ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1965 > Suisse
 
Généralités

Dates et lieux
Conseil d'administration
Commission permanente
Comité de réceptions
Extrait du règlement
Jurys internationaux
Patronage
Secrétariat

Groupes

GRAV

Participations

Peter Blake
Niele Toroni
Daniel Buren
Bernar Venet
Peter Stampfli

Erik Dietmann
Christian Boltanski
Gérard Titus-Carmel
Jean-Pierre Raynaud

Travaux d'équipe

Oratoire
Réquiem

Jardin d'hiver
Ecole lettriste
Espace-Mêlée
Centre Culturel
Etude d'une ville
Lieu de rencontre
Edition de gravure
Abri Anti-Atomique
Action sur un bidonville
Aménagement de plage

Manifestations annexes

Galerie Peintre du monde
Galerie Soleil dans la tête
Galerie F.Houston Brown
Galerie François Ledoux
Composition musicale
Galerie Lentremonde
Galerie du Tournesol
Galerie Claude Levin
Galerie de France
Galerie R. Creuze
Galerie de jeunes
Galerie Lacloche
Librairie Nicaise
Galerie Lambert
Musée Galliéra
Films sur l'art
Galerie Zunini
Prix Lefranc
Colloques
Galerie "A"
Galerie 9
Théâtre
Forum

Pays participants

Allemagne
Autriche
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Ceylan
Chili
Colombie
Congo Léopoldville
Corée du Sud
Cuba
Danemark
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Islande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Madagascar
Maroc
Mexique
Norvège
Nouvelle-Zélande
Pakistan
Panama
Paraguay
Pays-Bas
Pérou
Philippines
Pologne
Portugal
République Arabe Unie
République Dominicaine
Roumanie
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Venezuela
Viet-Nâm
Yougoslavie

Suisse

Commissaire général : Max Von Muhlenen

Sur proposition de la Commission fédérale des Beaux-Arts, trois artistes suisses, Andreas Christen, Markus Râtz et Willy Weber, ont été chargés d'exécuter un travail d'équipe en vue de représenter la Suisse à la IVe Biennale de Paris. L'orientation spirituelle de Christen et de Ratz porte l'empreinte d'une époque essentiellement marquée en Suisse par Sophie Tâuber-Arp, Glarner, BilI, Lohse, alors que Mondrian et ses adeptes préconisaient l'harmonie universelle, voire même la pureté de la vie future comme le fond et le but de toute activité artistique. Venu du surréalisme, Weber cherche en revanche à exprimer par un dynamisme explosif l'esprit technico-mécanique qui domine notre époque Il dit à ce sujet : "La technique et la science qui opèrent la transformation de notre environnement connaissent un développement dynamique et explosif... Document d'époque véritablement authentique, l'art de notre temps peut et doit reproduire l'élément dynamique de l'explosion et, en tant qu'expression du temps et de la culture les porter jusqu'à une dimension cosmique. "De son côté Markus Râtz définit ainsi le sens qu'il donne à son travail : "Je donne une structure géométrique aux formes et à leur disposition parce que, dans un ordre parfait, le moindre bouleversement de vient perceptible. Ces bouleversements à l'ordre donné se réfèrent à une source d'énergie disponible quelque part ; celle-ci influe sur la matière au sein de l'espace monochrome. Le champ structuré est de ce fait un champ de tensions dans lequel règne le désordre dès que la source d'énergie vient à disparaître... ".

Le dénominateur commun de ces trois artistes est le caractère précis, monochrome et néoplastique de leurs oeuvres où n'entre aucun élément fortuit. Il en est de même pour les plaques métalliques crevassées et explosives de Weber. Les reliefs concrets de Christen sont de subtiles combinaisons de surfaces en polyester tendues sur des arêtes. L'artiste attribue toutefois une importance particulière à l'application pratique d'une activité purement artistique. En sa qualité de dessinateur et de créateur de formes, ils'emploie à l'élaboration en polyester d'objets de la vie quotidienne, une maison par exemple ou les superstructures d'une locomotive. C'est sous la forme d'un travail d'équipe que ces trois artistes présentent leurs oeuvres à Paris et, sans renoncer d'aucune manière à leur individualité, ils intègrent leurs créations dans un espace triangulaire blanc - paradoxalement qualifié d'"objet" - éclairé par une éclatante lumière dématérialisante. La distance qui sépare normalement l'observateur de l'oeuvre d'art doit être supprimée dans cette en ceinte. L'abondance "tangible" de lumière, dont la limite devient perceptible au niveau des ombres claires que projettent les structures en relief, doit suggérer une sorte d'apesanteur semblable à celle qui règne entre la lune et la planète Mars...

Max von Mtihlenen


Section travaux d'équipe

1 OBJET (zone blanche)
Construction de forme triangulaire, toute blanche, faite de matériaux divers (bois, fer, pavatex, etc.). Cette oeuvre collective doit être considérée comme une sculpture dans laquelle l'intérieur et l'extérieur forment un tout (2,80 x 9,60 x 8).

Andreas CHRISTEN
Né en 1936 à Budendorf (Suisse)
Peintre, graphiste et dessinateur

Markus RATZ
Né en 1941 à Berne (Suisse)
Peintre et sculpteur

Willy WEBER
Né en 1933 à Berne (Suisse)
Sculpteur sur métal

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations