ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1971 > Chypre
 
Généralités

Dates et lieux
Collaborations
Parc Floral de Paris
Patronage
Bourses

Textes

"Un hangar, des cables
et des baches",
J Nouvel, F Seigneur


"La communicationà distance
et l'objet esthétique", JM Poinsot


"Films d'artistes",
A Pacquement


"Art conceptuel : pratique
et théorie", A. Pacquement


"L'utilisation du langage dans
l'art conceptuel", C Millet


"Dessinateurs de presse",
C. Bouyeure


"Hyperréalisme",
D Abadie


Concept

Joseph Kosuth
Art and Language
Robert Barry
Victor Burgin
lan Burn
Giulio Paolini

Hyperréalisme

Gérard Titus-Carmel
Balthasar Burkhard
De Andrea
Klaus Bottger
Cynthia Carlson

Envoi

lan Baxter
Eric Andersen
Bernard Amiard
Noël Dolla

Interventions

Monika Baumgartl
Alighiero Boetti
Pier Paolo Calzolari

Travaux d'équipe

Atmosfield
Catalyseur urbain
Enviromental control
Frech air from lowland paradise
Cognition aerodynamic
I am system
Primar demonstrationen
Elevision interruption system
Terme relationnel

Films d'artistes

Vito Acconci
Christian Boltanski
Bruce Naumann
Jannis Kounellis
Dan Graham
Dennis Oppenheim
Richard Serra
Laurence Weiner
Richard Long
Giovanni Anselmo
Joseph Beuys
Alighiero Boetti
Daniel Buren
Gilbert and George
Mario Merz

Manifestations annexes

Invités du commissariat général
Le concept financier par Iris Clert
Atelier de création radiophonique
Jeunes peintres japonais
L'aliment blanc de Malaval
Dessinateurs de presse
Musique contemporaine
Galerie Darthea Speyer
Architecture-Urbanisme
Chronographismes 71
Composition musicale
Edition d'estampes
Films de cinéastes
Galerie Arnaud
Photographie
Groupe Zebra
Mel Ramsden
Interventions
Canada 4/3
Stampfli
Option 4
Envois
Kudo

Pays participants

Allemagne
Argentine
Autriche
Belgique
Bolivie
Brésil
Canada
Ceylan
Chili
Chypre
Colombie
Corée du Sud
Costa-Rica
Côte d'Ivoire
Danemark
Egypte
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Irlande
Italie
Japon
Madagascar
Malaisie
Maroc
Nicaragua
Panama
Pays-Bas
Philippines
Pologne
République Dominicaine
Sénégal
Suède
Suisse
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Venezuela
Yougoslavie

Chypre

Commissaire national : Tony SPITERIS.
Conseiller artistique de la République de Chypre.

Comme nous expliquent ses organisateurs, la Biennale des Jeunes a voulu, cette année, sinon renouveler des structures, tout au moins faire preuve de sa jeunesse en proposant une manifestation cohérente qui puisse refléter les tendances les plus poussées dans tous les domaines. Ainsi, permettant la confrontation de l'oeuvre d'artistes venus des quatre coins du monde, il est à espérer qu'elle donnera un bilan fécond de l'art de notre temps.

Chypre n'a pas voulu faire défaut à cet appel et elle s'est fait représenter par trois de ses artistes, dont le travail comporte un souci de renouer le contact avec le public par une remise en cause des moyens traditionnels pour les uns (Sfikas, Makridis), ou par l'utilisation de moyens plus classiques, mais où l'intervention du spectateur est plus directe (loakim). Le tempérament sensuel de Sostas loakim s'exprime par la mise en valeur de la couleur et de la forme qui s'inspirent de la nature. II transpose un élément de base comme le feuillage en un symbôle de portée universelle, représentatif du cycle de la vie et de la mort.

Cette participation au sens de l'universel, il nous la fait sentir par la création d'un environnement où une suite de structures ondulatoires, mélodiques se suivent en flottements continus, rampant du sol aux parois, pour revenir vers la terre et s'échapper vers le ciel. II s'agit d'une fête chromatique où les coloris rutilants coulent, s'épanchent; se projettent dans toutes les directions, en un réseau sinueux et mouvementé qui envahit le spectateur. II s'agit d'une couvre qui s'adresse à une appréciation intime, au plaisir de celui qui se fait complice de la joie du regard.

Sur un tout autre plan se présente Georges Sfikas. On ne peut assimiler son comportement à une école ou à un mouvement. Fout au plus, pourrait-on dire qu'il courtise avec l'art conceptuel, étant donné que, comme celui-ci, il ne modifie pas son - attitude envers le monde, il ne change pas sa position face à l'univers. Sfikas suit une démarche parallèle en employant des moyens d'expression différents. Ainsi ses drapeaux (Blue) révèlent-ils de ses expériences américaines et son "Corner" suit-il la lignée des structures primaires, dont l'austérité est cependant égayée par la présence de l'esthétisme recherché de la croix en bois. Cette formulation esthétique est encore soulignée dans son "Miroir" où l'illusionisme de la surface reflétée accuse nettement son intérêt décoratif.

L'option adoptée par le troisième exposant, Ange Makridis, est celle de l'indifférence vis-à-vis de l'objet, une indifférence froide qui se traduit par une neutralisation de ses sentiments envers l'oeuvre elle-même mais non pas envers son contenu. Un relief composé d'un barreau de fer noir posé sur un fond blanc en mousse molle, qui donne l'apparence d'un mur blanchi à la chaux, ce même motif répété par trois fois symbolise clairement les fenêtres d'une prison. Motif politique qui, par ses prolongements, rappelle d'une façon douloureuse la situation existante dans bien des pays. Acte de protestation et engagement qui s'exprime par des moyens très dépouillés, antilittéraires mais contenant dans leur mutisme une grande force de persuasion sans recourir à l'arsenal d'un vocabulaire officiel.


loakim COSTAS
(architecture)

Aagelo MAKRIDES
(intervention)

Georges SFIKAS
(intervention)

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations