, durée, intensité de la réalisation). Les réalisations des services sont documentées (sauf contre volonté du commanditaire). Les services réalisés et documentés sont présentés au bureau en vue de motiver de nouveaux commanditaires et d'entamer d'autres réalisations. Les documents collectés lors de ces réalisations entrent dans la base de données IKHEA.

Archives de la Biennale de Paris 2004, Ikhéaservices
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations