ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1980 > Martial Thomas
 
Généralités

Dates et lieux
Patronage
Entreprises partenaires
Remerciements
Conseil d'administration
Commissaires nationaux
Commissariat général
Comité de sélection
Bourses
Crédits

Messages

Pontus Hulten
Bernadette Contensou

Jean-Cahen Salvador
Georges Boudaille

Commentaires

L'air du temps
Configuration horizontale
Toutes les avants-gardes sont vieilles
Le service de renseignements artistiques
Peut-on être jeune artiste aujourd'hui?
Remarques sur les artistes italiens
Vers une renaissance de la photographie
L'enfance de l'art
L'art de la vidéo
California vidéo
Performance-intervention
Le puzzle mis en pièces
Le nouveau télégraphe
Le dilemme de l'internationalisme

Sélection de participations

Tony Oursler
Sophie Calle

Alain Fleischer
Paul Devautour
Martine Aballea
Gloria Friedmann
Mimmo Paladino
Jean-Marc Bustamante

Groupes

Groupe Normal
Paisaje Imaginario
Saeta om production
Socialist Patient Kollective
Groupe Etcetera
System'art
Ecart
Atem

Colloques sur l'art actuel

Reinhard Wilke
Jean-Marc Poinsot
Programme des débats

Section architecture

Programme des conférences
L'architecture à la Biennale de Paris

La première biennale d'architecture au Centre Pompidou
Pourquoi choisir le thème de l'urbanité ?
A la recherche de l'urbanité
Index de l'Urbanité

Sections annexes

Programmes spéciaux
Manifestations annexes
Le livre
Revues d'art
L'électrographie
Un nouveau courant musical

Section vidéo

Dan Boord
Ante Bozanich
Robert Cahen
John Caldwell
Thierry Cauwet
Elisabeth Chitty
Malcolm Ellis
Noël Harding
Kate Craig
Jacqueline Dauriac
Deaf Theater
Randall-Bendinelli
Joe Rees
John Jebb
Max Almy
Tony Labat
Yonemoto
Pierre Minot
François Pain
Jan Peacock
Patti Podesta
Patrick Prado
Rendall-Sklan
Nina R. Salerno
Ilène Segalov
Thierry Kuntzel
Catherine Ikam
Ahlstrom-Molin
Helen de Michiel
Jean-Paul Fargier
Sutherland-Walker
Wennberg-Nessim
Pier Etienne Marton
Dominique Belloir

Section performance

Orlan
Jill Orr
Max Dean
Misa Savic
leigh Hobba
Joël Hubaut
Nicole Croiset
Joëlle Leandre
Daniel Grenier
John Greyson
Kim Tomczak
Dimitri Alithinos
Isabelle Bedou
Billedstofteater
Peter Trachsel
Wille-Pepermans
Catherine Parisot
Timothy Denis Clark
Thérèse Ampe-Jonas

Section arts plastiques,
photo et installation


Sara Holt
Nora Iniesta
Pierre Joly
Latika Katt
Jang-Sup Kim
Yong-Jin Kim
Dave King
Serhat Kiraz
Eva Klasson
Aki Kuroda
Micha Laury
Henny Lie
Ben Mark
Una Maye
John Aiken
David Angles
John Armstrong
Artistes chinois
Joseph Asher
Rhea Bailey
José Barrias
Maggie Bauer
Bernard Bazile
Milton Becerra
Robert Brandy
Peter Briggs
Imre Bukta
Pat Bruder
Enzo Cucchi
Gitte Daehlin
René Daniels
Boris Demur
Tom Drahos
Felim Egan
Robert Fish
Martin Gale
Ivan Galeta
Irina Gebuhr
Lloyd Gibson
Horst Glasker
Niels Hafstein
Jockel Heens
François Helt
Paul Hempton
Pidder Auberger
Luciano Bartolini
Patrice Alexandre
Philippe Guerrier
Marc Giai-Miniet
Danièle Degli Angeli
Kees de Goede
Harrie de Kroon
Philippe Deleglise
Jean-Pierre de Roo
Chiara Diamantini
Edwin Easydorchik
Torben Ebbesen
Carolus Enckell
Antonio Faggiano
Bernard Faucon
Gérard Garouste
Roland Flexner
Raymond Gervais
Jin Sik Hyung
Ami Ingolfsson
Michel Jaffrenou
Ralf Johannes
Jukka Makela
John Massey
Dany Matthys
Ivan Messac
Motti Mizrahi
Leonel Moura
Ahmed Nawar
Edouard Nono
Mazza - Perazzo
Hero Kanakakis
Christiane Mobus
Francis Limerat
R Edward Hunter
Margret Litzlbauer
Mroszczak-Sikora
Mrinalini Mukherjee
Hans-Martin Kusters
Marie-Jo Lafontaine
Georges Lazongas
Guy Lemonnier
Andrzej Szewczyk
Penti Sammallahti
Philippe Thomassin
Hannu Vaisanen
Henk Van Woerden
Ghislaine Vappereau
Emmanuel Saulnier
Ben Sleeuwenhoek
Thomas Hern Gren
Dominique Gauthier
Jürgen Partenheimer
Gianfranco Notargiacomo
Jean-Claude Domenjoz
E Thorgils Fridjonsson
F Jourdan-Gassin
Kyriakos Katzourakis
Susan K. Britton
Robert Bruyninckx
Fernando Calhau
Bruno Carbonnet
Bruno Ceccobelli
Marek Chlanda
Patrick Connor
Graça Coutinho
Zoran Belic Weiss
Baghdad Benas
Stephenie Bergmann
Domenico Bianchi
Bernard Borgeaud
Michael Crowther
A Cuenca Sigaretta
Chan-Seung Chung
I Champion-Metadier
Marianne Heska
Nenad Petrovic
Andreas Pfeiffer
José Pitteloud
Patricia Plattner
Hannes Priesch
Roberto Real De Leon
Keith Reeves
José Resende
Georges Ripley
Carlos Rodriguez
Juliao Sarmento
David Craven
François Hers
Muriel Olesen
Kirsten Ortwed
Hyun-Ki Park
Amrut Patel
Nigel Rolfe
Franz Rosei
Pierre Rovere
Geza Samu
Michel Sauer
Johan Scott
Kees Smits
Aldo Spoldi
Nahum Tevet
Martial Thomas
Brian Thompson
Daniel Tremblay
Gouider Triki
Klaus Von Bruch
Ryszard Wasko
Pierre Weiss
Dan Wiren
Denmark
Babou
Gaëtan

Cinéma expérimental

Ellie EPP
Jakobois
Claude Duty
David Dye
Peter Horree
Vincent Grenier
Jan Katelaars
Pierre Jouvet
Pascal Auger
Anna Ambrose
Patrick Barberis
Guy Fihman
Film Road Show
Bertrand Gadenne
Philippe Gasnier
Unglee
Andreas Valissaropoulos
Corinne Vandersleyen
Ryszard Wasko
Edouard Beux
Patrick Bensard
Yann Beauvais
Balcells - Bonet
Michel Bulteau
Pierre Bressan
Christian Bidault
Gérard Courant
Jean-Pierre Ceton
Gianni Castignoli
Gérard Cairaschi
François Desnus
Robert Fearns
Paul de Nooijer
Eric Deneuville
Christian Lebrat
Hartmut Lerch
Michel Nedjar
Stuart Pound
Bernard Roue
Martine Rousset
Iannis Tritsibidas
Peter Ungerleider
Claudine Eizykman
M Huerga Guerrero
Fantini-Tagliaferri
Jean-Paul Dupuis
Patrick Lindenmaier
Hommage à Malaval
Daniel Singelenberg
Dominique Willoughby
Jean-Pascal Auberge
Jean-Michel Bouhours
Stéphane Deluermoz
Klonaris-Thomadaki
Jean-Jacques Jouet
Thanassis Rentzis
Frédéric Jaulmes
J William Morder
Pierre Louaver
Edward Luyken
Stephan Marti
Sakis Mavrelis
Ross MC Laren
Moll-Ramp
Kirk Tougas
David Wharry
Ivan Zulueta
Pierre Rovere
Tony Sinden
Tor Svae
Martial Thomas

Né en 1944 à Limoges, vit à Paris.


Code du projet Bürgermeisterweg.


Etudes et formation

Architecte d'intérieur (ancien membre actif du CAIM)
Urbaniste (diplômé de l'Institut d'urbanisme de l'Université de Paris)
Maîtrise en lettres (esthétique Paris-Sorbonne)

Expositions personnelles

Janvier 1974, projet d'occupation de l'espace de la Galerie Léo Castelli 420 W. B'WAY, New-York
Septembre 1974, Galerie ARTEICONTACTO, Caracas
Décembre 1975, Galerie Balanci-Graham, Paris

Enseignement

Professeur plasticien polyvalent, Ecole régionale des Beaux-Arts d'Angers

Publications personnelles

1967, vomissement.
1968, que les murs du théâtre explosent.
1971, opuscule ABYSSE, 1ère tentative d'encager par les pages la musique que fait une réflexion commune sur l'art.
1976, ERRES (il y a la ville, il y a l'individu). Opus nr 65 présentation du projet «burgermeisterweg». Opus nr 72, le dessin.
1979, Ville à Penser-discours. Relier le vieil Angoulême à la ville contemporaine (Ed. Mairie d'Angoulême).

Film

Facture de ville, court métrage 35 mm, Z production, 1975

Vidéo

3 vidéo performance, artiste propaganda, studio du musée Georges Pompidou (1978)

Projets

1976, Projet d'intervention sur la réalité urbaine de Châlon-sur-Saône
1976, Projet d'intervention sur la réalité urbaine de Montataire
1976, Développement manifeste d'une réalité urbaine latente, Hambourg
1979, Paris, Promenade, 1980

bibliographie

Yann Pavie, le Quotidien de Paris, (les plans de MT), 4 décembre 1975
Gilbert Lascault, La Nouvelle Revue Française, 1er mai 1978
Charles Dreyfus, Opus nr 65, projet Burgermeisterweg.
Patrick Latreille, Humanisme, La marginalité, nr 123, mai 1978
Jens Buchsenmann, Szene Hamburg, (die leere materialisiert werden), nr 6, juin 1978

Oeuvres présentées au Centre Georges Pompidou

Projet Bürgermeisterweg.
Promenade de l'Alster mise en relation avec 17 métropoles Hambourg.
Bürgermeisterweg.
Un plan de l'espace délimité, 155 x 100 cm.
Un code du projet, 155 x 100 cm.
Un présentation de la situation de réflexion, 155 x 100 cm.
Développement du code.
52 images photographiques, 100 x 100 cm.
17 tableaux introduisant l'ubiquité aux pays cités, 105 x 145 cm.
Environnement sonore.
17 bandes sonores se référant aux lieux.
Une bande sonore commentaire.

Martial Thomas nous prend aux délices d'un piège patiemment tendu où les catégories esthétiques sont rompues pour créer un espace saturé d'informations multiples où la mise en abîme d'une figure de promenade donne forme à une superposition de grilles régies par un code savant jusqu'à ce qu'explose l'énergie d'une plasticité torrentielle emportant avec elle toutes les digues, tous les freins qu'elle s'imposa au cours d'un long processus, élaboré pendant plusieurs années, comme pour mieux montrer son irrépressible subversion. Aux figures de l'enfermement que l'urbanisation à outrance impose avec de plus en plus de raffinement, aux innombrables formes de répression qu'elles secrètent, répondent, avec de plus en plus de violence l'exigence individuelle de vivre, ne serait-ce qu'un instant, le temps, par exemple, d'une explosion. Le lieu magique où nous conduit l'art de Martial Thomas est un environnement à l'image de cet ordre urbain aseptisé, internationalement interchangeable, où jamais peut être la rêverie n'a été plus nécessaire. L'orthogonalité sans cesse affirmée, sans cesse dénoncée, est l'écho d'une quotidienneté de plus en plus contingentée qui trouve toujours de nouveaux refuges, d'insoupçonnables recoins pour y inscrire toujours ces romans que la ville accumule dans sa mémoire infinie comme autant de blessures, de parenthèses - la moindre lézarde y est promesse de gouffres béants et l'imaginaire peut y déterrer les traces d'une vérité conquise.

La promenade autour du lac de Hambourg, dans cet exact entre-deux que ménage un peu d'herbe entre l'eau et le macadam, c'est aussi le lieu de cette errance qui permet d'atteindre toutes les autres villes du monde, qui permet toutes les rencontres. Cette solitude aux prises avec cette limite circulaire est à l'image de ces jeux de reflets et de transparences par lesquels l'art a toujours repoussé ses contingences, et si cela prend ici la forme d'un labyrinthe j'y vois l'écho de ces dallages en méandre qui mettaient symboliquement les sols des cathédrales soumis au piétinement des pélerins en relation avec les forces telluriques qu'elles recouvraient et que leurs constructeurs glorifiaient par de prodigieuses élévations. Ce sont d'inextricables labyrinthes qui conduisent au rêve des villes. Aucun plan ne résiste longtemps à la ville qu'il dessine tant chaque vie y inscrit à toute force ses exigences pour la rêver comme un artiste comme un forçat en cavale chaque promenade les voue toujours à d'autres desseins. Chaque errance met le puzzle en pièces. Ainsi la promenade de Martial Thomas donne-t-elle forme à une matrice d'indéterminations et de potentialités exacerbées, où valsent les codes, où les signes visuels et sonores participent d'une féérie concrète du plan au passage à l'acte, ne fut-il apparemment qu'une simple promenade, il y a place à plus d'une altération, à bien des émotions, à de beaux bouleversements.

Œuvre hors les normes, elle multiplie les glissades et les précipices elle ouvre à la pratique artistique les dimensions d'une stratégie de l'imaginaire à la démesure d'un monde en proie à une information généralisée en renouvelant le jeu du microcosme, en déclarant la guerre aux images instituées, aux conventions formelles, aux esthétiques peureuses. II y a là comme l'abécédaire des traversées à venir, des révoltes nécessaires, du consensus à rompre. La société, prise dans son archétype urbain, et l'art, dans une pratique protéiforme, se répondent ici, soumis à un urgent et clair affrontement, en réconciliant la nécessité politique et la nécessité intérieure. Ce bel assaut de l'objectivité et de la subjectivité qui prend ici, par exemple, la forme de ces plans de villes soumis à d'innombrables arrachages, comme autant de colères, d'attentats à l'ordre des choses, renoue avec l'éloge que Breton faisait de « la lettre d'amour criblée de fautes », et des « livres érotiques sans orthographe ». Contre le discours de la
« sécurité », Martial Thomas choisit le monde urbain des « fautes » et de « l'érotisme sans orthographe », celui de ce quotidien qui subvertit et ne cesse de décrire, en plein coeur, des jardins des délices, où l'oeuvre d'art ne serait plus image fixe s'imposant au regardeur mais précepte de la connaissance, dictionnaire des possibles, thématique organisant le flux des traversées du monde urbain.

Jean-Louis Pradel

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations