ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1971 > Japon
 
Généralités

Dates et lieux
Collaborations
Parc Floral de Paris
Patronage
Bourses

Textes

"Un hangar, des cables
et des baches",
J Nouvel, F Seigneur


"La communicationà distance
et l'objet esthétique", JM Poinsot


"Films d'artistes",
A Pacquement


"Art conceptuel : pratique
et théorie", A. Pacquement


"L'utilisation du langage dans
l'art conceptuel", C Millet


"Dessinateurs de presse",
C. Bouyeure


"Hyperréalisme",
D Abadie


Concept

Joseph Kosuth
Art and Language
Robert Barry
Victor Burgin
lan Burn
Giulio Paolini

Hyperréalisme

Gérard Titus-Carmel
Balthasar Burkhard
De Andrea
Klaus Bottger
Cynthia Carlson

Envoi

lan Baxter
Eric Andersen
Bernard Amiard
Noël Dolla

Interventions

Monika Baumgartl
Alighiero Boetti
Pier Paolo Calzolari

Travaux d'équipe

Atmosfield
Catalyseur urbain
Enviromental control
Frech air from lowland paradise
Cognition aerodynamic
I am system
Primar demonstrationen
Elevision interruption system
Terme relationnel

Films d'artistes

Vito Acconci
Christian Boltanski
Bruce Naumann
Jannis Kounellis
Dan Graham
Dennis Oppenheim
Richard Serra
Laurence Weiner
Richard Long
Giovanni Anselmo
Joseph Beuys
Alighiero Boetti
Daniel Buren
Gilbert and George
Mario Merz

Manifestations annexes

Invités du commissariat général
Le concept financier par Iris Clert
Atelier de création radiophonique
Jeunes peintres japonais
L'aliment blanc de Malaval
Dessinateurs de presse
Musique contemporaine
Galerie Darthea Speyer
Architecture-Urbanisme
Chronographismes 71
Composition musicale
Edition d'estampes
Films de cinéastes
Galerie Arnaud
Photographie
Groupe Zebra
Mel Ramsden
Interventions
Canada 4/3
Stampfli
Option 4
Envois
Kudo

Pays participants

Allemagne
Argentine
Autriche
Belgique
Bolivie
Brésil
Canada
Ceylan
Chili
Chypre
Colombie
Corée du Sud
Costa-Rica
Côte d'Ivoire
Danemark
Egypte
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Irlande
Italie
Japon
Madagascar
Malaisie
Maroc
Nicaragua
Panama
Pays-Bas
Philippines
Pologne
République Dominicaine
Sénégal
Suède
Suisse
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Venezuela
Yougoslavie

Japon

Commissaire national : Takahiko OKADA.
Critique d'art.

Depuis quelques années, au Japon comme ailleurs, les méthodes d'expression conventionnelles se voient de plus en plus contestées dans le domaine de l'art contemporain. Tous les artistes participant à l'exposition actuelle, qu'ils aient chacun une individualité fortement marquée et que les matières dont ils se servent diffèrent les unes des autres, représentent cette tendance par leur volonté commune de détruire les conventions. Mis en face d'une réalité toute nouvelle, car une nouvelle époque signifie toujours une nouvelle réalité, ils n'ont plus recours au langage conceptuel, comme le faisaient la plupart des artistes contemporains. Pour parler plus exactement, s'ils ont commencé des tentatives de contestation contre les conventions, c'est qu'ils avaient compris que cette réalité qu'ils veulent posséder refuse d'être touchée par un langage conceptuel.

Ado et Hara, tous les deux, veulent atteindre à une image absolue et irremplaçable, en réduisant l'estampe à une couche de couleur aussi mince et transparente qu'une membrane, en dépassant ainsi l'expression abstraite, laquelle admettait des résidus de sentimentalité. Ado vise à une harrnonie transparente, tandis que Hara veut obtenir la transparence tout en restant sur un point où il manquerait d'harmonie.

Enokura, qui essaie d'actualiser ce que la matière cache au regard quotidien, fait répandre de l'huile sur un pan de mur pour que celui-ci en soit imbibé, ou creuse la terre pour la conserver en état d'humidité.

Koshimizu fait apparaître des coupures de matériaux élémentaires tels que le papier, le fer, le bois et essaie de créer un espace primitif.

Nakahira copie directement des formes qui se meuvent dans la nuit des grandes villes et étale devant nos yeux le silence lui grouille derrière.

Quant à Yoshida, il saisit le temps et l'espace qu'on lui accorde ou qu'il a choisi lui-même. II déforme la réalité, ou plutôt il essaie d'exprimer ses sentiments vis-à-vis d'une réalité humble qui se refuse à être nommée.

On pourrait dire ainsi que les activités créatrices de tous ces artistes sont fondées sur une volonté commune de posséder la réalité dynamique, avant que celle-ci ne soit prise par les réseaux du langage conceptuel. De là découlent également leurs efforts de participer physiquement à l'être de la ma-nère et la tension d'esprit qu'ils montrent dans la poursuite (le ses moindres transformations.

Ces attitudes vis-à-vis de la réalité se retrouvent également chez les scénographes qui exposent leurs oeuvres sur le thème commun : "Pour un espace dramatique". II me semble, cependant, que la tradition artistique japonaise, qui avait introduit dans la vie de tous les jours l'harmonie, la transformation de la nature et l'être pur de la matière, respire secrètement et malgré eux dans les oeuvres de ces artistes. Celles-ci apporteront peut-être une stimulation bienfaisante à l'intelligence de l'Europe moderne et contribueront à la création d'un espace synthétique où tout se mélange et se pénètre sans toutefois perdre la transparence.


ADO
(peinture)

Kôji ENOKURA
(intervention)

Takeshi HARA
(gravure)

Juichi INABA
(scénographie)

Ichiyo KOMURA
(scénographie)

Susumo KOSHIMIZU
(intervention)

Tetsuhiko MAEDA
(scénographie)

Yasuhiro MIHARA
(scénographie)

Toskiaki MIYASAWA
(scénographie)

Masaichi NAITO
(scénographie)

Takuma NAKAHARI
(photographie)

Shinichi NEMOTO
(scénographie)

Masayuki SHIMADA
(scénographie)

Kesatoshi SHIMIZU
(scénographie)

Eiji TAHARA
(scénographie)

Sensuke TAJIMA
(scénographie)

Masahiko TOYOSHIMA
(scénographie)

Mitsurb YAMADA
(scénographie)

Sakae YAMADA
(scénographie)

Stomu YAMASHITA
(concerts)

Katsuro YOSHIDA
(intervention)

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations