ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1963 > Iran
 
Organisation

Patronage
Conseil d'administration
Commission permanente
Secrétariat
Comité de réceptions
Extrait du règlement
Jurys internationaux
Participations
Calendrier

Sélection de participants

Christo
Niki de Saint Phalle
Daniel Spoerri
Grav
Groupe Mu
Groupe Lettriste
Finis Tarrae
Pierre Schaeffer
Pierre Boulez
Ianis Xenakis
Peter Blake
David Hockney
Peter Stampfli
Nicolas Schöffer
Georges Braque
Salvador Dali
Foujita
Vassili Kandinsky
Lurcat Van Dongen

Manifestations annexes

Travaux d'équipe
Auditorium
Musique enregistrée
Cabines
Films sur l'art
Art du langage
Recherche
Jeunes interprètes
Tribune libre
Jazz
Plateau d'essai
Colloques
Prix de jeunes artistes
Edition de gravures
Sculptures architecturales
Oeuvres des maîtres
Nouvelle figuration
Peintres coréens
L'atelier-école Legueult
Abbatoirs 2
Complémentaire

Pays participants

Allemagne
Argentine
Australie
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Ceylan
Chili
Chine
Colombie
Congo Brazzaville
Corée
Cuba
Danemark
République Dominicaine
Equateur
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Madagascar
Maroc
Mexique
Norvège
Nouvelle Zélande
Pakistan
Pays-Bas
Philippines
Pologne
Portugal
Roumanie
Sénégal
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Tunisie
Turquie
URSS
Uruguay
Vénézuela
Yougoslavie
Iran

Commissaire général : Akbar Tadjvidi
Directeur Adjoint à l'École Supérieure des Arts Décoratifs de Téhéran

A cette IIIe Biennale de Paris, nous nous contentons de présenter quatre jeunes peintres personnifiant chacun l'un des nombreux aspects de la peinture actuelle en Iran. En effet, des courants divers ont traversé depuis quelques années les recherches de nos jeunes artistes, prêtant à chacun le langage qui l'aiderait à s'exprimer le plus efficacement possible. Ceux-ci, ne sont ni étrangers aux grands mouvements produits dans ce domaine en Europe, ni inconscients de l'héritage pictural lourd et enrichissant de leur pays d'origine ; d'où la diversité de leurs recherches et la complexité de leurs synthèses. Dans notre sélection, Pilaram personnifie la continuité picturale iranienne. Sa peinture relie le présent au passé, sans toutefois rester pour autant dans la limite de la répétition et du pastiche. Ses gouaches, d'une dimension souvent monumentale, ne sont pas étranges aux yeux de ceux qui sont familiarisés avec l'École de Tabriz et celle de Herat. La préciosité de la matière, l'exécution minutieuse, l'organisation de l'espace à deux dimensions, les surfaces colorées vibrantes, la netteté du dessin, l'emploi ordonné du graphisme et de la calligraphie, rendent ses ceuvres dignes d'un peintre persan. Et pourtant, Pilaram est, en vertu de l'interprétation individuelle de son monde intérieur, un peintre de son époque. II suit, avec fidélité, l'évolution naturelle d'une peinture qui lui avait été inspirée par les mêmes impératifs qui eussent amené dans le temps les miniaturistes et les enlumineurs persans à remplir leurs tableaux de signes évocateurs, d'une vision mentale englobant la nature entière et la rendant, en petit< à la mesure de l'homme. Quant à Bahman Mohassèss, autre figure de la peinture contemporaine de ('Iran, aux couleurs fraîches et d'un style qu'affectionnent depuis quelques années nombre de peintres abstraits, il représente par excellence le peintre persan puisant dans les apports occidentaux certes, mais ayant malgré lui, des liens très profonds avec cette terre d'Asie, vieille comme le monde. Le sens dramatique qui se dégage de sa peinture et la vision apocalyptique qui s'en émane, et autant de considérations poétiques mais inquiétantes, rattachent sa peinture à celle d'une lignée d'artistes trop préoccupés des problèmes de notre époque. Originaire de Recht, cette ville du littoral de la Caspienne, au climat tropical, il était, dès le début de sa carrière de peintre, attiré par la mer, la fluidité, l'abondance et la profusion. Dégagé, à force d'un travail contenu et sans relâche, il s'est, depuis quelques années, libéré complètement des liens qui l'attachaient à la réalité objective et est arrivé dans sa peinture à une matière riche et élaborée qui remplace toute légende et qui est la légende même. Mohassèss nous fait savoir que, plus l'artiste s'éloigne dans son travail de la réalité objective, plus il a besoin d'enrichir le fond de son oeuvre par l'essence des réalités intérieures qui constituent la conscience créatrice de l'artiste. La troisième figure de notre participation est V. Afchar, aux aquarelles toutes originales dont nous ne pouvons, faute de place, présenter malheu-reusement qu'une seule aeuvre. La peinture de Afchar nous amène dans le monde fantastique et imaginaire des enfants et nous captive par une richesse d'inventions décoratives empruntées aux rêves d'enfance. Sa peinture est une véritable évasion de la grossièreté des problèmes par trop fastidieux de la vie courante. L'oeuvre de Afchar est, dans sa modestie inhérente, le miroir posé devant l'âme visionnaire d'une artiste pour qui le jeu désintéressé de la couleur, soutenu par des traits onduleux et rythmiques, est la base de la création artistique. La franchise toute particulière qui se dégage de l'ceuvre de Afchar et le côté décoratif de ses aquarelles font de cette jeune artiste la représentante la plus fidèle de bon nombre de jeunes artistes iraniens dont les recherches actuelles peuvent se situer sur le même plan. Puissent les ceuvres de ces trois artistes, différents les uns des autres, mais appartenant tous trois à - une même École, celle de la peinture moderne de l'Iran, donner une idée, ne fut-ce qu'incomplète de l'art pictural contemporain de notre pays.

Akbar Tadjvidi

P.S. Les oeuvres de Kamran Diba sont arrivées trop tard pour nous permettre de les commenter dans cette préface.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Section arts plastiques
Peinture et dessin


Victoria Afchar
Née en 1935 à Zandjan (Iran)
Aquarelle, 1962 (aquarelle, 78 x 54)

Kamran Diba
Né en 1936 à Téhéran (Iran)
Nous sommes suspendus dans deux petits trous, 1963 (assemblage, 111 x 82)
Nous nous amusons bien au milieu des plaisirs, 1963 (assemblage, 111 x 82)

Faramarz Pilaram
Né en 1936 à Téhéran (Iran)
Composition n° 11, 1963 (gouache, 198 x 135)
Composition n° 33, 1963 (gouache, 118 x 90)

Bahman Mohassess
Né en 1933 à Recht (Iran)
Crevasse, 1963 (huile, 100 x 70). Collection Bijan Saffari
Rumeurs de la nuit glacée, 1963 (huile, 70 x 100), coll. Fernando Caruso
Stèle, 1963 (huile, 100 x 70)
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations