ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1975 > Vivien Isnard
 
Généralités

Dates et lieux
Administration
Corrrespondants
Commission internationale
Commission technique
Extrait du réglement
Remerciements
Crédits photos
Patronage

Groupes

Eventstructure Rsch Group
Theatre Kassaknak
Grup de Treball
Groupe Coum

Groupe Lyn

Invités spéciaux

Les peintres paysans
du district de Houhsien


Artistes

Marina Abramovic
Carmen Almon
Luis Alphonsus
Ben d'Armagnac
John M. Armleder
Conrad Atkinson
Ludwig Attersee
Alice Aycock
Lewis Baltz
Jack Barth
Jennifer Bartlett
Linda Benglis
Jaap Berghuis
Mari Boeyen
Michal Bogucki
Christian Boltanski
Bard Brelvik
Hans Brosch
lan Carr-Harris
Luciano Castelli
Louis Chacallis
Pinchas Cohen-Gan
Paolo Cotani
Michael Craig-Martin
Gerrit Dekker
Martin Disler
Goran Djordjevic
Noël Dolla
Ugo Dossi
Juan Downey
Michael Druks
Markus Dulk
David Dye
Pablo Echaurren
Bob Evans
Valie Export
Helmut Federle
John C. Fernie
Guy Fihman
Barry Flanagan
Emil Forman
Terry Fox
Hermine Freed
Iole de Freltas
Kazumichi Fujiwara
ML de Geer-Bergenstrahle
Andreas Gehr
Wim Gijzen
Marcia Gilluly
Gary-John Glaser
Gyula Gulyas
Nigel Hall
Jene Highstein
Naoyoshi Hikosaka
Hans van Hoek
Alain d'Hooghe
Rébecca Horn
Pierre-Alain Hubert
Vivien Isnard
Bernard Joubert
Etsutomu Kashihara
Pierre Keller
Nancy Kitchel
Wolf Knoebel
Rob van Koningsbruggen
Bjorn Krzywinski
Laky et Zavarsky
Darcy Lange
Terence-David La Noue
Birger Larsen
Kang-So Lee
Barbara et Michael Leisgen
Barbara Linkevitch
Bernd Lohaus
Jeffrey Lowe
Urs Lüthi
Renato Maestri
Tim Mapston
Bill Martin
Gordon Matta-Clark
Anthony McCall
Ronald Michaelson
Samuel Montealegre
Miloslav Moucha
Grégoire Müller
Antonio Muntadas
Tsuneo Nakal
Hitoshi Nomura
Jacques-Louis Nyst
Anna Oppermann
Bernard Pages
Natalia LL-Permafo
Friederike Pezold
Walter Pfeiffer
Jean-Pierre Pincemin
Hovvardena D Pindell
Fabrizio Plessi
Liliana Porter
Svein Ronning
Ulrike Rosenbach
Martin Rous
Moon-Seuip Shim
Alex Silber
Charles Simonds
Alan Sonfist
Keith Sonnier
Judith Stein
John Stezaker
Gerhard Stoltz
Ben Sveinsson
Kyoji Takubo
Gage Taylor
Olivier Thomé
Francesc Torres
André Valensi
Jean-Louis Vila
Hanna Villiger
William Viola
Tetsuya Watanabe
Van de Wint
Krzysztof Wodiczko
Troels Wörsel
Michele Zaza

Vivien Isnard

Né en 1946 à Forges-les-Eaux (Seine-Maritime), France, vit à Nice, France, depuis 1948 enseigne le dessin.





Etudes et formation

Ecole des arts décoratifs, Nice, France
Ecole des beaux-arts, Aix-en-Provence, France


Expositions personnelles

1970
Galerie Ben doute de tout, Nice, France

1973
Galerie La Fenêtre, Nice, France

1974
Galleria La Bertesca, Gênes, Italie
Galleria La Bertesca, Milan, Italie

1975
Galerie Lucien Durand, Paris
Musée municipal de Saint-Paul (Alpes-Maritimes), France
Galerie La Bertesca, Düsseldorf, RFA


Expositions collectives

1971
Théâtre de Nice, France

1972
Impact, Céret (Pyrénées-Orientales) , France
Ecole de Nice 6373, Galerie Férera, Nice, France

1973
Galerie Rencontres, Paris Institut Goethe, Marseille, France
Biennale de Paris

1974
Galerie de l'APIAW, Liège, Belgique
L'Avant-garde en France, Théâtre de Nice, France
Dolla, Isnard, Viallat, Galleria La Bertesca, Milan, Italie
Galerie l'AARP, Paris
Grado Zero, Galleria La Bertesca, Milan, Italie
11 peintres actuels, Dijon, France

1975
Grado Zero, Galleria Bologna Due, Bologne, Italie
Grado Zero, Galerie La Bertesca, Düsseldorf, RFA
Peinture, Musée de Gênes, Italie


Collections publiques

Musée national d'art moderne, Paris
Centre national d'art contemporain, Paris
Musée Cantini, Marseille, France


Bibliographie

Jacques Lepage, Sabine Gowa, Dolla, Isnard, Viallat, Galleria La Bertesca, éditions Masnata
Sabine Gowa, Giorgio Cortenova, Vivien Isnard, Galleria La Bertesca, éditions Masnata
Henry Martin, Art international, été 1974
Sabine Gowa, Art Press, nr 16, février 1975
Kunstforum international, décembre/janvier 1975


Œuvres présentées

Sans titre 1, 1975 (320 x 250 cm)
Sans titre 2, 1975 (320 x 250 cm)
Sans titre 3, 1975 (320 x 250 cm)
Sans titre 4, 1975 (320 x 250 cm)

... En découpant la toile ou plus précisément en l'incisant (ouverture, fente) selon le schème rationnel « format » / cadre, Vivien Isnard introduit de nouvelles limites : limites internes et externes au « format » intérieur divisé, limites internes et externes au cadre déterminé de la sorte... Il s'opère ainsi une contradiction au sein du support lui-même du fait de la délimitation
« géométrique », « format » / cadre limite. Si le cadre ne subit aucune modification quant à sa structure, il peut être, tout comme le format intérieur, objet d'une inversion (endroit envers) d'une toile à l'autre ou encore lieu de substitution de matériaux divers (papier, plastique, carton... ) . Dès lors s'exerce une contrainte différente, fonction d'une perméabilité totale ou partielle, et/ou d'une résistance ou non résistance, une matérialité autre impliquant des rapports dialectiques, format/cadre, différents en même temps qu'elle modifie le rapport du support à la couleur... Le travail du support se révèle de lui-même (visible) et par l'intervention de la couleur (lisible) , et inversement. Chacun est son propre révélateur et celui de l'autre (corrélation). La contradiction couleur/support, lisible/visible, détermine la toile en tant qu'objet matériel ou matériau et la couleur en tant que matière colorée ou matière de la peinture. La surface est alors inscription d'une pratique picturale d'un sujet se portant à une transformation formelle elle-même porteuse d'effets nouveaux... Le « noir » (ou teintes approchantes) de plus en plus employé dans les travaux de Vivien Isnard ne cherche pas une peinture de noncouleur mais au contraire une couleur traitée dans son plus faible indice de luminosité. La surface peinte ou teinte renvoie de moins en moins la lumière. Le peintre refuse le reflet, le miroir métaphysique... Dans son appréhension rationnelle de l'espace pictural, Vivien Isnard se confronte aux limites de sa propre pratique. Le procédé formel de répétition (répétition d'une même trame bandes parallèles obliques elles-memes répétées, répétition dans chaque toile du système de (dé) composition délimitation d'un « format» / cadre limite, répétition de chaque toile par rapport aux autres apparait dans sa fonction limite/extension, à savoir : souligner les limites en même temps que les déborder par démultiplication du système formel (les limites, multiples, se différencient des premières, plurielles, indifférenciées)... Ainsi, bien qu'il introduise le procédé répétitif, le travail de Vivien Isnard, ces dernières années, s'oppose à toute systématique de type obsessionnel la répétition n'étant pas synonyme de redoublement du même, de l'identique et se détermine en tant que pratique spécifique, signifiante, procès de dépense d'un sujet non homogène (hétérogénéité du fonds pulsionnel) qui, au travers d'une matière spécifique, procède vers la connaissance.

Sabine Gowa, Art Press nr 16, février 1975
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations