ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1963 > Maroc
 
Organisation

Patronage
Conseil d'administration
Commission permanente
Secrétariat
Comité de réceptions
Extrait du règlement
Jurys internationaux
Participations
Calendrier

Sélection de participants

Christo
Niki de Saint Phalle
Daniel Spoerri
Grav
Groupe Mu
Groupe Lettriste
Finis Tarrae
Pierre Schaeffer
Pierre Boulez
Ianis Xenakis
Peter Blake
David Hockney
Peter Stampfli
Nicolas Schöffer
Georges Braque
Salvador Dali
Foujita
Vassili Kandinsky
Lurcat Van Dongen

Manifestations annexes

Travaux d'équipe
Auditorium
Musique enregistrée
Cabines
Films sur l'art
Art du langage
Recherche
Jeunes interprètes
Tribune libre
Jazz
Plateau d'essai
Colloques
Prix de jeunes artistes
Edition de gravures
Sculptures architecturales
Oeuvres des maîtres
Nouvelle figuration
Peintres coréens
L'atelier-école Legueult
Abbatoirs 2
Complémentaire

Pays participants

Allemagne
Argentine
Australie
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Ceylan
Chili
Chine
Colombie
Congo Brazzaville
Corée
Cuba
Danemark
République Dominicaine
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Madagascar
Maroc
Mexique
Norvège
Nouvelle Zélande
Pakistan
Pays-Bas
Philippines
Pologne
Portugal
Roumanie
Sénégal
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Vénézuela
Yougoslavie
Maroc

Commissaire général : Fatmi El Fathemy
Attaché Culturel près l'Ambassade du Maroc à Paris

Commissaire général adjoint : Mme Naïma Khatib
Directrice des Musées et des Antiquités du Maroc

Donner une idée assez précise du mouvement d'art plastique du Maroc ne va pas sans soulever certaines difficultés. Les organisateurs de la participation du Maroc à la IIIe Biennale se trouvaient devant le dilemne suivant : réduire le nombre d'artistes et exposer le plus grand nombre d'oeuvres, donnant ainsi aux visiteurs et aux critiques plus de matières pour juger en connaissance de cause ; ou, au contraire, faire participer plus d'artistes, dans cet étroit espace de cimaise, en réduisant le nombre des œuvres de ces derniers. Chacun des choix était aussi arbitraire, l'un que l'autre. Sans méconnaître les inconvénients qui en découlent, le Maroc a, pour sa part, choisi la deuxième éventualité, permettant ainsi à ceux qui s'intéressent à la vie des arts plastiques au Maroc, par un "éventail plus large" d'avoir une idée - imprécise et vague, certes - des multiples moyens techniques et styles de nos jeunes artistes, et partant, des voies possibles qui s'ouvrent à l'art marocain de demain. Un deuxième critère, qui nous a guidés dans notre choix, est un dosage assez minutieux entre les peintres connus dé la Biennale (Cherkaoui, Bennani, Belkahia, El Biaz) dont les œuvres permettent de saisir l'évolution accomplie, par ces jeunes artistes depuis les deux dernières Biennales et des jeunes qui y participent pour la première fois (Ouaknine, El Moznino, Amar, Neghara). Quant à Gharbaoui, connu de la Biennale comme peintre abstrait, il s'adonne, depuis une année, à la sculpture. II nous a permis d'exposer ses deux premières œuvres de ce genre. C'est un fait connu que les religions sémitiques (musulmane et hébraïque) interdisaient la repré-sentation de la nature ; ainsi, ceux qui s'intéressaient à l'art ne pouvaient évoluer que dans le cadre de la décoration géométrique ou florale, de même que celui, minutieux et compliqué, de la calligraphie. L'art arabo-islamique, devait, nécessairement aboutir à l'art abstrait. En effet, transposer cet enchevêtrement de lignes droites et de lignes courbes, ce chatoiement harmonieux de couleurs des mosaïques des salons arabes, ces multiples combinaisons ornementales de l'art épigraphique, issu de la souplesse des lettres arabes, des murs des mosquées ou des pages des livres religieux, au chevalet, il n'y avait qu'un pas à franchir. Certains l'ont fait. Cependant, aux préoccupations plastiques et esthétiques tout court, s'ajoute ici, le message. Une partie de l'objet qui s'offre au regard de l'artiste est analysée, détaillée, approfondie dans sa signification humaine. Cette signification que le peintre essaye de nous communiquer. Cette abstraction est loin d'être un tatouage simple ou de la mosaïque ornementale et folklorique primitive. Abstraction oui, mais abstraction-signification ou art abstrait-signifiant. Certains, au contraire, appréhendent l'objet dans sa totalité, suivant en cela la trace de leurs aînés européens. Par des moyens fort simples et une technique qui est encore à la recherche d'elle-même, ils s'efforcent de nous faire participer à la quête de leur idéal. Objectifs ou abstraits signifiants, nos jeunes artistes restent de leur temps. Leur préoccupation n'est pas l'art pour l'art, mais l'homme : l'homme dans son angoisse et sa peur (apocalypse atomique, explosions de colère), dans son espoir (chant du coq), dans sa "soif" de vivre, dans son désir de jouir de la beauté et des délices de la vie (et Dieu créa la femme), de la "paix" universelle dans un monde uni (le couple), fraternel ou règne la solidarité.

Fatmi El Fathemy et Naïma Khatili

----------------------------------------------------------------------------------------------

Section arts plastiques
Peinture et dessin


Mohamed AMAR
Né en 1934 à Salé (Maroc)
Paix, 1963 (cire, 120 x 50)

Farid BELKAHIA
Né en 1934 à Marrakech (Maroc)
Couple, 1962 (huile, 84 x 64)
Solidarité, 1962 (huile, 64 x 50)

Mohamed BENNANI
Né en 1938 à Fès (Maroc)
Impression nocturne, 1962 (huile, 46 x 100)

Karim BENNANI
Né en 1936 à Fès (Maroc)
Coq, 1962 (huile, 79 x 62)

Ahmed CHERKAOUI
Né en 1934 à Boujad (Maroc)
Menace de la fleur, 1962 (huile, 116 x 81)
Porte Verte, 1963 (aquarelle, 51 x 66)
Porte Rouge, 1963 (aquarelle, 51 x 66)

André ELBAZ
Né en 1934 à El Jadida (Maroc)
Apocalypse Atomique, Composition n° 26 B, 1962 (huile, 92 x 60), coll. Galerie S. Benichou

Elmoznino HAZDAI
Né en 1933 à Safi (Marco)
Et Dieu créa la femme, 1963 (huile, 46 x 61)
Explosion et Colère, 1963 (encre de chine, 97 x 59)

Megara MEKI
Né en 1932 à Tétouan (Maroc)
Moussem, 1963 (huile, 81 x 66)

Serge OUAKNINE
Né en 1943 à Rabat (Maroc)
La soif, 1963 (huile, 105 x 60)

Sculpture

Jilali GHARBAOUI
Né en 1930 à Jorf-el-Melh (Maroc)
Sculpture 1, 1963 (tôle découpée, 27 x 40 x 007)
Sculpture 2, 1963 (tôle découpée, 30 x 12 x 007)
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations