ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1961 > Suède
 
Organisation

Dates et lieux
Patronage
Conseil d'administration
Commission permanente
Secrétariat
Comité de receptions
Extraits du règlement
Bourses et récompenses
Jurys internationaux

Sélection d'artistes

David Hockney
Jasper Johns
Fernandez Pierre Arman
Martial Raysse
Henri Cueco
Jean Le Gac
Bernard Buffet
Pierre Alechinsky
Raymond Hains
Jacques de la Villeglé

Manifestations annexes

Livres et revues sur l'art
Edition de gravures
Concerts
Projections
Poésie
Colloques
Jan Lebenstein
Exposition sculpture
Travaux d'équipe
Toulouse-Lautrec
Ecole de Paris
Réalisme non figuratif
Atelier ENAD
Dessins de sculpteurs
Thèse et Antithèse
Les peintres lettristes
Lauréats de 1959

Pays participants

Afrique du Sud
Allemagne
Argentine
Australie
Autriche
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Chili
Chine
Corée du Sud
Costa-Rica
Danemark
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Islande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Maroc
Mexique
Norvège
Pakistan
Panama
Pays-Bas
Pérou
Philippines
Pologne
Portugal
Roumanie
San-Salvador
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Turquie
Uruguay
Viet-Nâm
Yougoslavie

Suède

Commissaire général : Bo Kârre
Directeur de l'Institut Suédois à Paris

L'art suédois s'est trouvé, pendant de longues périodes, assez isolé des courants artistiques du continent. Certes, des mouvements comme le concrétisme et le surréalisme d'après-guerre firent irruption vers la fin des années 1940 dans le provincialisme qui dominait l'art suédois pendant la seconde guerre mondiale; mais l'art en Suède demeura longtemps une préoccupation à caractère local et confiné dans les frontières géographiques du pays. Seulement vers la fin des années 1950, les noms de Wols, Dubuffet et Pollock prirent leur plein sens auprès de la jeune génération.

Actuellement, l'art suédois est surtout caractérisé par la vision informelle, malgré l'existence de contre-courants fortement traditionalistes. II est assez significatif de la situation actuelle de l'art moderne en Suède que les cinq artistes sélectionnés pour la IIe Biennale des Jeunes à Paris et qui représentent tous des tendances différentes, aient acheminé, pour arriver à leurs formes d'expression actuelles, sur les voies du concrétisme, du surréalisme et de l'abstraction des objets naturels.

Cependant, il est inutile de préciser que cette sélection n'épuise pas la création artistique de la Suède d'aujourd'hui, mais ne fait qu'en illustrer quelques tendances prépondérantes. Torsten Andersson fut d'abord inspiré par le constructivisme français et ensuite par le constructivisme de Paris, notamment par Dewasne. Vers la fin des années 1950, les formes solides de son art s'atomisèrent et son style prit une allure plus expressive et dominée par la matière. Oyvind Fahlstrôm, originellement journaliste et poète, a de solides rapports avec l'art international, notamment grâce à «Phases» par lequel il a participé à de nombreuses expositions, dans le monde entier. Fahlstrôm est un peintre éminemment figuratif, encore que créant des mondes très personnels gérés par des lois qui leur sont propres. La forme est tout à fait soumise à l'action dramatique du contenu et les mérites décoratifs sont fortuits. Cart Fredrik Reuterswàrd est également un artiste à la fois suédois et international. II a exposé - seul ou en groupe - avec «Phases» et «Interart». La poésie et le cinéma sont aussi ses moyens d'expression. Aussi bien dans sa poésie que dans sa peinture, il ironise - non sans humour - sur les conventions de la société bourgeoise à laquelle il appartient par ailleurs lui-même. Reuterswàrd évolue actuellement vers une mise en question du sens convenu des moyens d'expression artistiques, qu'il articule en des combinaisons neuves et fraîches. Erik Tôrning a été l'élève d'Endre Nemes. Après une période où sa peinture, souvent sombre et un peu sévère, constituait des variations abstraites sur des observations de la nature, Tôrning est arrivé à une manière qui s'approche du spontanéisme, en travaillant avec des masses épaisses et dramatiques dans une échelle réduite de couleurs. Walter Bengtsson est le seul sculpteur des cinq artistes représentés. Ses sculptures sont souvent d'une robuste exubérance. Après avoir travaillé longtemps la tôle soudée et le bois, il se sert de plus en plus de l'aluminium et ses formes s'approchent de l'art abstrait. La sélection suédoise a été faite par un comité du Musée Moderne et de l'Institut Suédois à Stockholm.

Gôran Sôderstrôm
Chargé des Expositions internationales, au Musée Moderne de Stockholm

----------------------------------------------------------------------------------------------

Section arts plastiques
Responsable : G. Sderstrôm

Peinture et dessin

Torsten ANDERSSON
Né à Ostra Sallerup en 1926
Dieu brun, 1960 (huile, 140x96)

Oyvind FAHLSTRÔM
Né à Sao Paulo en 1928
Tirelire, 1961 (tempéra et laque, 80x270)

Carl Fredrik REUTERSWÂRD
Né à Stockholm en 1934
Conseils d'expérience et d'intelligence, 1961 (laque et tempéra, 200x20) ,coll. Galerie Lucien Durand, Paris

Erik TbRNING
Né à Halmstad en 1928
Novembre I, 1960-1961 (huile, 95x 110)

Sculpture

Walter BENGTSSON
Né à Halmstad en 1927
Jeu des neiges, 1959 (relief en bois, 130) ,coll. du Musée Moderne de Stockholm
Homme et femme, 1961 (aluminium, 65x25x25)
Femme avec enfant I, 1961 (aluminium, 50x65x25)
Femme avec enfant II, 1961 (aluminium, 50x65x25)

Section décoration théatrale

Gunnar SÜDERSTRÔM
Né à Lerdala en 1931
« Hamlet », 1960

Section films sur l'art

Leo REIS
Né en 1926
« Métamorphoses », 1960 (couleurs)
Prix de l'Etat de Suède pour les films de court métrage, 1961

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations