ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1971 > Guatémala
 
Généralités

Dates et lieux
Collaborations
Parc Floral de Paris
Patronage
Bourses

Textes

"Un hangar, des cables
et des baches",
J Nouvel, F Seigneur


"La communicationà distance
et l'objet esthétique", JM Poinsot


"Films d'artistes",
A Pacquement


"Art conceptuel : pratique
et théorie", A. Pacquement


"L'utilisation du langage dans
l'art conceptuel", C Millet


"Dessinateurs de presse",
C. Bouyeure


"Hyperréalisme",
D Abadie


Concept

Joseph Kosuth
Art and Language
Robert Barry
Victor Burgin
lan Burn
Giulio Paolini

Hyperréalisme

Gérard Titus-Carmel
Balthasar Burkhard
De Andrea
Klaus Bottger
Cynthia Carlson

Envoi

lan Baxter
Eric Andersen
Bernard Amiard
Noël Dolla

Interventions

Monika Baumgartl
Alighiero Boetti
Pier Paolo Calzolari

Travaux d'équipe

Atmosfield
Catalyseur urbain
Enviromental control
Frech air from lowland paradise
Cognition aerodynamic
I am system
Primar demonstrationen
Elevision interruption system
Terme relationnel

Films d'artistes

Vito Acconci
Christian Boltanski
Bruce Naumann
Jannis Kounellis
Dan Graham
Dennis Oppenheim
Richard Serra
Laurence Weiner
Richard Long
Giovanni Anselmo
Joseph Beuys
Alighiero Boetti
Daniel Buren
Gilbert and George
Mario Merz

Manifestations annexes

Invités du commissariat général
Le concept financier par Iris Clert
Atelier de création radiophonique
Jeunes peintres japonais
L'aliment blanc de Malaval
Dessinateurs de presse
Musique contemporaine
Galerie Darthea Speyer
Architecture-Urbanisme
Chronographismes 71
Composition musicale
Edition d'estampes
Films de cinéastes
Galerie Arnaud
Photographie
Groupe Zebra
Mel Ramsden
Interventions
Canada 4/3
Stampfli
Option 4
Envois
Kudo

Pays participants

Allemagne
Argentine
Autriche
Belgique
Bolivie
Brésil
Canada
Ceylan
Chili
Chypre
Colombie
Corée du Sud
Costa-Rica
Côte d'Ivoire
Danemark
Egypte
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Irlande
Italie
Japon
Madagascar
Malaisie
Maroc
Nicaragua
Panama
Pays-Bas
Philippines
Pologne
République Dominicaine
Sénégal
Suède
Suisse
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Venezuela
Yougoslavie

Guatémala

Commissaire national : Victor VASQUEZ KESTLER.
Chef du Département des Arts plastiques à la Direction générale de la Culture et des Beaux-Arts.

Après les années quarante, les arts plastiques guatémaltèques furent soumis à un brusque changement, lorsque les nouveaux artistes cessèrent de peindre des paysages et des personnages du monde indigène et colonial qui les environnait. C'est alors que surgirent les premières manifestations d'un art qui va s'élargir jusqu'aux expériences visuelles contemporaines. Au début naît un nationalisme romantique comme le fut le muralisme mexicain, nationalisme qui prolonge les postulats d'un acte de communication anecdotique. Certains artistes parviennent à extraire une signification importante. D'autres, dans leur effort pour "être modernes", frappent aux portes de tout ce qui était l'art né durant l'entre-deux guerres. De toutes ces portes, ils ouvrent celle du surréalisme qui leur est le plus proche.

De tout cela naît une expression intense qui atteint le présent. Les peintres qui débutent vers la fin des années cinquante et le début des années soixante héritent d'un art qui essaye de signifier un langage expressif de la substance américaine qui se répercute universellement. Un double tournant se fait jour durant la dernière décennie. Entre les artistes qui n'ont pas encore quarante ans naît une manifestation tendant à extraire une structure qui soit signifiante. Les uns, les moins nombreux, suivront le cours des expériences qui conduisent à l'art "abstrait", qu'il soit géométrique ou conceptuel. Les autres, les plus nombreux, partant de l'informel, s'expriment dans le cadre d'une nouvelle figuration, cherchant la manifestation vitale de notre expérience humaine. Dâns les deux pôles, les affinités avec quelques tendances universelles contemporaines sont évidentes.

Roberto Cabrera, Marco Augusto Quiroa et Elmar Rojas sont des artistes figuratifs qui tendent vers les nouveaux réalismes.

Cabrera emploie des collages et des techniques mixtes pour s'exprimer figurativement avec des personnages agressifs et des compositions violentes d'évidences lointaines et présentes. Son travail, où les signes abondent, est sériel. Un même thème est développé sans épuiser les significations latentes.

Quiroa peint des figurations ironiques d'un coloris intense et des formations primaires. Le quotidien sera toujours présent, bien que beaucoup de formes nous font penser à l'art populaire et à l'archaïsme guatémaltèque. Sa plastique est directe, tant dans sa technique que dans sa signification.

Rojas est plus subtil dans sa figuration tragique. Personnages et mondes de la réalité immédiate se transforment en manifestations de contestation. Son incursion dans l'abstraction lyrique se répercute à présent dans la texture antropomorphe de ses figures.

Tous trois peuvent être considérés comme les représentants les plus significatifs de l'expression d'un art qui se veut dans la réalité et l'expérience historique guatémaltèque.


Roberto CABRERA
(peinture)

Marco Augusto QUIROA
(peinture)

Elmar ROJAS
(peinture)

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations