ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1971 > Autriche
 
Généralités

Dates et lieux
Collaborations
Parc Floral de Paris
Patronage
Bourses

Textes

"Un hangar, des cables
et des baches",
J Nouvel, F Seigneur


"La communicationà distance
et l'objet esthétique", JM Poinsot


"Films d'artistes",
A Pacquement


"Art conceptuel : pratique
et théorie", A. Pacquement


"L'utilisation du langage dans
l'art conceptuel", C Millet


"Dessinateurs de presse",
C. Bouyeure


"Hyperréalisme",
D Abadie


Concept

Joseph Kosuth
Art and Language
Robert Barry
Victor Burgin
lan Burn
Giulio Paolini

Hyperréalisme

Gérard Titus-Carmel
Balthasar Burkhard
De Andrea
Klaus Bottger
Cynthia Carlson

Envoi

lan Baxter
Eric Andersen
Bernard Amiard
Noël Dolla

Interventions

Monika Baumgartl
Alighiero Boetti
Pier Paolo Calzolari

Travaux d'équipe

Atmosfield
Catalyseur urbain
Enviromental control
Frech air from lowland paradise
Cognition aerodynamic
I am system
Primar demonstrationen
Elevision interruption system
Terme relationnel

Films d'artistes

Vito Acconci
Christian Boltanski
Bruce Naumann
Jannis Kounellis
Dan Graham
Dennis Oppenheim
Richard Serra
Laurence Weiner
Richard Long
Giovanni Anselmo
Joseph Beuys
Alighiero Boetti
Daniel Buren
Gilbert and George
Mario Merz

Manifestations annexes

Invités du commissariat général
Le concept financier par Iris Clert
Atelier de création radiophonique
Jeunes peintres japonais
L'aliment blanc de Malaval
Dessinateurs de presse
Musique contemporaine
Galerie Darthea Speyer
Architecture-Urbanisme
Chronographismes 71
Composition musicale
Edition d'estampes
Films de cinéastes
Galerie Arnaud
Photographie
Groupe Zebra
Mel Ramsden
Interventions
Canada 4/3
Stampfli
Option 4
Envois
Kudo

Pays participants

Allemagne
Argentine
Autriche
Belgique
Bolivie
Brésil
Canada
Ceylan
Chili
Chypre
Colombie
Corée du Sud
Costa-Rica
Côte d'Ivoire
Danemark
Egypte
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Irlande
Italie
Japon
Madagascar
Malaisie
Maroc
Nicaragua
Panama
Pays-Bas
Philippines
Pologne
République Dominicaine
Sénégal
Suède
Suisse
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Venezuela
Yougoslavie

Autriche

Commissaire national : Adolf FROHNER

L'exposition "Réalités" eut lieu au mois de mai agité de 1968 dans la Sécession de Vienne.

François Ringel y figura avec des peintures à couleurs vives, qui montraient des marmots agitant leurs mains : un monde beau et vilain, peu attirant, mais intéressant et ne se souciant pas du bon, beau et vrai. Ce qu'il montra alors, Ringel l'a dans la suite accompli. II expose souvent à présent à l'étranger.

Heinz Stangl est un individualiste typique. II s'est construit des espaces compliqués, des scènes d'intérieur, des salles de bain. Les groupes sont peu cohérents, les figures planent et disparaissent, montrent un profil multiple. II règne (aussi dans les couleurs) une atmosphère de campagne, accompagnée de mélancolie. Les couleurs pullulent comme des mesures de valse autour d'une lampe. Stangl est viennois, un homme d'une certaine réserve. II a eu son plus grand succès à Paris. Jusqu'à l'apparition de la nouvelle peinture en Autriche, dans les années de 1960, il s'est passé pas mal de choses : réalisme progressiste, informel, abstraction dans toutes les variétés, directives données par Wotruba dans la plastique et leur accomplissement avec les débuts d'un nouvel art objectif. Stangl suivit les traces de la peinture de fantaisie viennoise, Ringel fut inspiré par Dubuffet et les gens de Cobra. Les deux se rencontrent dans la représentation de l'imaginaire.

De ce point de vue, l'exposition "Réalités" fut vraiment ce qu'on montra alors de plus réaliste. Les nouvelles "Réalités" contiennent aussi une bonne portion d'ironie. La représentation des possibilités imaginées ouvre la porte à tous les sentiments et inventions.

Stangl et Ringel, deux artistes âgés d'une trentaine d'années, occupés plus ou moins de problèmes analogues, mais qui ne se confondent pas avec leurs problèmes et avec leurs tableaux. Chez Stangl, le monde se coagule en scènes bucoliques. Ringel est préoccupé de désirs et de contraintes de l'homme manipulé. En les exhibant et en les exagérant, Ringel veut les libérer de ses nausées. Au fond il est un peintre très moral.

Otto BREICHA
Critique d'art


Dieter KAUFMANN
(spectacles)

Franz RINGEL
(peinture)

Heinz STANGL
(gravure)

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations