ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1961 > Grèce
 
Organisation

Dates et lieux
Patronage
Conseil d'administration
Commission permanente
Secrétariat
Comité de receptions
Extraits du règlement
Bourses et récompenses
Jurys internationaux

Sélection d'artistes

David Hockney
Jasper Johns
Fernandez Pierre Arman
Martial Raysse
Henri Cueco
Jean Le Gac
Bernard Buffet
Pierre Alechinsky
Raymond Hains
Jacques de la Villeglé

Manifestations annexes

Livres et revues sur l'art
Edition de gravures
Concerts
Projections
Poésie
Colloques
Jan Lebenstein
Exposition sculpture
Travaux d'équipe
Toulouse-Lautrec
Ecole de Paris
Réalisme non figuratif
Atelier ENAD
Dessins de sculpteurs
Thèse et Antithèse
Les peintres lettristes
Lauréats de 1959

Pays participants

Afrique du Sud
Allemagne
Argentine
Australie
Autriche
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Chili
Chine
Corée du Sud
Costa-Rica
Danemark
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Islande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Maroc
Mexique
Norvège
Pakistan
Panama
Pays-Bas
Pérou
Philippines
Pologne
Portugal
Roumanie
San-Salvador
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Turquie
Uruguay
Viet-Nâm
Yougoslavie

Grèce

Commissaire général : Georges Kournoutos
Directeur Général des Arts et des Lettres

L'art contemporain grec, pendant les vingt-cinq dernières années du XIXe siècle, fléchissait encore sous le poids du sujet. Les talents ne man-quaient point, ni certains esprits avancés, fiers de leur indépendance, mais dans son ensemble l'art grec de cette époque s'était engagé dans les contraintes d'un devoir dont l'origine était plutôt littéraire : créer un art « grec pur ». Une société qui, à cette époque, finissait par consolider sa forme : bourgeoise soutenait cette exigence. D'ailleurs, ce n'est pas là chose excep-tionnelle; d'autres sociétés bourgeoises, un peu plus tôt, avaient projeté de pareils dogmes, non seulement dans le domaine des arts plastiques, mais , aussi dans ceux de la musique et de la littérature. De pareilles orientations attribuent cependant fatalement une énorme importance au sujet (histoire, folklore) aux dépens des éléments plastiques et des problèmes purement artistiques de la forme. Le XXe siècle nettoya le terrain de ces agacements.

Aujourd'hui, l'art grec est tout à fait à la page et physiologiquement placé dans les cadres européens. II connaît les mêmes problèmes, les mêmes inquiétudes; il a les mêmes tendances que l'art de l'Europe. Depuis le début du XXe siècle, l'art grec moderne a abandonné l'Académisme figé et officiel de Munich qu'il suivait et s'est orienté vers Paris, qui gardait très haut la conscience éveillée de l'art de l'homme moderne. Ce détour a été vraiment libérateur. L'art « bourgeois » était déterminé par la sensibilité artistique particulière à un peuple et non par les exigences d'un sujet fixé d'avance.

Et la sensibilité artistique de l'art grec moderne n'est point négligeable. Nos artistes s'efforcent à faire de l'art et non de la littérature. Ils sont très bien renseignés sur les problèmes contemporains et ne sont point étrangers au psychisme moderne. Ils ne veulent point, cependant, devenir de simples imitateurs. II ne faut pas oublier que dans leur sang survit un culte antique pour les formes, le contrepoint de la composition, la simplicité et la clarté de l'expression. Personne n'a jamais mis en doute la vertu qui existe dans ce vieil héritage.

Bien qu'il y ait des peintres excellents de l'art abstrait, il est à remarquer que nos jeunes ne suivent pas tous sans réserves un extrémisme outré. Ils acceptent, sûrement, des influences, mais ils refusent de se soumettre à des ordres. On ne pourrait pas non plus qualifier de conservatisme une chose qui est tout simplement de la sagesse innée et inavouée : ne pas vouloir abandonner l'objet avant d'avoir épuisé tout rapport possible avec ce dernier, avant de l'avoir absolument soumis. Naturellement, aucun d'entre eux n'est naturaliste et tous tendent vers la simplification et l'abstraction. Mais ils savent que l'on abstrait bien ce que l'on connaît bien. Et ils savent aussi que si l'on passe vite et sans maturité à l'expression abstraite ce n'est pas une preuve convaincante qu'on a été libéré du bavardage. On peut bavarder avec les simples lignes ou avec les simples taches de couleurs.

Yannis Miliadis


----------------------------------------------------------------------------------------------

Section arts plastiques
Peinture et dessin

Daphné COSTOPOULO
Née à Athènes en 1939
Paris, 1961 (huile, 88x 120)

Bia DAVOU
Née à Athènes en 1932
Bleu, gris et noir, 1961 (huile, 125x90)

Elias DEKOULAKOS
Né à Athènes en 1929
Composition, 1961 (plastique, 116x89)

Haralambos RENTZEPOPOULOS
Né à Athènes en 1940
Composition, 1961 (huile, 146x 114)


Haralambos Rentzepopoulos

Chryssa ROMANOS
Née à Athènes en 1931
Voyage III, 1961 (huile, 116x73)

Maria SPENTZA
Née à Athènes en 1929
Des champs en Thessalie, 1960 (huile, 93x73)

Rita TZEYANNI
Née à Salonique en 1928
Composition, 1961 (huile, 100x70)


Sculpture

Argyro CARYBACA
Née à Patras en 1929
Torse, 1961 (ciment, 160x40x60)


Gravure

Panagiotis KATSOULIDIS
Né à Messine en 1933
Après la pluie, 1961 (bois, 60x80)
Pylos, 1961 (bois, 50x70)

Nota SIOTROPOU-GEORGIOU
Né à Athènes en 1932
Nu, 1961 (cuivre)
Berceau, 1961 (cuivre)


Section décoration théatrale

Marilène ARAVANTINOU
Née à Athènes en 1930
Rhinocéros, 1961

Jannis KARIDIS
Né à Athènes en 1931
Rhinocéros, 1961

Paul MANTOUDIS
Né à Athènes en 1932
Hamlet, acte 1, 1961

Evagelos OLIMPIOS
Né à Halkis en 1931
Hamlet », 1961

Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations