ARCHIVES DE LA BIENNALE DE PARIS
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1980
1982
1985
2004
2006-2008
 
Accueil > 1961 > Grande-Bretagne
 
Organisation

Dates et lieux
Patronage
Conseil d'administration
Commission permanente
Secrétariat
Comité de receptions
Extraits du règlement
Bourses et récompenses
Jurys internationaux

Sélection d'artistes

David Hockney
Jasper Johns
Fernandez Pierre Arman
Martial Raysse
Henri Cueco
Jean Le Gac
Bernard Buffet
Pierre Alechinsky
Raymond Hains
Jacques de la Villeglé

Manifestations annexes

Livres et revues sur l'art
Edition de gravures
Concerts
Projections
Poésie
Colloques
Jan Lebenstein
Exposition sculpture
Travaux d'équipe
Toulouse-Lautrec
Ecole de Paris
Réalisme non figuratif
Atelier ENAD
Dessins de sculpteurs
Thèse et Antithèse
Les peintres lettristes
Lauréats de 1959

Pays participants

Afrique du Sud
Allemagne
Argentine
Australie
Autriche
Belgique
Brésil
Bulgarie
Canada
Chili
Chine
Corée du Sud
Costa-Rica
Danemark
Espagne
Etats-Unis
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Inde
Iran
Irlande
Islande
Israël
Italie
Japon
Liban
Luxembourg
Maroc
Mexique
Norvège
Pakistan
Panama
Pays-Bas
Pérou
Philippines
Pologne
Portugal
Roumanie
San-Salvador
Suède
Suisse
Tchécoslovaquie
Turquie
Uruguay
Viet-Nâm
Yougoslavie
Grande-Bretagne

Commissaire général : Roger Hinks
Directeur du British Council en France

L'Angleterre partage avec le continent américain un commun langage, ce qui a contribué à rendre facilement accessibles à nos jeunes peintres la critique et l'art américains. II convient de définir avec soin la nature d'un tel intérêt.

Les jeunes peintres britanniques considèrent la peinture américaine d'un point de vue professionnel, comme un développement de la tradition de la peinture moderne, telle qu'elle prit naissance à Paris au XIXe siècle. Parmi les peintres de ce groupe, par exemple, Harold Cohen et Richard Smith ont récemment travaillé à New-York en tant que « Harkness Fellows » pendant deux années chacun.

Grâce à l'exemple de l'art américain, les peintres britanniques de moins de trente-cinq ans ont renoué des relations confiantes avec les traditions de l'art moderne, qu'ils n'acceptent point passivement ni ne repoussent avec chauvinisme. Beaucoup de jeunes peintres anglais admettent la dimension de l'illusion et tout ce qu'elle implique en ce qui concerne les images de lumière et d'espace, mais sans donner à cette illusion d'harmoniques fantastiques ou paysagistes. C'est-à-dire qu'ils ont rejeté le dogme de la théorie originelle de l'art abstrait concernant le caractère concret de l'art, mais sans préférer pour autant l'art figuratif. Ce qui les intéresse, c'est un espace spécifiquement pictural.

Bernard Cohen réprouve les compositions asymétriques, lesquelles sont devenues une condition absolue pourtant d'oeuvres d'art abstrait conventionnel. Quand une forme asymétrique se trouve introduite dans sa peinture, elle est contenue à l'intérieur d'une disposition symétrique dominante à quoi elle demeure subordonnée. Bernard Cohen crée son schéma rigoureux à l'aide de couleurs d'une vibrante ambiguité qui animent, en un jeu visuel constant, les moitiés jumelles de ses tableaux.

Une relation active comparable entre le geste du peintre et l'image créée se rencontre également dans l'oeuvre de Richard Smith. Bien que ses images soient peintes avec une sensualité nerveuse, sa touche définit des formes d'une remarquable régularité. II établit des figures symétriques ou répétées, en partie enlevées par la facture et en partie vues à travers la touche. L'interaction du geste et de l'illusion est, encore une fois, un signe de l'éveil du jugement pictural des peintres britanniques. L'image qu'on se forme à l'étranger de l'art anglais a tellement souligné les relations de notre art avec la « littérature » ou avec la nature, que d'autres aspects des travaux récents sont moins familiers. II y a eu, par exemple, à travers toutes les années 1950, un emploi persistant et inventif du collage utilisé de diverses façons. La fonction et l'apparence originelles des matériaux collés étant moins importantes que leur transformation esthétique.

Gwyther Irwin emprunte le papier destiné à ses collages aux panneaux-réclame et aux tas d'affiches hors d'usage, puis il utilise le dos de ces bouchons de papier aux multiples niveaux, déchiquetés et assemblés. II transforme le papier en une substance homogène, fondue et modifiée d'une manière puissamment picturale, obtenant une surface aussi délicate et flexible que de la chair.

L'emploi par Harold Cohen, dans ses tableaux, de bandes de toile, débuta comme un moyen empirique d'effacer des surfaces non satisfaisantes, mais il s'est maintenant développé en élément constitutif de l'ceuvre. Les morceaux peints et les rangées, pareilles à des strates, des bandes collées, sont unis dans un contexte pictural.

Seul parmi ces peintres, Joe Tilson semble préoccupé par la condition d'objet de son art ; ses reliefs, que les planches et les blocs soient éclatants ou discrets, sont tributaires de la substantialité des matériaux employés et de leur mise en place physique, non de l'évocation de l'espace ou de la lumière. Comme l'a noté William Tucker, et ceci a trait aux reliefs de Tilson aussi bien qu'aux sculptures en fer de Tucker lui-même : « En sculpture, on ne quitte jamais le monde des choses. »

La sculpture de David Annesley, Tucker et Brian Wall est caractéristique d'une attitude partagée par les sculpteurs de moins de trente-cinq ans en Angleterre. Leur attention s'est détournée du linéarisme en sculpture et du bronze. La sculpture, pour eux, est dans le contraste entre les matériaux, dans le poids et l'équilibre des masses plutôt que dans leur fondu. Ils utilisent les techniques du soudage, motivées non par un désir de légèreté, mais de monumental.

Dans la section d'art graphique, les eaux-fortes de David Hockney, avec des graffiti annonçant un credo qui a pour figures clés Walt Whitman et ; Chandi, sont une éclatante affirmation de la veine fantastique dans l'art britannique. Les lithographies font preuve d'une heureuse libération des habitudes en vigueur quant à la texture et à l'élaboration, lesquelles réduisaient souvent ce genre à une frivolité verbeuse. Ici, au contraire, la technique est employée hardiment, mais sans indulgence, comme dans les gravures pleines d'aisance d'Allen Jones. La double image, dans les lithographies de Kim Lim où l'image tracée sur la pierre a été imprimée deux fois, avec une diversité dans le cortège des formes obtenue en masquant et en joignant, l'emploi rigoureux et subtil du noir dans les lithographies de Marc Vaux sont à noter au sein d'un genre qui a connu trop peu d'entraves techniques.

Lawrence Alloway

----------------------------------------------------------------------------------------------

Section arts plastiques
Peinture et dessin

Bernard COHEN
Né à Londres en 1933
Peinture en gris et marron, 1961 (huile, 183x245)
Peinture en rose et vert, 1961 (huile, 183x245)

Harold COHEN
Né à Londres en 1928
Février 1961, 1961 (huile, 165x159)
Avril 1961, 1961 (huile, 222x244), coll. Allan Stone Galtery, New-York

Anthony HILL
Né à Londres en 1930
Construction en relief 1958-1961 (cuivre et aluminium, 103x103)
Construction en relief 1959-1960 (vinyl, 93x93)
Construction en relief 1960-1961 (vinyl et aluminium, 91x91)



Anthony Hill

Gwyther IRWIN
Né à Cornwall en 1931
Eparpillement, 1961 (collage de papier, 183x212), coll. Gimpel Fils, Londres
Trebetherick, 1961 (collage de papier, 122x 183)

Richard SMITH
Né à Hertfordshire en 1931
Penny, 1960 (huile, 226x212)
Bellamy, 1961 (huile, 184x 198)



Richard Smith

Joseph TILSON
Né à Londres en 1928
Relief en bois n° 18, 1961 (construction en bois, 156x 125)
Relief en bois n° 19, 1981 (construction en bois, 156x125)
Relief en bois n° 21, 1961 (construction en bois, 125x 95)


Sculpture

David ANNESLEY
Né à Londres en 1936
Bois et fer n° 1, 1961 (bois et fer, 180x85x39)

William TUCKER
Né au Caire en 1935
N° 37, 1960 (fer, 86x72x41)



William Tucker

Brian WALL
Né à Londres en 1931
Construction dressée, 1961 (cadmium plaqué, 123x74x35)


Gravure

Roy GRAYSON
Né dans le Yorkshire en 1936
Ding dong, 1960 (lithographie, 33x43)
Présage, 1961 (lithographie, 46x52)

David HOCKNEY
Né dans le Yorkshire en 1937
Moi et mes héros, 1961 (eau-forte, 25x49)
Trois rois et une reine, 1961 (eau-forte, 23x65)
Cléopâtre, 1961 (eau-forte, 49x27)



David Hockney

Allen JONES
Né dans le Hampshire en 1937
Femme rêvant, 1961 (lithographie, 62x46)
Visage de femme, 1961 (lithographie, 63x46)

Kim LIM
Née à Singapour en 1936
Pont I, 1960 (lithographie, 32x69)
Pont II, 1960 (lithographie, 33x65)
Rouge fendu, 1960 (lithographie, 33x43)

Marc VAUX
Né dans le Wiltshire en 1932
Tranche rose, 1961 (lithographie, 50x50)
Tranche noire, 1961 (lithographie, 50x50)
Deux en un, 1961 (lithographie, 50x50)
Perruche, 1961 (lithographie, 57x46)


Section décoration théatrale
Responsable : le Centre Britannique de l'Institut International du Théâtre

Ralph ADRON
Né à Londres en 1940
« Rhinocéros »,1961, deux versions d'un décor permanent (acte I et acte III)

John Anthony DORSETT
Né à Londres en 1932
« Hamlet » 1961
Accueil    I    Contact    I    Mentions    I    Plan du site    I    Modifications     I    Soumettre    I    Informations