ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1963 > Tunisie
 
Organisation

Patronage
Conseil d'administration
Commission permanente
Secrétariat
Comité de réceptions
Extrait du règlement
Jurys internationaux
Participations
Calendrier

Sélection de participants

Christo
Niki de Saint Phalle
Daniel Spoerri
Grav
Groupe Mu
Groupe Lettriste
Finis Tarrae
Pierre Schaeffer
Pierre Boulez
Ianis Xenakis
Peter Blake
David Hockney
Peter Stampfli
Nicolas Schöffer
Georges Braque
Salvador Dali
Foujita
Vassili Kandinsky
Lurcat Van Dongen

Manifestations annexes

Travaux d'équipe
Auditorium
Musique enregistrée
Cabines
Films sur l'art
Art du langage
Recherche
Jeunes interprètes
Tribune libre
Jazz
Plateau d'essai
Colloques
Prix de jeunes artistes
Edition de gravures
Sculptures architecturales
Oeuvres des maîtres
Nouvelle figuration
Peintres coréens
L'atelier-école Legueult
Abbatoirs 2
Complémentaire

Pays participants

Allemagne
Argentine
Australie
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Ceylan
Chili
Chine
Colombie
Congo Brazzaville
Corée
Cuba
Danemark
République Dominicaine
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Madagascar
Maroc
Mexique
Norvège
Nouvelle Zélande
Pakistan
Pays-Bas
Philippines
Pologne
Portugal
Roumanie
Sénégal
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Vénézuela
Yougoslavie
Tunisie

Commissaire général : Hatim Elmekki
Sous-directeur des Beaux-Arts

Absente à la dernière Biennale, la Tunisie est de nouveau au rendez-vous parisien. Quoi de changé depuis 1959 ? Surtout, quoi de neuf ? Eh bien, en quatre ans une évolution s'est affirmée. Des jeunes peintres surtout en ont dessiné le profil, d'autant plus net qu'il se détache sur une toile de fond ou le folklore n'a pas tout à fait cessé de se mêler à ce qui ne le regarde pas, autrement dit à la peinture. Sur quatre peintres présentés, trois se réclament, avec plus ou moins de véhémence, du courant nouveau. Pourquoi, et comment, nier que celui-ci a la faveur des moins de trente-cinq ans ? Par ailleurs cette évolution nous paraît trouver son explication dans le fait, entre autres, que, rendue probablement nécessaire par le souci de retrouver la Tunisie, rien que la Tunisie, toute la Tunisie à l'avènement de son indépendance, une confusion des fins et des moyens n'épargnait presque personne pendant cette période d'exaltation nationale. Aujourd'hui, une fois la Tunisie retrouvée sans discussions, les jeunes peintres tunisiens estiment discutable les moyens mis en oeuvre par la plupart de leurs aînés et pensent en substance : "Notre avenir, n'est pas nécessairement notre passé". Et ils proposent d'autres moyens. Ainsi Sehili, prend des données tunisiennes et les repense en termes de peinture. Belkodja ne retient de l'Orient que les prestiges de la lumière pour les associer à ses propres jeux. Klee, qui a vécu en Tunisie lui aussi, pouvait-il avoir tort ? Raouf Zarrouk, le plus jeune, prend racine, lui, dans un monde à la mesure de notre XXe siècle. Reste Gorgi. Pour lui pas de problèmes. Aucune révision déchirante. II a son univers, sans conflit, où l'essentiel risque d'être mis en cause, mais où la tradition accorde cependant ses nostalgies aux impératifs permanents à la fois de l'écriture et de la composition.

Hatim Elmekki

----------------------------------------------------------------------------------------------

Section arts plastiques
Peinture et dessin


Nejib BELKODJA
Né en 1939 à Tunis (Tunisie)
Lumière, 1963 (huile, 100 x86)

Abdelaziz GORGI
Né en 1928 à Tunis (Tunisie)
Composition, 1963 (huile, 75 x 100)
Abul-Kacem Chabbi, 1963 (dessin, 73 x 82)

Mahmoud SEHILI
Né en 1931 à Tunis (Tunisie)
Sfaxiennes, 1963 (huile, 73 x 100)

Raouf ZARROUK
Né en 1941 à Sidi-bou-Said (Tunisie)
Vers la catastrophe, 1962 (aquarelle, 78 x 100)
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations