ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1967 > Galerie Lambert
 

Galerie Lambert

La figure humaine

« Je ne sais pas si je suis un comédien, un filou, un idiot ou un garçon très scrupuleux. Je sais qu'il faut que j'essaye de copier un nez d'après nature », disait Alberto Giacometti le 18 octobre 1965, trois mois avant de mourir. Mais il disait aussi à Pierre Schneider « Au Louvre avec Giacometti » : « Prenez le contour qui va de l'oreille au menton : comment faire tenir sur une toile, sur une distance de trois centimètres, une ligne qui a l'air d'en avoir vingt? C'est humainement impossible » Désir de représenter le plus fidèlement possible ce qui, entre toutes choses réellement présentes, nous est apparemment le plus familier: la figure humaine. Refus de toute ressemblance trompeuse, de « tromper l'oeil ». Le rapport du peintre contemporain et de son modèle est établi par ces deux exigences. Mais si la figure humaine, si longtemps bannie de la peinture de notre temps, y réapparaît aujourd'hui, c'est aussi pour y combler des vides d'un autre ordre. Ainsi, les visages et les corps que nous présentent ici des jeunes peintres de sept pays, témoignent du mythe - Lebenstein, Baszkowski d'une expérience collective transposée Neizvestny d'un univers onirique - Stancic, Jordan - de notre vie quotidienne vue à travers le prisme de l'humour et de l'érotisme - Key Hiraga.

Baszkowski (Pologne), Bîelutin (URSS), Campi (France), Csernus (Hongrie), Jordan (Yougoslavie), Key Hiraga (Japon), Lebenstein (Pologne), Neizvestny (URSS), Stancie (Youg.), Tomlison (Etats-Unis), Zuka (Etats-Unis).

Galerie Lambert
14 rue Saint-Louîs-en-l'Ile
75004 Paris

Exposition du 4 octobre au 4 novembre 1967.
Vernissage le mercredi 4 octobre de 17h00 à 21h00.
Tous les jours sauf le dimanche et le lundi
de 10h30 à 12h00 et de 14h30 à 18h30.

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations