ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1969 > Brésil
 
Brésil

Commissaire général : Mauricio Roberto
Directeur du Musée d'Art Moderne de Rio de Janeiro

L'architecture contemporaine brésilienne a jusqu'à maintenant joui d'une solide réputation dans le domaine international. Mais il y a eu, au cours des dernières années, une réelle progression de l'expansion naturelle, dont on peut chercher les principales raisons à la fois dans changement de la capitale pour Brasilia, comme dans l'essor économique de certaines régions et dans la création d'excellentes écoles architecture dans la majorité des Etats de la Fédération.

Assad, Forte Netto, Gandolfi, Lerner et Sanchotene, tous originaires du Parana, illustrent ces nouvelles conjonctures culturelles et socio-écomiques. Dotés d'un talent d'exception et d'une rare capacité d'invention, en dépit de leur jeunesse, ils sont capables d'harmoniser parfaitement la plus audacieuse proposition de construction avec une conception spatiale et formelle du niveau le plus élevé. Leur architecture est limpide et logique sans pour cela être simpliste. Pour toutes ces raisons, ils méritent d'être les légitimes continuateurs de la génération qui a su implanter les principes de l'architecture moderne brésilienne, avec, en outre, l'avantage de créer une architecture qui, sans perdre de sa substance poétique, se fonde plus profondément sur le plan de la connaissance technologique. Le travail qu'ils présentent à la Biennale de Paris est tout à fait caractéristique de leur puissance créatrice. La Cité-Pont qu'ils proposent, face aux caracteres d'Iguaçu, cherchant à créer un centre touristique international ainsi qu'une liaison entre le Brésil et l'Argentine au moyen d'une structure comportant un espace vide de deux cents mètres de longueur, est une idée qui réussit à rendre compatible lyrisme et technique à la fois. Le projet est beau et intrépide, ainsi qu'on pouvait l'espérer, sans pour autant négliger l'exécution, facteur qui lui confère sa véritable dimension architectonique.

Marcus Konder Netto

Les trois oeuvres que le Brésil envoie à la Biennale de Paris, et qui marquent la première participation de la musique brésilienne à cette manifestation internationale, ont obtenu les trois Premiers Prix au Festival de Musique de Guanabara. Elles représentent trois aspects de la musique brésilienne postérieurs à Villa Lobos et la consécration de deux importantes écoles de composition du pays, celle de Camargo Guarnieri et celle de Koellreutter, professeur et compositeur allemand qui rénova en 1939 la musique brésilienne.

Jose Antonio de Almeida Prado est un des meilleurs talents sortis de l'école de Camargo Guarnieri. Parmi ses oeuvres principales on trouve la Passion selon Saint-Marc, primée en 1968 comme la meilleure oeuvre de chambre de l'année, Variations, récitatif et fugue pour piano, Chant élégiaque pour cordes, cuivres et percussion, et Cantus creationes pour quatre groupes instrumentaux, présenté à Washington en 1968 sous la conduite de Antonio Taurielle. Les Petites funérailles chantantes, pour choeur à quatre voix et orchestre, ont été composées en 1969 sur un texte de Hilda Hilst, à la mémoire du poète Carlos Maria de Araujo.

Marlos Nobre, après une Mention d'Honneur reçue en 1959 au Concours National de Composition, étudie à Rio de Janeiro avec Koellreutter, puis avec Camargo Guarnieri. II reçoit une bourse d'études de l'Institut Di Tella, de Buenos Aires, où il travaille sous la direction d'Alberto Ginastera, Olivier Messiaen, Ricardo Malipiero, Luigi Dallapiccola et Aaron Copland. Sa Cantate Ukrinmakrinkrin, composée et jouée en première audition à Buenos Aires, est devenue une oeuvre marquante de la nouvelle musique brésilienne. Ses autres oeuvres sont le Quartete à cordes (1967), le Canticum instrumentalis (1968), Tropicalis, Variations rythmique, Concerto bref pour piano et orchestre composé en 1969 pour le premier Festival de Musique de Guanabara.

Lindembergue Cardoso apparaît comme un des principaux talents surgis des séminaires de musique de l'Université de Bahia organisés par Koellreutter. II est également instrumentiste. Ses principales oeuvres sont le Trio pour piano, violon et violoncelle. la Messe du Nord-Est, la Festa da Cana Brava, la cantate Fin du monde et la Procession des Pleureuses composée pour le Festival de Musique de Guanabara, dans laquelle il fait ressortir l'atmosphère caractéristique des rites afro-brésiliens. L'oeuvre s'inspire d'une procession religieuse à Bahia, où les pleureuses, ainsi que dans les lamentations hébraïques, transforment leurs cris dramatiques en musique.

Edino Krieger


Architecture et urbanisme

NOUVELLES PROPOSITIONS D'URBANISME
1969 (deux maquettes)

Ahrao Anis ASSAD
Né en 1940 à Parana (Brésil), architecte

Roberto Luiz GANDOLFI
Né en 1936 à Sao Paulo (Brésil), architecte

Jayme LERNER
Né en 1937 à Curitiba (Brésil), architecte

Lluiz Forte NETTO
Né en 1935 à Sao Paulo (Brésil), architecte

Jose Hermeto Palma SANCHOTENE
Né en 1943 à Rio Grande do Sul (Brésil), architecte


Composition musicale

Jose Antonio DE ALMEIDA PRADO
Né en 1943 à Santos (Brésil)
Pequenos funerais cantantes, 1969. Museu da Imagem e do Som

Cardoso LINDEMBERGUE
Né en 1939 à Livramento (Brésil)
Procission des carpideiras, 1969. Museu da Imagem e do Som

Marlos NOBRE
Né en 1939 à Recife (Brésil)
Concerto breve, 1969. Museu da Imagem e do Som

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations