ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1965 > Corée du Sud
 
Généralités

Dates et lieux
Conseil d'administration
Commission permanente
Comité de réceptions
Extrait du règlement
Jurys internationaux
Patronage
Secrétariat

Groupes

GRAV

Participations

Peter Blake
Niele Toroni
Daniel Buren
Bernar Venet
Peter Stampfli

Erik Dietmann
Christian Boltanski
Gérard Titus-Carmel
Jean-Pierre Raynaud

Travaux d'équipe

Oratoire
Réquiem

Jardin d'hiver
Ecole lettriste
Espace-Mêlée
Centre Culturel
Etude d'une ville
Lieu de rencontre
Edition de gravure
Abri Anti-Atomique
Action sur un bidonville
Aménagement de plage

Manifestations annexes

Galerie Peintre du monde
Galerie Soleil dans la tête
Galerie F.Houston Brown
Galerie François Ledoux
Composition musicale
Galerie Lentremonde
Galerie du Tournesol
Galerie Claude Levin
Galerie de France
Galerie R. Creuze
Galerie de jeunes
Galerie Lacloche
Librairie Nicaise
Galerie Lambert
Musée Galliéra
Films sur l'art
Galerie Zunini
Prix Lefranc
Colloques
Galerie "A"
Galerie 9
Théâtre
Forum

Pays participants

Allemagne
Autriche
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Ceylan
Chili
Colombie
Congo Léopoldville
Corée du Sud
Cuba
Danemark
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Islande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Madagascar
Maroc
Mexique
Norvège
Nouvelle-Zélande
Pakistan
Panama
Paraguay
Pays-Bas
Pérou
Philippines
Pologne
Portugal
République Arabe Unie
République Dominicaine
Roumanie
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Venezuela
Viet-Nâm
Yougoslavie

Corée du Sud

Commissaire général : Seo-Bo Park
Professeur à l’Université Hong Ik - Séoul

En face des peintures et des sculptures de notre continent, il est de bon ton, parmi les critiques et les amateurs occidentaux d’y déceler, avant même de les apprécier en tant que telles, des caractères spécifiquement orientaux et de regretter notre tradition que, d’après eux, nous négligeons. C’est au point que toutes nos oeuvres se rapprochant des tendances européennes actuelles se voient jugées "occidentalisées", voire condamnées. Que tels ou tels peintres français ou américains soient influencés par la calligraphie orientale n’est pourtant pas considéré comme un défaut; si nous nous aventurons à employer des matières épaisses, par exemple, pourquoi nous étiqueter de je ne sais quel nom, aujourd’hui illustre? D’où viennent ces préjugés? Assimiler de nouvelles tendances de tout horizon, ce n’est pas forcé ment refuser ou abandonner notre tradition propre. Bien au contraire, car celle-ci ne prévaut vraiment que par des remises en cause successives; elle est toujours à renaître, transformée par la lumière de chaque époque.

N’existe-t-il pas en vérité en Occident un certain esprit de colonialisme artistique qui rêve encore de dominer? Et ne voit-on pas là des signes de défaillance, ou mieux, de crise dans l’art occidental d’aujourd’hui? Il en résulte que notre époque, faute de mieux se lance dans des aventures sans lendemain, à la recherche de l’inouï. Nos jeunes artistes y échappent-ils? Je ne sais trop.

Toujours est-il que la situation actuelle de notre art vivant reste assez ambiguë. Il y a, je crois, chez la plupart des jeunes, une sorte de décalage entre leur tempérament, voire leur sensibilité, et les moyens d’expression qu’ils se proposent. Voilà tout le drame qu’ils doivent surmonter coûte que coûte. La recherche d’une nouvelle synthèse, dirait-on. Soyons modestes! Modestes sont en effet nos oeuvres choisies pour la Quatrième Biennale de Paris; elle le sont, en ce qu’elles ne proposent rien de très nouveau. Mais elles sont des plus représentatives de la jeune génération. Elles portent la marque de son sentiment tragique du monde que les artistes entendent exprimer avec humilité. Cette humilité s’accompagne chez eux non pas de la soumission à la réalité, mais de l’acceptation courageuse de celle-ci. Leurs révoltes ne s’extériorisent pas en des impulsions faciles, leurs passions ne se crispent pas, tout en restant vivantes comme le feu dans le ventre de la terre. Ces considérations me ramènent à une constatation fort banale mais, à mon sens, toujours essentielle que dans l’oeuvre d’art, ce qui l’emporte, c’est la "qualité", je veux dire cette résonance secrète qui émeut l’âme. C’est de ce point de vue, si je ne me trompe, que notre Commissaire général a établi son choix et encore avec une autre intention non moins heureuse : de donner un ensemble cohérent, non pas panoramique et éclectique, d’une lignée spirituelle sensible à la réalité angoissante, notre réalité à nous.

Lie - Yill


Peinture et dessin

Sang-Hwa CHUNG
Né en 1930 à Yeung-Denk (Corée)
Peinture X, 1965 (huile, 130 x 97)
Peinture Xl, 1965 (huile, 146 x 112)

Chong-Hyun HA
Né en 1935 à Chin-ju (Corée)
Amulette V, 1965 (huile, 162 x 112)
Amulette Vi, 1965 (huile, 162 x 112)

Vung-Vul JUNG
Né en 1932 à Kwang-ju (Corée)
Peinture XXII, 1965 (huile, 146 x 112)
Peinture XXIV, 1965 (huile, 142 x 112)

Yang-No LEE
Né en 1930 à Dae-Denk (Corée)
Peinture CIX, 1965 (huile, 146 x 112)
Peinture CX, 1965 (huile, 146 x 112)


Sculpture

Man-Rin CHOP
Né en 1935 à Séoul (Corée)
9 Eve, 1964 (bronze, 110 x 45 x 45)

Chong-Bae PARK
Né en 1935 à Massan (Corée)
Sculpture LXLIV, 1965 (fer soudé, 70 x 50)
Sculpture LXLV, 1965 (fer soudé, 90 x 28)


Gravure

Chong-Hak KIM
Né en 1937 à Shin-Eui-Ju (Corée)
12 X 777, 1964 (gravure sur bois, 45 x 80)
13 X 888, 1965 (gravure sur bois, 45 x 80)

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations